Retour en haut
Levée de fonds

#Finance Fred & Farid Group rentre au capital de Little Big Data qui lève 400 000 euros

#Finance : Fred & Farid Group rentre au capital de Little Big Data qui lève 400 000 euros
par

Nouvel investissement pour le Fred & Farid Digital Investment Fund (FFDIF). Après Markelys et GOV, le fonds du groupe Fred & Farid annonce avoir intégré le capital de Little Big Data. Fondée en 2013, la jeune entreprise annonce donc sa première levée de fonds, réalisée auprès de FFDIF et des business angels, emmenés par notamment par Frédéric Jousset (fondateur et co-président de Webhelp).


Le portefeuille de participation du FFDIF continue de se garnir, avec l’arrivée de Little Big Data, qui se présente comme un «data lab» à destination des annonceurs et des départements de planning stratégique des agences. Cette solution permet d’exploiter les résultats des campagnes pour adapter les messages publicitaires. Un principe baptisé ” le data-driven storytelling”. Suite à cette levée de fonds, il est prévu que le groupe de créativité digitale et la startup travaillent côté à côté sur les sujets de concepts innovants de communication digitale, fondés sur l’exploitation données.

Little Big Data veut révolutionner la communication de masse en instaurant un dialogue personnalisé entre les marques et les individus, comme l’ont fait les medias sociaux. Nos technologies dopent la création digitale par la personnalisation des messages et des visuels“, précisent les 2 fondateurs de Little Big Data.

Avant de se lancer dans cette aventure, les fondateurs Guillaume de Roquemaurel (Polytechnique) et Philippe Rolet (Polytechnique, Imperial College, doctorat à l’INRIA), ont d’abord fait leurs armes chez Google et McKinsey pour le premier, et Digimind pour le second où il lance WhoGotFunded, un outil d’analyse en temps réel de l’ensemble des levées de fonds dans le monde.

Concrètement, à l’heure où les acteurs du RTB s’intéressent de près à l’affinité en temps réel des marques et des internautes, Little Big Data souhaite recentrer le discours de la publicité sur la connaissance de la cible, premier pilier du marketing. En effet, leur solution leur permet d’analyser l’ensemble des campagnes réalisées par un annonceur, pour optimiser les concepts de communication et optimiser les dépenses média. La startup cite en exemple la campagne « It’s not complicated » d’AT&T. En effet, après 3 ans et 370 campagnes analysées, les data scientists de l’opérateur américain ont pu déterminer quels types d’humour, quelle nature de scénario ou quelles interactions entre les personnages recevaient le meilleur accueil auprès de ses clients et prospects.