Maddyness

5 startups qui ont mordu la poussière après avoir connu le succès

Comments
Partager :
Up
Partie précédente
1 — Save, le réparateur de smartphones fondé par Damien Morin
Partie suivante
Down
Maddyness
Up
Menu
Partie 1
Down
1 — Save, le réparateur de smartphones fondé par Damien Morin
2 — Morning et Hush, les néobanques d’Éric Charpentier
3 — Allmyapps, l’ancêtre des App Store, de Thibaut Favre et Arnaud Coulondre
4 — Meninvest, la société derrière Menlook, de Marc Menasé
5 — Ekyog, la marque de mode éthique de Nathalie Vautier
Entrepreneurs

5 startups qui ont mordu la poussière après avoir connu le succès

Pepper Pepper Pepper
17781 - on fire  |  
Comments
Par Antoine Garbay - 13 mars 2019 / 15H24 - mis à jour le 13 mars 2019

Idée novatrice, levées de fonds mirobolantes, augmentation exponentielle du nombre de salariés... Ces entrepreneurs ont réussi avant de s'effondrer. La rédaction vous propose un retour sur ces parcours entrepreneuriaux atypiques.

Save, le réparateur de smartphones fondé par Damien Morin

Save représente parfaitement l’exemple de la startup à qui tout souriait, mais qui s’est brûlée les ailes. Créée en 2013 par Damien Morin, l’entreprise est spécialisée dans la réparation de smartphones, tablettes, ordinateurs et autres objets électroniques. Ses petits points de vente (de 12 à 15 m2) sont présents dans des centres commerciaux ou des aéroports et les réparations se font très rapidement, en quelques minutes seulement. À une époque où le smartphone est roi et où il est inconcevable d’avoir un écran fendu, Save connaît une ascension fulgurante. En 2015, deux ans après sa création, elle lève 15 millions d’euros et recrute à tour de bras pour arriver au chiffre impressionnant de 450 salariés.

Pourtant, en 2016, tout s’écroule. Seulement quelques mois après sa dernière levée de fonds, la société déclare la cessation de ses paiements au greffe du tribunal de commerce de Nanterre. Elle obtient l’ouverture d’une procédure de redressement judiciaire alors même qu’à la date de clôture du dernier exercice social, son chiffre d’affaires était de plus de 12 millions d’euros…

« On avait un mauvais contrôle de nos achats, la finance était approximative, notre gestion de stock était brinquebalante, les vols en corners ont pris une ampleur considérable, l’Allemagne et l’Espagne ont été un échec, nos relais de croissance n’ont pas vu le jour, et j’en passe… On cramait trop d’argent et on ne savait pas comment », expliquait alors Damien Morin.

A lire aussi

S’en suivent huit mois de redressement judiciaire au cours desquels la startup autrefois florissante doit se séparer d’un tiers de ses effectifs et fermer une quarantaine de points de vente. Une cure d’austérité qui permet à Save de redevenir rentable et de trouver un repreneur. Remade Group, le leader français des smartphones reconditionnés, s’offre ainsi la société. De son côté, Damien Morin reste directeur général de Save pendant huit mois avant de rebondir vers d’autres horizons. Aujourd’hui, l’entrepreneur s’est relancé en créant Mobile Club, un service de location de smartphones sans engagement.

Morning et Hush, les néobanques d’Éric Charpentier

Créée en 2013 et tout d’abord nommée Payname, la startup toulousaine Morning n’avait pour autre ambition que de révolutionner le paiement entre particuliers. Véritable néobanque, Morning proposait un service de paiement entre amis, mais également la possibilité d’obtenir un compte bancaire et une carte entièrement pilotables (choix de son code pin, capacité de bloquer son compte pour éviter de dépasser une certaine somme, possibilité de bloquer temporairement sa carte en cas de perte ou de vol, etc.).

A lire aussi

Son fondateur, Éric Charpentier, a alors le vent en poupe et séduit les investisseurs. Il concrétise plusieurs levées de fonds : 300 000 euros en 2013, 500 000 euros en 2014 (via une campagne de financement participatif) et 5 millions d’euros en 2015, dont 80 % de cette somme est amené par la MAIF. Ne voyant plus de limite à sa réussite, l’entrepreneur se lance dans la construction d’un siège social sur la commune de Saint-Élix-le-Château, son village d’origine situé en Haute-Garonne. Estimés à 1,2 million d’euros, les travaux donnent naissance en juin 2016 à un premier bâtiment de 600 m2. Dans le même temps, Éric Charpentier caresse la volonté d’entrer en bourse. Un projet qui rebute la MAIF, laquelle détient 38 % des parts.

La compagnie d’assurances bloque ses investissements et exprime son désaccord avec la stratégie du fondateur. Avec cette manne de fonds bloquée, les ambitions d’Éric Charpentier en prennent un coup. Pour mener à bien son projet de création d’une carte de paiement, il n’hésite pas longtemps à prélever 514 564 euros directement sur les dépôts de ses clients. Résultat : 75 000 d’entre eux n’ont plus eu accès à leur compte. Suite à ce hold-up pour le moins embarrassant, un bras de fer s’est joué entre le groupe d’assurances et le fondateur de Morning. Bien plus musclée, la MAIF l’a remporté, a fait entrer la banque Edel (filiale de Leclerc) au capital et a débarqué Éric Charpentier.

Les déboires du Toulousain ne s’arrêtent pas là ! Chauffé à blanc par sa mise à l’écart d’une entreprise qu’il avait pourtant créée, Éric Charpentier se lance en 2017 dans un nouveau projet. En fondant Hush, il ambitionne toujours de proposer un compte bancaire assorti d’une carte de paiement, mais cette fois-ci il entend également fournir à sa clientèle un accès aux cryptomonnaies et la possibilité de soumettre des projets entrepreneuriaux à d’autres utilisatrices et utilisateurs pour qu’ils participent au financement.

Les objectifs affichés de Hush étaient ambitieux. Il était prévu de lever 20 millions d’euros, d’organiser une autre levée en cryptomonnaies, d’obtenir un agrément bancaire et de s’entendre avec MasterCard d’ici 2018. Problème : en avril 2018, la startup annonçait avoir levé 540 000 euros et 245 ethers (environ 50 000 euros). Avec moins de 600 000 euros collectés, Hush est très loin de la somme visée. L’agrément bancaire et l’accord avec MasterCard sont tout aussi lointains.

En juillet, Éric Charpentier envoie son dernier message sur le Telegram de la société, ferme ses comptes Facebook, LinkedIn et Twitter et… prend le large. Depuis, le projet Hush est en stand-by et Éric Charpentier ne donne plus de nouvelles. Encore moins à ses investisseurs et aux créanciers de la structure à qui il laisse une ardoise de plusieurs centaines de milliers d’euros.

Allmyapps, l’ancêtre des App Store, de Thibaut Favre et Arnaud Coulondre

Allmyapps est un service créé en 2009, permettant d’installer plusieurs logiciels gratuits en une seule fois sur son ordinateur. Fondée par Thibaut Favre et Arnaud Coulondre, la startup réunit un capital de départ de 70 000 euros et recrute 30 000 utilisatrices et utilisateurs. Un premier deal est rapidement signé avec Intel.

En 2010, les résultats permettent de lever des fonds auprès d’Elaia Partners et de recruter toute une équipe. Grâce à une campagne de marketing intensive, près de 120 000 personnes sont convaincues. Cependant, la startup n’arrive pas à attirer trois des plus gros éditeurs de logiciels : Microsoft, Kaspersky et Norton, qui préfèrent créer leurs App Store maison.

Elaia Partners décide toutefois d’investir à nouveau en injectant un million d’euros. Malgré cela, Allmyapps ne décolle pas et est contrainte en 2012 à se séparer de certains de ses employés. Elaia Partners réinjecte 300 000 euros pour soutenir la startup et lui permettre de sortir la tête de l’eau. En s’inscrivant dans une nouvelle stratégie, Allmyapps atteint finalement la rentabilité en 2013.

Alors que le ciel semble s’éclaircir, Google assène l’estocade à la startup en changeant son algorithme. Le trafic sur l’application s’effondre de 70 % et Allmyapps est placé en liquidation judiciaire. Ironsource, entreprise israélienne partenaire de la société, la rachète pour 361 000 dollars.

Thibaut Favre a depuis créé Democratech, une association dont l’objet est de favoriser la participation et l’implication du plus grand nombre à la vie citoyenne et civique française. Il travaille en parallèle chez The Family, l’accompagnateur de startups. Arnaud Coulondre est de son côté revenu à une activité salariée en passant par Engine à San Francisco puis en revenant en France pour intégrer Critéo en tant que chef de produit senior.

Meninvest, la société derrière Menlook, de Marc Menasé

Créé en 2010 par Marc Menasé, le site de prêt-à-porter masculin Menlook rencontre rapidement le succès. En 2012, l’entrepreneur se vante d’ailleurs sur le site ecommercemag.fr d’avoir « réussi à créer une vraie destination shopping pour les hommes, avec un triptyque relativement simple, qui repose d’abord sur une offre produits, exhaustive, quels que soient le budget de l’internaute et son niveau de connaissances en termes de mode et de style ». Un sentiment partagé par les fonds puisque Partech et Axa Private Equity investissent 4,5 millions d’euros dès 2011, rapidement suivis par Orkos Capital et 123 Venture qui apportent 5,6 millions d’euros. En 2014, 23 millions d’euros sont investis par Idinvest Partners, Marc et Laurent Grosman (fondateurs du groupe Celio) ainsi que Bpifrance.

Gonflé à bloc par ses succès, Meninvest, la société mère de Menlook, se lance dans des rachats et s’offre le Britannique Oki-Ni en 2013 et l’Allemand Frontlineshop en 2015. Le bond en avant de trop puisque ce dernier rachat a, selon Marc Menasé, donné lieu à un « véritable chamboulement économique », duquel Menlook ne s’est pas relevé.

A lire aussi

Placée en redressement judiciaire au printemps 2017, la société n’a pas réussi à trouver de repreneur. Une triste issue pour un groupe dans lequel travaillaient 130 personnes, dont 70 pour la marque Menlook.

De son côté, Marc Menasé est resté un acteur important de l’entrepreneuriat français. Il est aujourd’hui un business angel et a investi dans une trentaine de startups : Teads, Lendix, Le Petit Ballon, Attractive World, Molotov, Epicery…

Ekyog, la marque de mode éthique de Nathalie Vautier

Après avoir travaillé pendant des années dans l’industrie textile, Nathalie Vautier ne supporte plus la pollution qu’elle engendre (deuxième industrie la plus polluante derrière le pétrole). En véritable pionnière du secteur, elle décide dès 2004 de lancer, en collaboration avec son mari Louis-Marie, la première marque de mode éthique française : Ekyog. Un magasin ouvre à Rennes en 2005 et, cinq ans plus tard, la marque salarie 100 personnes et compte 50 magasins en France.

Seulement, la gestion de l’équipe fondatrice ne suit pas l’expansion d’Ekyog. La production ne va pas assez vite et les collections prennent du retard. La société clôt son exercice de l’année 2012 sur une perte nette de 2,99 millions d’euros. Ekyog dépose le bilan en 2014, puis est acquise en 2015, dix ans après sa création, par un investisseur canadien.

Après un passage à vide d’un an, Nathalie Vautier se relance en 2017 avec une nouvelle marque : Marie & Marie. Cette fois-ci, l’entrepreneure créée le « vêtement sensoriel », les fibres des tissus sont encapsulées d’une formulation cosmétique composée d’huiles essentielles qui s’active au contact de la peau.

A lire aussi

Ces 5 histoires ne sont pas isolées. On n’oublie pas Stootie, Lima, Giroptic and co. Vous pensez à d’autres sociétés ? N’hésitez pas à les soumettre en commentaire.

Par

Antoine Garbay

13 mars 2019 / 15H24
mis à jour le 13 mars 2019
Business
Menu
Entrepreneurs
Menu
Finance
Menu
Innovation
Menu
Technologies
Menu
MaddyShop
MaddyShop
Agenda
Agenda
MaddyEvent
MaddyEvent
MaddyJobs
MaddyJobs
MaddyStudio
MaddyStudio
Search
Thank you! Your submission has been received!
Oops! Something went wrong while submitting the form.
Articles les plus consultés
Les guides
Entreprises Structures d’accompagnement MaddyBasics
S'abonner à notre newsletter
À propos
Mentions Légales
Search
Nos services
Les catégories
Maddynews
Recevez le résumé de nos articles directement dans votre boîte mail
Hmm... Il y a visiblement eu un soucis :(
Maddyness

Comme vous le savez, Maddyness est à la pointe de l'innovation.
Malheureusement il semble que votre navigateur ne le soit pas encore...

Pour une bonne expérience de navigation
(et être au top de la modernité) pensez à passer sur :
Chrome
Chrome
Safari
Safari
Firefox
Firefox
Edge
Edge