Maddyness

Comment les gilets jaunes ont exploité le numérique pour lancer leur mouvement

Comments
Partager :
Up
Partie précédente
1 — Comment le selfie vidéo est devenu l'outil préféré du coup de gueule
Partie suivante
Down
Maddyness
Up
Menu
Partie 1
Down
1 — Comment le selfie vidéo est devenu l'outil préféré du coup de gueule
2 — De l'algorithme des pauvres gens à l'internet des familles modestes
3 — Peut-on accuser Facebook de censurer ou d'amplifier le mouvement des «gilets jaunes» ?
4 — Dans le combat final des gilets jaunes, Jupiter va affronter des modérateurs Facebook
5 — « Les gilets jaunes, une jacquerie numérique »
6 — Gilets jaunes des ronds-points, gilets jaunes des réseaux, même combat
7 — "Le numérique permet de court-circuiter partis et syndicats"
Technologies

Comment les gilets jaunes ont exploité le numérique pour lancer leur mouvement

Pepper Pepper Pepper
2931 - trending  |  
Comments
Par Geraldine Russell - 07 décembre 2018 / 07H00

Chaque vendredi, dans sa revue de presse, Maddyness vous propose une sélection d’articles sur un sujet chaud qui ont retenu l’attention de la rédaction. Cette semaine, l'importance des outils numériques dans le mouvement des gilets jaunes.

Comment le selfie vidéo est devenu l'outil préféré du coup de gueule

Les faits

Le 18 octobre, une habitante inconnue du Morbihan a «poussé un petit coup de gueule» face caméra contre Emmanuel Macron et sa «traque au conducteur.» Jacline Mouraud est désormais considérée, avec ses 6 millions de vues, comme l’initiatrice du mouvement. Trois jours après sa vidéo, c’est un autre inconnu de Seine-et-Marne qui venait crier son ras-le-bol depuis l’habitacle de son camion. Eric Drouet ne s’est pas contenté de selfies: il a créé des groupes Facebook pour s’organiser, où des centaines d’internautes ont aussi réagi en vidéo. Lire la suite dans Le Figaro

De l'algorithme des pauvres gens à l'internet des familles modestes

L’analyse

Facebook a énormément servi de relai à la mobilisation des Gilets Jaunes. Le mouvement n’y est peut-être pas « né » mais il y a tout au moins été largement incubé. Facebook a également, comme à chaque grand mouvement populaire, été la ligne Maginot de toutes les cristallisations de ce qu’avant on appelait « l’opinion » et dont il est désormais l’antichambre vibrante et le gueuloir mouvant. Selon que vous soyez pro ou anti Gilets Jaunes, selon la sociologie de vos liens forts et de vos liens faibles dans la plateforme bleue, vous y aurez tantôt aperçu « les Gilets Jaunes contre les médias », tantôt « les médias contre les Gilets Jaunes ». Et dans un camp comme dans l’autre, les mêmes armes virales : montages d’images ou de citations tronquées, mèmes et mix d’infos et d’intox en tous genres. Une seule certitude au final : « certains Gilets Jaunes » ont au moins autant raconté n’importe quoi sur « certains médias » que « certains médias » ont raconté absolument n’importe quoi sur « certains Gilets Jaunes ». Lire la suite du billet d’Olivier Ertzscheid sur son blog

Peut-on accuser Facebook de censurer ou d'amplifier le mouvement des «gilets jaunes» ?

La question

Une chose est sûre : entre Facebook et les «gilets jaunes», c’est compliqué. Depuis plusieurs semaines, manifestants, journalistes et politiques s’interrogent sur le rôle du réseau social dans la propagation du mouvement. Certains soupçonnent Facebook de censurer les «gilets jaunes». D’autres, au contraire, l’accusent de grossir les rangs du mouvement. Le Figaro fait le point sur les fantasmes, et les vérités, de la relation entre les «gilets jaunes» et le premier réseau social mondial. Lire la suite dans Le Figaro

Dans le combat final des gilets jaunes, Jupiter va affronter des modérateurs Facebook

Le focus

Dans un mouvement sans chef, qui est le patron ? A un moment, il faut bien une structure pour coordonner la lutte, déterminer une liste de revendications, répondre à la presse et négocier avec le gouvernement. Pour répondre à cette problématique, les gilets jaunes ont mis en place une «délégation» de huit «communicants officiels» chargés de prendre contact avec le gouvernement. Qui sont ces huit porte-parole ? Comment ont-ils été désignés ? Le sujet est inflammable au sein des gilets jaunes qui prônent une démocratie directe, un horizontalisme radical dans lequel chaque voix doit se faire entendre de la même manière. Ce n’est pas très démocratique mais l’équipe des huit s’est auto-nommée, autour d’un canal historique des gilets jaunes : Eric Drouet (qui a depuis annoncé se retirer de la délégation ce jeudi), créateur de l’événement Facebook du 17 novembre, et Priscillia Ludosky, créatrice de la pétition contre la hausse du prix du carburant qui a tout lancé. Dans ce nouveau genre de mobilisation, où la participation en ligne est toute aussi importante que les blocages sur les ronds-points, les chefs par défaut sont les admins des pages Facebook. Lire la suite dans Libération

« Les gilets jaunes, une jacquerie numérique »

Le point de vue

On appela son chef Jacques Bonhomme, parce qu’il n’avait pas de nom. Ou alors le nom de tous les paysans qui s’engagèrent en 1358 dans une jacquerie: une révolte spontanée et violente contre la dureté des temps et pour la dignité des humbles, entre Guerre de Cent ans et hausse des taxes destinées à payer la rançon du roi Jean. Il y a de la jacquerie dans le mouvement des gilets jaunes – la violence en moins, le numérique en plus. Lancée par des «Jacques» bricolant un appel sur leur smartphone, la révolte s’est diffusée à la vitesse des clics des internautes, relayant une revendication à la fois très ciblée et très large, sans structure ni leader. D’où l’extrême complexité d’une réponse politique. Lire la suite de la tribune de Francis Brochet dans Le Figaro

Gilets jaunes des ronds-points, gilets jaunes des réseaux, même combat

L’historique

Les gilets jaunes sont autant un mouvement des ronds-points que des groupes Facebook. Si l’action a lieu dans la rue, la délibération a lieu sur les réseaux sociaux. Tout l’appareil idéologique des gilets jaunes s’est construit au fur et à mesure de la conversation sur les groupes Facebook. Ce sont dans ces espaces que s’est dessinée la liste des revendications et qu’est née l’idée d’en découdre (au besoin physiquement) avec le pouvoir.En semaine, si les gilets jaunes sont relativement peu à être présents sur le terrain, la mobilisation continue à être massive sur Internet. L’insurrection du samedi trouve toujours sa source dans les échanges de la semaine sur Facebook. Lire la suite dans Libération

"Le numérique permet de court-circuiter partis et syndicats"

Le décryptage

Ce qui est nouveau, c’est la révolution numérique et les réseaux sociaux qui permettent de court-circuiter les corps intermédiaires, comme les partis ou les syndicats. En mai 1968, il y avait des forums spontanés où chacun prenait la parole et qui surgissaient un peu partout dans Paris et en France. Mais c’était les syndicats, les organisations étudiantes ou certaines organisations politiques qui tenaient la rue et organisaient les actions et les manifestations. Lire la suite de l’interview de Guy Groux sur WeDemain

Par

Geraldine Russell

07 décembre 2018 / 07H00
mis à jour le 07 décembre 2018
Nos Articles les plus lus
Nos derniers articles

Comment bien préparer votre levée de fonds ?

Business
Par Maddyness, avec BNP Paribas - 08H00mercredi 19 décembre 2018
Next

PixelMe lève 1 million d'euros et joue la transparence sur ses chiffres

Finance
Par Geraldine Russell - 07H00mercredi 19 décembre 2018
Next
Business
Menu
Entrepreneurs
Menu
Finance
Menu
Innovation
Menu
Technologies
Menu
MaddyShop
MaddyShop
Agenda
Agenda
MaddyEvent
MaddyEvent
MaddyJobs
MaddyJobs
MaddyStudio
MaddyStudio
S'abonner à notre newsletter
À propos
Mentions Légales
Articles les plus consultés
>
Search
Thank you! Your submission has been received!
Oops! Something went wrong while submitting the form.
Search
Nos services
Les catégories
Maddynews
Recevez le résumé de nos articles directement dans votre boîte mail
Hmm... Il y a visiblement eu un soucis :(
Maddyness

Comme vous le savez, Maddyness est à la pointe de l'innovation.
Malheureusement il semble que votre navigateur ne le soit pas encore...

Pour une bonne expérience de navigation
(et être au top de la modernité) pensez à passer sur :
Chrome
Chrome
Safari
Safari
Firefox
Firefox
Edge
Edge