Maddyness

Le flyboard, coup marketing de l’été

Comments
Partager :
Up
Partie précédente
1 — Franky Zapata, l’homme au « Flyboard », rate sa traversée de la Manche
Partie suivante
Down
Maddyness
Up
Menu
Partie 1
Down
1 — Franky Zapata, l’homme au « Flyboard », rate sa traversée de la Manche
2 — "Il a toujours le cerveau en ébullition"
3 — Défilé du 14 juillet : l’homme volant sur son Flyboard Air a stupéfié les Champs-Elysées
4 — Le Flyboard Air, cette innovation qui a failli échapper à la France
5 — La technologie du Flyboard Air peut-elle changer le transport militaire et civil ?
Technologies

Le flyboard, coup marketing de l’été

Pepper Pepper Pepper
5829 - piping hot  |  
Comments
Par Geraldine Russell - 26 juillet 2019 / 11H00

Chaque vendredi, dans sa revue de presse, Maddyness vous propose une sélection d’articles sur un sujet qui a retenu l’attention de la rédaction. Cette semaine, la traversée avortée de la Manche par le concepteur du flyboard.

Franky Zapata, l’homme au « Flyboard », rate sa traversée de la Manche

Les faits

Franky Zapata, « l’homme volant », parti jeudi 25 juillet de Sangatte (Pas-de-Calais) pour rejoindre Douvres (Kent) sur son « Flyboard Air », est tombé dans la mer. Il tentait de réitérer l’exploit de Louis Blériot, premier aviateur à avoir franchi le détroit par les airs, il y a cent dix ans. Pour effectuer cette traversée d’environ 35 kilomètres, il devait ravitailler sa machine volante en kérosène côté anglais, à 18 kilomètres des côtes françaises. Selon une conversation radio entendue par une journaliste de l’AFP, il a été secouru « conscient ». Lire l’article du Monde

"Il a toujours le cerveau en ébullition"

Le portrait

Au-delà de ses aptitudes physiques, Franky Zapata est avant tout un inventeur hyperactif, qui ne manque jamais une occasion d’engranger des connaissances. Il profite ainsi d’une visite des cuves du domaine du château La Coste, près d’Aix-en-Provence (Bouches-du-Rhône), pour prendre en photo la robinetterie – juste au cas où. « Il peut se passionner pour un joint ou un tuyau. Il a toujours le cerveau en ébullition », décrit le député Eric Diard, ancien maire de la commune de Sausset-les-Pins qui l’a soutenu dans ses démarches. Récemment, il s’est mis en tête d’étudier les parachutes utilisés pour le base-jump sur la base aérienne de Gap-Tallard (Hautes-Alpes), avec une idée en tête : pourquoi ne pas en équiper les Flyboard Air et s’envoler au-dessus des nuages ? Lire l’article de FranceInfo

Défilé du 14 juillet : l’homme volant sur son Flyboard Air a stupéfié les Champs-Elysées

Le buzz

Et soudain, surgit un aigle noir… L’animation d’ouverture du défilé du 14 Juillet touchait à sa fin ce dimanche matin, et on voyait déjà se dessiner au dessus des tours de la Défense les panaches de la patrouille de France ouvrant la parade lorsque à 10h40, un ovni a débarqué au dessus de la place de la Concorde : juché sur une plateforme turbopropulsée, un homme volant, tout de noir vêtu et fusil en main, s’est «stationné» debout, en face de la tribune présidentielle, à plusieurs dizaines de mètres de haut, effectuant quelques manoeuvres d’une aisance sidérante, sous les yeux ébahis des spectateurs, et sans aucun doute, des téléspectateurs. Lire l’article du Parisien

Le Flyboard Air, cette innovation qui a failli échapper à la France

Le making of

Cette innovation développée à 100 % dans les ateliers de l’entreprise Zapata Industries au Rove (Bouches-du-Rhône), a pourtant bien failli échapper à la France. En octobre 2017 l’entrepreneur avait proposé au commandement des forces spéciales américaines (USSOCOM), qui a toujours rêvé d’un soldat volant, le concept d’Ez-Fly  développé par la société Z-Air, une filiale de Zapata Industries. L’Ez-Fly est l’évolution du Flyboard Air qui s’apparente à un Segway capable de voler à 130 km/h avec une autonomie d’environ 10 minutes. A cette époque, l’armée américaine a bien failli racheter l’entreprise d’un Franky Zapata interdit de vol en France sous peine de poursuites. Lire l’article des Échos

La technologie du Flyboard Air peut-elle changer le transport militaire et civil ?

La question à deux euros

Les applications militaires sont certes de l’ordre du possible, mais aussi hypothétiques. Le Flyboard pose encore plusieurs problèmes techniques actuellement, qui peuvent rendre son utilisation immédiate difficile. « Toutes les qualités ne sont pas encore réunies« , explique Jean-Vincent Brisset. « On se retrouve confronté à des problèmes de logistique, de batterie, de stockage ou encore d’approvisionnement en hydrogène. » Dans cette perspective militaire, l’entreprise de Franky Zapata a développé un modèle allégé du Flyboard Air, l’EZ-Fly, censé être, entre autres, plus maniable que son prédécesseur, plus rapide et accessible, même aux personnes qui ne sont pas pilotes de formation. Mais finalement, les applications militaires ne sont pas l’objectif principal de l’entreprise à l’origine de l’appareil volant. « Ils travaillent majoritairement pour le civil« , explique Marie Schuster, journaliste à France 24 à Sangatte. Lire l’article de France24

Par

Geraldine Russell

26 juillet 2019 / 11H00
mis à jour le 25 juillet 2019
Articles les plus lus du moment
Business
Menu
Entrepreneurs
Menu
Finance
Menu
Innovation
Menu
Technologies
Menu
MaddyShop
MaddyShop
Agenda
Agenda
MaddyEvent
MaddyEvent
MaddyJobs
MaddyJobs
MaddyStudio
MaddyStudio
Search
Thank you! Your submission has been received!
Oops! Something went wrong while submitting the form.
Articles les plus consultés
Les guides
Entreprises Structures d’accompagnement MaddyBasics
Maddyplay
Newsletter
À propos
Mentions Légales
Search
Nos services
Les catégories
Maddynews
Hmm... Il y a visiblement eu un soucis :(
Maddyness

Comme vous le savez, Maddyness est à la pointe de l'innovation.
Malheureusement il semble que votre navigateur ne le soit pas encore...

Pour une bonne expérience de navigation
(et être au top de la modernité) pensez à passer sur :
Chrome
Chrome
Safari
Safari
Firefox
Firefox
Edge
Edge