Retour en haut
Business

#RH Top-Five l’impresario pour “dev” qui promet de booster la carrière solo de ces nouvelles stars

#RH : Top-Five l’impresario pour “dev” qui promet de booster la carrière solo de ces nouvelles stars
par

Les développeurs sont aujourd’hui très courtisés. Toutefois la vie de freelance n’est pas faite pour tout le monde et impose son lot de contraintes. Chez Top-Five, les “agents” fonctionnent de la même manière que des imprésarios et accompagnent les développeurs dans leur carrière pour les aider à optimiser leur temps et leur permettre de vendre leurs compétences dans les meilleures conditions possibles. Rony Msika, coach et accompagnateur de talents chez Top-Five a répondu aux questions de la rédaction.


Comment est né Top-Five ?

J’ai travaillé pendant environ trois ans en tant que chasseur de têtes  et commercial dans une SSII spécialisée dans l’univers du digital, en particulier le développement web. J’y étais moi-même freelance et je me suis naturellement et par affinité rapproché de développeurs indépendants (freelances). J’ai tissé des liens très forts avec eux à force d’échanges et de placements en prestations réussis chez des clients. Après mon départ de cette SSII, certains d’entres eux m’ont demandé de prendre en main l’intégralité de la gestion de leur carrière professionnelle.

Pour démarrer, un des freelances a mis à ma disposition un bureau qu’il louait à l’année et qu’il n’utilisait que lors de ses périodes « d’inter-contrat » (période où il n’a pas réussi à vendre son temps de travail). Au fur et à mesure que je « m’immisçais » dans la gestion de leur carrière professionnelle, notre offre et nos services ont évolué afin de répondre exactement aux attentes et besoins des freelances ; et qu’ils puissent optimiser leur temps et vendre leurs compétences dans les meilleures conditions possibles. Ainsi est née Top-Five, la première société d’agents de développeurs en France.

Quel est votre concept ?

Nous gérons tous les intérêts professionnels des développeurs qui nous confient leur carrière. Concrètement, le développeur (qui reste ou devient indépendant) peut se concentrer uniquement sur son cœur de métier : le développement. Tous les à-côtés liés à son statut de chef d’entreprise sont gérés par Top-Five : l’administratif (rédaction de contrats, émission de factures, relances de paiement, …), la comptabilité et l’optimisation des revenus (via un cabinet d’expert-comptable partenaire, spécialisé dans les indépendants), la e-réputation, la conciergerie… Notre offre s’étoffe au fil des mois.

Notre cible initiale, les développeurs déjà freelances, s’est élargie naturellement aux salariés souhaitant devenir freelance. Pour ces derniers, nous nous occupons de toutes les formalités liées à la création de leur future entreprise. En ce qui concerne notre nom, pourquoi Top-Five ? Parce que nous avons pour vocation de représenter le top 5% des meilleurs développeurs français. D’un point de vue géographique, nous nous contentons pour le moment d’accompagner les développeurs basés en Ile-de-France.

Les développeurs sont déjà très courtisés, quel est l’intérêt pour eux de passer par un impresario ?

Tout d’abord, beaucoup de développeurs salariés sont intéressés par nos services puisque quasiment tous ont déjà pensé à devenir freelance un jour dans l’optique de dégager plus de revenus et/ou d’avoir une plus grande maîtrise de leur agenda. Malheureusement, un grand nombre d’entres eux ne se sent pas suffisamment préparé ou formé pour franchir le cap.

En effet, les deux raisons qui reviennent le plus sont :

  • la peur de l’absence de revenus prolongée dû à une fibre commerciale souvent peu développée chez beaucoup de développeurs ;
  • la crainte de ne pas savoir gérer tout ce qui ne concerne pas le développement (la gestion de la trésorerie, la fiscalité, la phobie administrative dont souffrent beaucoup de chefs d’entreprise etc.).

Même s’ils sont très courtisés, il existe chez les développeurs une réelle appréhension justifiée pour se lancer tout seul dans cette aventure du freelancing. En ce qui concerne les développeurs déjà freelances, très courtisés eux aussi, ils cherchent chez Top-Five une tranquillité d’esprit qui leur permet de ne plus perdre des journées dans la comptabilité, l’administratif et leurs recherches régulière de missions.

Enfin, et c’est un point extrêmement important, le fait d’être courtisé ne veut pas dire obtenir les missions les plus intéressantes. Top-Five est pro-actif commercialement et s’adapte parfaitement aux souhaits de ses développeurs   afin de trouver les missions qui correspondent à leurs attentes, qu’elles soient géographiques, techniques ou financières.

Cette démarche permet aussi au développeur d’avoir beaucoup de choix tout au long de sa carrière, d’évoluer sans doute beaucoup plus vite et de choisir systématiquement ses missions et ses environnements de travail.

Quel est votre business model ?

Il est important de signaler que Top-Five n’intervient pas dans la relation contractuelle entre le freelance et le client apporté par Top-Five. C’est le freelance qui facture en direct les clients que Top-Five a prospecté pour lui. Cette transparence est un point essentiel et très appréciée par les freelances et les clients.

Notre prestation est commercialisée sous la forme d’un abonnement mensuel allant de 350€HT/mois et pouvant atteindre le millier d’euros pour une prise en charge « All Inclusive » (choisie par la majorité des freelances) avec engagement annuel. Les projections de Top-Five prévoient un équilibre au milieu de l’année 2016 ainsi que le déploiement de l’offre sur d’autres villes de province à la même période.

Comment sélectionnez-vous les développeurs que vous accompagnez ?

La sélection des freelances est rude puisque Top-Five ne cherche qu’à accompagner les meilleurs ou les futurs champions. Depuis sa création, dans un souci de qualité de service fourni et malgré la forte demande, Top-Five ne s’est autorisé à prendre en charge qu’un nouveau freelance par mois et en compte déjà une dizaine. Dès le second trimestre 2016, nous prévoyons un renforcement de l’équipe commerciale et jusqu’à trois nouveaux freelances chaque mois pourront ainsi s’octroyer les services de Top-Five. Les castings ont déjà commencé. L’appel à candidatures est lancé : avis aux salariés qui veulent devenir freelance !

Qu’en pensent les entreprises qui recrutent ?

Comme n’importe quel agent, Top-Five reste relativement dans l’ombre. Les freelances sont quant à eux sous les projecteurs des meilleures missions. Les entreprises contractant directement avec les freelances et les réglant  directement sans intermédiaire, commencent à savoir que les freelances Top-Five sont parmi les meilleurs dans leur domaine et qu’ils bénéficient de services exclusifs leurs permettant ainsi de se concentrer pleinement sur le bon déroulement de la mission qui leur est confiée, ainsi qu’au respect de la qualité et des délais.

Au fil des missions, nous tissons donc des liens avec quelques clients privilégiés qui reconnaissent le savoir-faire et le label Top-Five et qui sont, à leur demande, parmi les premiers à être tenus informés de la disponibilité d’un développeur dès qu’il intègre Top-Five. Par ailleurs de nombreuses sociétés et grandes entreprises ne travaillent qu’avec des fournisseurs référencés. Leur politique ne leur permet pas de contracter directement avec un freelance, c’est la raison pour laquelle Top-Five travaille régulièrement en partenariat avec des SSII spécialisées et référencées.

Quels sont vos objectifs futurs ?

De nombreux projets on et off-line visant à simplifier la vie quotidienne professionnelle des développeurs sont en test ou à l’étude. L’offre de Top-Five se complète de mois en mois et nous allons nous entourer de nouveaux partenaires visant à simplifier encore plus le quotidien des développeurs Top-Five. Top-Five prévoit de développer ses services à d’autres grandes villes françaises. En plus de devenir un label de qualité, Top-Five espère accompagner d’ici deux ans les 100 meilleurs développeurs de France.

Mots clés : RH