Maddyness

Comment se déplacer à Paris malgré le pic de pollution ?

Comments
Partager :
Up
Partie précédente
1 — La base : les transports en commun
Partie suivante
Down
Maddyness
Up
Menu
Partie 1
Down
1 — La base : les transports en commun
2 — L'option sportive : le vélo
3 — L'option régressive : la trottinette
4 — L'option motorisée : le scooter
5 — L'option collaborative : le covoiturage
Innovation

Comment se déplacer à Paris malgré le pic de pollution ?

Pepper Pepper Pepper
5041 - piping hot  |  
Comments
Par Geraldine Russell - 26 juillet 2018 / 07H00

Un pic de pollution est annoncé au-dessus de la capitale ces mercredi et jeudi et des restrictions de circulation sont prévues. Pas de panique, de nombreuses solutions de mobilité vous permettront de continuer à vous déplacer.

Pic de pollution = restrictions de circulation. L’équation commence à être connue des Parisiens, qui doivent régulièrement laisser leur véhicule au parking le temps que les températures baissent et qu’un coup de vent vienne disperser la pollution qui stagne au-dessus de la capitale. Les véhicules – scooters, voitures, camionnettes et camions – disposant des vignettes Crit’Air 4 et 5 seront boutés hors de Paris le temps du pic de pollution. Pour leurs propriétaires, point de panique en vue : de nombreuses solutions de mobilité sont à leur disposition. Et les startups françaises peuvent les aider à se déplacer plus rapidement et de manière plus écologique !

La base : les transports en commun

C’est encore la solution la plus évidente. Quand il n’y a plus de voiture, le métro, lui, fonctionne encore (hors problème technique, grève ou colis suspect). Pareil pour les trains, RER, trams et même les bus, qui ne sont pas concernés par les restrictions de circulation, transport public oblige.

En-dehors des applications officielles des opérateurs de transports (SNCF, RATP et ViaNavigo), plutôt bien conçue et qui vous donneront toutes les indications nécessaires pour prévoir votre trajet, vous pouvez vous doter de l’incontournable pépite française CityMapper. En plus d’évaluer votre temps de trajet dans le contexte précis de votre déplacement (selon votre heure de départ ou d’arrivée), l’application vous indique les différents trajets possibles, les numéros de sortie à privilégier et même l’endroit de la rame où monter pour gagner un maximum de temps. Indispensable. Notons que l’application Paris-ci la sortie indique elle aussi dans quel wagon monter et quelle sortie prendre… mais elle est payante (0,99 euros).

L'option sportive : le vélo

On n’ose pas trop vous suggérer de vous mettre au Vélib : depuis le changement d’opérateur, les problèmes s’accumulent et toutes les stations n’ont pas encore été déployées. Même si certains soucis ont été réglés au fur et à mesure des premiers mois de l’année, le service reste encore chaotique pour nombre d’utilisateurs. Si vous vous sentez l’âme d’un Indiana Jones de la pédale, prenez tout de même le temps de télécharger une des applis Bicyclette, OpenBike Now ou Véli Vélo qui vous indiquent toutes en temps réel le nombre de places disponibles dans les stations les plus proches. On n’est jamais trop prudent.

S’engouffrant dans la brèche, plusieurs acteurs du free floating ont profité des faiblesses du service historique pour s’implanter dans la capitale… mais aucun n’est français. Nous prenons quelques libertés avec notre ligne éditoriale pour vous souffler qu’Ofo, Obike, Mobike et Donkey Republic proposent tous des vélos en libre-service disséminés dans la capitale. Quand les services étrangers font mieux que les Français, il faut le souligner aussi…

Quelque soit la solution que vous privilégierez, pensez à scruter l’appli (française, elle) GéoVélo qui génère des itinéraires adaptés à vos envies, selon la difficulté du parcours souhaité. Non seulement elle vous indique le pourcentage de voies aménagées pour les vélos sur votre trajet mais elle peut également faire GPS grâce à sa fonction guide vocal. Le top.

L'option régressive : la trottinette

Oui, on sait : vous vous êtes toujours moqué de ces adultes au comportement d’enfants qui utilisaient une trottinette – fût-elle électrique – pour foncer sur les routes ou les trottoirs (c’est mal) parisiens. On vous pardonne. De toute façon, il faut vous y résoudre : la trottinette est une alternative sérieuse à votre voiture. Bien sûr, vous ne pourrez pas emmener la petite dernière à la crèche ni ramener l’intégralité de vos courses pour la semaine avec. Mais pour aller seul(e) au travail, ça devrait le faire.

En matière de trottinettes en libre-service, si vous voulez rouler français, il vous faudra aller jusqu’à Saint-Denis, où une station de la startup Knot est installée au pied du Stade de France. Si passer le périphérique ne vous sied pas, vous serez obligés d’opter pour Lime, la startup américaine ayant déployé il y a quelques semaines sa flotte intra-muros.

Si vous choisissez d’investir dans une trottinette électrique – plusieurs centaines d’euros mais au rythme où va le réchauffement climatique, vous devriez bénéficier de quelques pics de pollution supplémentaires pour les amortir – privilégiez celles des marques françaises Trottix, Lab’elle ou LittleBoard.

L'option motorisée : le scooter

Pour les adeptes des deux-roues mais qui ne voudraient pas mouiller la chemise à vélo, le scooter peut être l’alternative idéale. Le Français Cityscoot a été l’un des premiers à se positionner sur le marché des scooters en libre-service. Il suffit de se connecter sur l’application dédiée pour repérer et réserver un deux-roues. Casque et tablier couvre-jambes sont fournis, en revanche, prévoyez des gants pour ne pas être hors la loi… même par 35 degrés dehors. Pour ceux qui préféreraient l’option trois-roues, Troopy propose lui aussi des bécanes en libre-service dans la capitale.

Pour les plus précautionneux d’entre vous – ou les moins habiles en matières de conduite – il reste la possibilité de vous offrir une virée en taxi-scooter grâce à Felix, l’équivalent du VTC mais en deux-roues. Sur réservation ou en dernière minute, vous pouvez profiter du pic de pollution pour jouer les François Hollande d’un jour.

L'option collaborative : le covoiturage

Les indécrottables de la voiture pourront toujours se rassurer : le covoiturage leur permettra de rouler malgré tout. Et de prendre de bonnes habitudes pour la suite ? Toujours est-il que les Franciliens ont l’embarras du choix pour covoiturer : BlaBlaLines, iDVroom, Smiile, Karos, Klaxit… Tous proposent des trajets en région parisienne, notamment sur les axes les plus empruntés pour les trajets domicile-travail.

A lire aussi
Par

Geraldine Russell

26 juillet 2018 / 07H00
mis à jour le 26 juillet 2018
Business
Menu
Entrepreneurs
Menu
Finance
Menu
Innovation
Menu
Technologies
Menu
MaddyShop
MaddyShop
Agenda
Agenda
MaddyEvent
MaddyEvent
MaddyJobs
MaddyJobs
MaddyStudio
MaddyStudio
S'abonner à notre newsletter
À propos
Mentions Légales
Articles les plus consultés
>
Search
Thank you! Your submission has been received!
Oops! Something went wrong while submitting the form.
Search
Nos services
Les catégories
Maddynews
Recevez le résumé de nos articles directement dans votre boîte mail
Hmm... Il y a visiblement eu un soucis :(
Maddyness

Comme vous le savez, Maddyness est à la pointe de l'innovation.
Malheureusement il semble que votre navigateur ne le soit pas encore...

Pour une bonne expérience de navigation
(et être au top de la modernité) pensez à passer sur :
Chrome
Chrome
Safari
Safari
Firefox
Firefox
Edge
Edge