Maddyness

Lyft entre en Bourse et met la pression à Uber

Comments
Partager :
Up
Partie précédente
1 — Uber rival aims to raise $20bn in Wall Street debut
Partie suivante
Down
Maddyness
Up
Menu
Partie 1
Down
1 — Uber rival aims to raise $20bn in Wall Street debut
2 — L'IPO de Lyft déjà sursouscrite
3 — Le bon, la brute et les truandés
4 — John Zimmer et Logan Green, les deux hommes forts de Lyft
5 — Lyft outlines all the reasons ridesharing could fail, in its IPO documents
Technologies

Lyft entre en Bourse et met la pression à Uber

Pepper Pepper Pepper
3640 - piping hot  |  
Comments
Par Geraldine Russell - 22 mars 2019 / 10H00 - mis à jour le 25 mars 2019

Chaque vendredi, dans sa revue de presse, Maddyness vous propose une sélection d’articles sur un sujet chaud qui ont retenu l’attention de la rédaction. Cette semaine : l’entrée en Bourse de Lyft.

Uber rival aims to raise $20bn in Wall Street debut

L’actu

Lyft has officially kicked off the roadshow for its initial public offering, saying on Monday it plans to put more than 30m shares up for sale with an anticipated price of between $62 and $68 each. That would raise more than $2bn for the San Francisco ride-hailing company, pegging its market value at $20bn to $25bn, even though it has not been able to turn a profit yet. It is the first time that Lyft has revealed how much money it hopes to raise in the IPO, and how much it believes it is worth. Those financial targets could still change as Lyft’s investment bankers gauge demand for the company’s stock leading up to the IPO pricing, which is expected to happen next week. Lire l’article du Guardian

L'IPO de Lyft déjà sursouscrite

L’actu bis

L’introduction en Bourse (IPO) de Lyft a été sursouscrite, compte tenu des engagements pris jusqu’à présent par les investisseurs, a appris mardi Reuters de sources au fait du dossier. Cela pourrait permettre au spécialiste des véhicules de transport avec chauffeur (VTC) d’atteindre, voire de dépasser, la valorisation de 23 milliards de dollars (20,28 milliards d’euros) qu’il vise. Lire l’article de Sciences et Avenir

Le bon, la brute et les truandés

Les coulisses

« Les hommes naissent bien dans l’égalité, mais ils n’y sauraient demeurer ». Il n’est pas surprenant qu’une Silicon Valley prétendant réinventer l’humanité renverse le précepte d’un encyclopédiste, Montesquieu : les « disrupteurs » de la technologie sont des animaux orwelliens plus égaux que d’autres, et ils ne sauraient changer. Les deux fondateurs de Lyft, John Zimmer et Logan Green, jugeant donc avec les frères Goncourt que l’égalité est la plus horrible des injustices, s’arrogeront 48,8 % des droits de vote du vétéciste avec une participation au capital de seulement 7 % grâce à une structure duale d’actions déjà vue chez Google, Facebook, Dell Technologies, mais aussi chez Ford, Nike, Viacom et UPS. Lire l’article des Échos

John Zimmer et Logan Green, les deux hommes forts de Lyft

Le (double) portrait

Lyft a pris de vitesse Uber. La jeune entreprise, créée en 2012 à San Francisco par Logan Green et John Zimmer, a lancé lundi la tournée de promotion de son entrée en Bourse qui doit lui permettre de lever jusqu’à 2,4 milliards de dollars. Lyft, qui dispose de près de 2 millions de chauffeurs, profite d’une image très positive aux États-Unis auprès du grand public. Résultat en partie de la réputation des deux cofondateurs de l’entreprise de VTC. Géant à deux têtes, Logan Green et John Zimmer n’en sont pas moins très différents. De son côté, Logan Green est un génie de la mobilité. Grand timide, il ne s’affiche jamais face caméra, car ce qu’il préfère c’est l’innovation. Comme le souligne le Financial Times, Logan Green « préfère se concentrer sur la technologie et sur la réduction de l’empreinte carbone » de la société (…) John Zimmer, lui, est un ancien de Lehman Brothers – qu’il quitte quelques moins avant la faillite. Il devient le visage de l’entreprise. Les deux hommes mettent très vite l’accent sur son aspect cool. Lire l’article de l’Écho

Lyft outlines all the reasons ridesharing could fail, in its IPO documents

L’analyse

The IPO of Lyft — and competitor Uber’s anticipated stock listing later this year — is a turning point for one of the most popular innovations to come out of Silicon Valley in recent years. The discount, door-to-door ride business supplanted the taxi industry, aggravating city regulators in the process and ushering in a new class of workers under the gig economy. But many see the on-demand car and driver model as only a stepping stone on the way to a broader revolution in transportation spurred by driverless technology. Lyft and Uber both have placed their bets on a driverless future, pouring millions into research and development for autonomous systems that could be less costly than splitting fares with drivers. But they’re also competing with other Silicon Valley giants, such as Waymo, which belongs to Google’s parent company Alphabet, and Detroit-based automakers to be the first to launch autonomous ride-hail services. Lire l’article du Washington Post

Par

Geraldine Russell

22 mars 2019 / 10H00
mis à jour le 25 mars 2019
Articles les plus lus du moment
Business
Menu
Entrepreneurs
Menu
Finance
Menu
Innovation
Menu
Technologies
Menu
MaddyShop
MaddyShop
Agenda
Agenda
MaddyEvent
MaddyEvent
MaddyJobs
MaddyJobs
MaddyStudio
MaddyStudio
Search
Thank you! Your submission has been received!
Oops! Something went wrong while submitting the form.
Articles les plus consultés
Les guides
Entreprises Structures d’accompagnement MaddyBasics
S'abonner à notre newsletter
À propos
Mentions Légales
Search
Nos services
Les catégories
Maddynews
Hmm... Il y a visiblement eu un soucis :(
Maddyness

Comme vous le savez, Maddyness est à la pointe de l'innovation.
Malheureusement il semble que votre navigateur ne le soit pas encore...

Pour une bonne expérience de navigation
(et être au top de la modernité) pensez à passer sur :
Chrome
Chrome
Safari
Safari
Firefox
Firefox
Edge
Edge