Retour en haut
Business

#Startup TechMeAbroad ouvre les portes de l’international aux techs français

#Startup : TechMeAbroad ouvre les portes de l’international aux techs français
par

Deux ans après avoir lancé while42 (le réseau international des informaticiens français), Julien Barbier lance aujourd’hui TechMeAbroad, une plateforme d’offres de stage et d’emploi spécialisées dans la tech, et ne listant uniquement que des offres pour lesquelles les startups et entreprises sponsorisent des visas ou des permis de travail.


Cette plateforme a pour but de répondre à plusieurs demandes:

  1. Premièrement, toutes les entreprises tech de la Silicon Valley et d’ailleurs ont énormement de mal à recruter des talents en informatique. Pour soutenir leur croissance, elles n’ont pas d’autre choix que de recruter des talents à l’étranger.
  2. Il existe une demande forte des talents français pour partir travailler à l’étranger.

Pourtant, jusqu’ici, aucun outil n’existant pour mettre en relation les talents et les entreprises étrangères.

Lorsque je suis sorti de mon école d’informatique Epitech, mon rêve était de partir travailler dans la Silicon Valley. Aucun site n’existait à l’époque pour aider un jeune diplômé à gagner de l’expérience aux Etats-Unis. Il m’a fallu 6 ans et beaucoup de chance pour accomplir mon rêve.” nous raconte Julien Barbier.

Avec TechMeAbroad, les étudiants et informaticiens pourront enfin trouver des offres de stage et d’emploi pour partir travailler à l’étranger, découvrir de nouvelles méthodes de travail, et parfaire leur connaissance. De leur côté, les entreprises pourront avoir accès à des talents auxquelles jamais elles n’auraient pu avoir accès autrement. TechMeAbroad est donc ce qu’on appelle un win-win.

Ce que nous constatons ici à San Francisco, c’est que les développeurs, devops, et administrateurs système français ont un niveau excellent à la sortie de l’école (publique, ou privée). Souvent, ils sont même meilleurs que les développeurs américains à la sortie de leur école. Malheureusement 3 à 5 ans plus tard, l’inverse est vrai: les développeurs américains sont meilleurs que les français, simplement parce que l’éco-système dans lequel ils travaillent les poussent à apprendre et à s’adapter très rapidement à des problématiques complexes, et de croissance rapide.

Même s’il existe des entreprises qui permettent aux développeurs de continuer à apprendre et à progresser en France, l’évidence est qu’il n’y en a pas assez et que trop d’ingénieurs perdent leur niveau apres plusieurs années passées en SS2I.” explique Julien Barbier, jugeant le passage à l’étranger comme presque nécessaire pour les développeurs français.

Via TechMeAbroad, Julien Barbier espère donc contribuer à parfaire le niveau des informaticiens français et par extension aider la “FrenchTech” à progresser plus rapidement.

Beaucoup d’entre nous reviendront en France, avec un bagage, une expérience, et un carnet d’adresse extraordinaires, que nous partagerons alors avec l’éco-système des startups et de l’IT français. Tout le monde en profitera.” explique Julien Barbier

TechMeAbroad annonce également aujourd’hui un premier partenariat, avec l’école 42.

Nous avons une énorme demande de nos étudiants pour partir faire des stages à l’étranger. TechMeAbroad répond parfaitement à cette demande. Les offres de stage et d’emploi seront directement disponibles sur notre intranet, via une intégration logicielle.” souligne Florian Bucher, co-fondateur de l’école 42.

La plateforme TechMeAbroad bénéficiera également directement à l’écosystème tech français en attirant plus de talents. En effet, la France est un pays extraordinaire, pleine de startups fabuleuses, et beaucoup d’ingénieurs étrangers rêvent de venir contribuer à la “FrenchTech”.