Retour en haut
Levée de fonds

#Outils Opencell Software lève 650 000 euros pour développer sa solution de facturation

#Outils : Opencell Software lève 650 000 euros pour développer sa solution de facturation
par

Opencell Software est une société éditrice de la solution de facturation complexe (“billing”) open source. Elle annonce une levée de 650 000 euros en amorçage, notamment auprès du fonds Kima Ventures et de Cap Innov’Est. 


Opencell Software a été créé en mars 2015 par plusieurs entrepreneurs spécialisés dans l’informatique B2B pour développer, fournir du support et accélérer le développement de la solution logicielle Opencell permettant une facturation complexe fonctionnant avec un modèle open source.

La solution de “billing” Opencell s’est progressivement instaurée comme une solution open source alternative aux logiciels de billing propriétaires. La solution multi-clients offre une couverture complète du cycle “consume to cash” déployable sur l’infrastructure du client ou directement sur le cloud en se connectant à la marketplace Microsoft Azure.

Opencell répond au besoin grandissant de solutions permettant de gérer la facturation d’abonnements ou d’usages liés au lancement de nouveaux services dans le secteur des infrastructures cloud, du SaaS, de la santé connectée, de la banque, de l’assurance, des médias ou encore du transport.

“Le business model open source innovant d’Opencell a le potentiel de créer une véritable disruption sur un marché important en proposant une solution moins coûteuse et plus flexible que les solutions de facturation traditionnelles qui coûtent généralement plusieurs millions de dollars. En choisissant Opencell, les sociétés recherchant une solution de billing pourront aussi éviter les problèmes de dépendance et de réversibilité qui caractérisent les solutions propriétaires” déclare Xavier Niel.

Pour accélérer le développement produit et la commercialisation de la solution Opencell, la société vient de boucler une levée en amorçage de 650 000 euros auprès du fonds Kima Ventures, de Cap Innov’Est, de la société Awys (détenue par Eric Durand-Gasselin, fondateur de la société de téléphonie Afone), de Bourgogne Angels, de plusieurs investisseurs individuels basés en France et aux Etats-Unis et de Bpifrance.

C'édit photo : Shutterstock