Maddyness

[Témoignage] Copine de startuper, un statut qui présente 3 avantages mais aussi 3 inconvénients

28 octobre 2013 par Etienne Portais dans Dossiers avec 14 commentaires
moi copine de startuper

Etre copine de startuper, ça a ses avantages et ses inconvénients. C’est le cas de Titanne, qui a relayé sur son blog, un témoignage sur sa vie de copine de startuper, que nous avons souhaité reprendre intégralement sur Maddyness, avec son accord. Elle en profite pour faire un appel à témoin. Si vous aussi, vous êtes copine/copain de startuper / startpeuse, et que vous êtes « attention deprived », n’hésitez pas à la contacter pour raconter votre histoire et éventuellement monter un comité de soutien.

Inconvénient n° 1: L’argent

Oubliez le Quinzième (Cyril je t’aime), le Flora Danica (du poisson cru mais sans un grain de riz, le top du top pour rester mince quand on est riche), la table d’Hediard (la cuisine de maman si maman était cuisinière professionnelle et riche), enfin tout ce qui est peu sympa, pensez plutôt MacDo, Speed Rabbit pizza ou pasta box. Oubliez la dernière expo à la pinacothèque, le dernier Clint Eastwood au ciné, le dernier concert de Feist au Bataclan (bobo attitude), pensez plutôt Tracks (pour la culture), M6/TF1/Canal+ replay (pour le dernier Dany Boon) et Taratata (pour Naguy). Oubliez les vacances. Tout court. Et potentiellement, oubliez les deux pièces (pas le maillot). Un studio c’est plus cosy.

Inconvénient n° 2 : le temps.

Ne comptez pas sur lui pour gérer le quotidien (s’il était socialement acceptable de ne pas se laver et de ne pas se changer, il le ferait. Histoire de maximiser son temps de travail. Alors la vaisselle, oubliez). Attendez-vous à voir votre temps à deux optimisé. Car monsieur pense pouvoir peut être à la foire et au moulin, passer du temps avec vous tout en :

  • réseautant à un évènement de startuper (« Ah bon, je t’avais pas prévenue pour ce soir? « )
  • travaillant (« Comment ça, tu fais quoi toi? Ben tu restes à côté de moi, tu me tiens compagnie… »)
  • passant sa vie au téléphone avec collègue/mentor/investisseur/maman
  • faisant la sieste (la copine de startuper sera alors flattée qu’il souhaite partager son seul moment de détente avec elle, aussi inanimé soit-il)

Et n’essayez pas de le sortir de sa startup même pour une soirée. Le startuper EST sa startup. C’est perdu d’avance.

Inconvénient n° 3 : l’attention.

Ne soyez pas vexée. Le startuper est un radar à opportunité. Vous, vous êtes déjà acquise. Vous êtes donc « off the radar ». Vous ne faites pas le poids devant les collègues/mentors/investisseurs/autres startupers. Même en mini jupe. J’ai testé. En leur présence, vous ne pourrez ni fixer le regard de monsieur, ni obtenir son écoute plus de 5 secondes consécutives (un peu comme le chat, ses oreilles sont mobiles, il peut vous regarder dans les yeux tout en écoutant ce qui se passe derrière lui). Vous êtes considérée comme une extension de lui-même. Vous aussi, vous ne le savez pas, mais vous êtes là pour l’aider à détecter des opportunités et faire bonne impression. Surtout pas pour parler de vous.

Bon, mais alors me direz-vous, pourquoi subir tout ça? What’s in it for you?

Avantage n°1 : le rêve.

Monsieur vous montre qu’on peut courir après ses rêves, que c’est pas interdit. Qu’il y a une autre vie possible. Une vie dans laquelle chaque jour (ou presque) est passionnant, où les crises sont vécues avec le plaisir et la rage du conquérant, où la demi mesure n’a pas sa place. En somme, une vie rêvée pour vous qui, faute de mieux êtes plutôt calée sur le modèle métro/boulot/dodo (MBD) jusqu’à la retraite. Tout cela vaut bien quelque carence alimentaire angoisse financière.

Avantage n°2 : l’épanouissement de monsieur (même si ça ne se voit pas tous les jours).

Le startuper est un sage en devenir. Le startuper se prend des méga gifles. Le startuper va chercher au fin fond de ses entrailles ce qu’il vaut pour être le meilleur. Le startuper se remet en question. Le startuper prend la mesure des choses. Et ça, c’est tout bénèf pour le couple. C’est de la psychothérapie gratos en accéléré. Ca vaut bien quelques cheveux blancs non ?

Avantage n°3 : l’ouverture sur le monde (et la frime).

Certes vous ne partez plus en vacances mais le monde vous entoure. Un monde de gens passionnants, venus des 4 coins de Paris / la France / la terre et partageant un objectif commun. C’est beau. C’est émouvant. Ca redonne espoir. Et puis c’est la frime. Moi je trouve ça classe de dire à mes collègues MBD que je suis allée à tel ou tel événement de startuper parisien. Ca fait partie des choses qu’on n’hésite pas à partager sur FB. Un peu de prestige social par procuration.

Crédit Photo: Flickr

Tagged ,

  • http://www.workinparis.com/ hannahwiz

    A mon avis, je le trouve un peu sexiste que vous assumez que le startuper sera un homme, et la copine, seulement « une extension » du startuper. Il y a tant de femmes startupers qu’il me semble que vous avez exclus dans cet article.

    • Adrien Joly

      Si tu es entrepreneur, tu peux toujours demander à ton homme (ou ta femme, d’ailleurs) d’écrire un article. On te traitera pas de sexiste, promis!

  • Caroline Lamaud

    Qui est-ce qui tente la minijupe ?!?

    • http://maddyness.com/ Maddyness

      Comment le sais-tu ? ;)

  • Pierre

    Idem que hannahwiz.
    Pourquoi dire que le startuper est un homme et ne pas utiliser les termes « startuper » et « conjoint » pour généraliser ?

  • http://maddyness.com/ Maddyness

    Pas de panique, il s’agit d’un témoignage, comme indiqué dans le titre de l’article (issu d’un article existant), et non pas d’une réflexion de la rédaction ;)

  • Cochon

    Super le premier point. Devrait-on attendre d’un mec qu’il nous nourrisse et nous couvre de presents? On est plus au 19eme, les femmes peuvent bosser et accessoirement disposer de leur propre compte en banque. Et rien n’interdit a une nana de payer le resto a son mec s’il est en galere de thune, l’egalite, ca va dans les deux sens.

  • mmc

    Pitié! Un « startuper » c’est tout simplement un entrepreneur!

  • Max

    Témoignage qui peut faire sourire.. Mais il peint une réalité peu flatteur des entrepreneurs ! Je viens de créer, et ma douce est kiné… Elle bosse autant que moi, mais déconnecte plus facilement.

    Je doute qu’une nana qui ne soit pas un tant soi peu hyperactive se plaise avec un entrepreneur. Faut aimer bouger, changer de planning, avoir du temps pour exister ‘seule’. Et au contraire, quand on date un certain temps un créateur, c’est compliqué de retourner vers quelqu’un de plus ‘commun’…

    Concernant l’épanouissement, c’est irrémédiablement lié à l’amour !
    Et cela n’empêche pas d’apporter quelques attentions à sa douce. Quand je réussis un gros coup, j’ai souvent hâte de lui expliquer, ou de lui faire un petit dîner d’amoureux pour partager, à deux.

    Tout ça pour faire pencher un peu plus la balance vers les avantages ;)

  • Memo

    Haha Excellent !

  • Next

    Excellent article, malgré beaucoup de commentaires dubitatifs, il dépeint bien ma réalité ahah

  • sly.

    et pourquoi le startuper ne pourrait pas être aussi une femme ? je me suis d’abord dit, tiens je fais lire ça à mon conjoint (histoire de lui remonter le moral et qu’il se sente moins seul) mais finalement pas du tout, c’est pas très flatteur et ça donne pas envie de tenir le coup votre histoire

  • Pingback: La copine du startuper est une « desperate housewife » | Paris La Belle

  • Marie

    osef, change de mec

Le magazine d'actualité, d'enquête et d'analyse des startups.
Un explorateur de l'économie et de l'innovation, un laboratoire d'idées et de nouvelles tendances, à consommer sans modération.

Maddyness vous offre toute l’actualité des startups françaises directement dans votre boîte mail : Innovation, Accompagnement, Finance, Prospective, Emploi