Maddyness

Paris, Airbnb et les JO sont dans un bateau : qui va tomber à l’eau ?

Comments
Partager :
Up
Partie précédente
1 — Jeux Olympiques : Airbnb devient l'un des principaux sponsors du CIO
Partie suivante
Down
Maddyness
Up
Menu
Partie 1
Down
1 — Jeux Olympiques : Airbnb devient l'un des principaux sponsors du CIO
2 — Airbnb sponsor des JO de Paris 2024 : la Ville crie « au scandale »
3 — Paris-2024 rassure l'hôtellerie après l'arrivée d'Airbnb comme sponsor olympique
4 — JO 2024 à Paris : les hôteliers suspendent leur participation en raison du partenariat avec Airbnb
5 — AirBnB : Ian Brossat et deux élus de Berlin et Barcelone en appellent à l'UE pour réguler la plateforme
6 — Airbnb : pourquoi la mairie de Paris ne va récolter que 298.500 euros d'amendes cette année
7 — Paris multiplie les pistes pour réguler Airbnb
8 — « Airbnb devra remettre aux mairies la liste de tous les logements loués »
Innovation

Paris, Airbnb et les JO sont dans un bateau : qui va tomber à l’eau ?

Pepper Pepper Pepper
2382 - trending  |  
Comments
Par Geraldine Russell - 22 novembre 2019 / 07H30

Chaque vendredi, dans sa revue de presse, Maddyness vous propose une sélection d’articles sur un sujet qui a retenu l’attention de la rédaction. Cette semaine, l'arrivée d'Airbnb parmi les sponsors du comité olympique.

Jeux Olympiques : Airbnb devient l'un des principaux sponsors du CIO

L’actu

Le géant de la location de logements touristiques entre particuliers Airbnb a annoncé lundi à Londres qu’il devenait l’un des principaux sponsors du Comité international olympique (CIO) jusqu’en 2028. Ce partenariat, dévoilé par le co-fondateur de la plateforme Joe Gebbia, portera notamment sur l’hébergement des visiteurs et des familles d’athlètes lors des prochains JO, dont ceux de Paris en 2024. Il intervient au moment où la société cherche à redorer son image avant une possible introduction en Bourse en 2020. Lire l’article du Figaro

Airbnb sponsor des JO de Paris 2024 : la Ville crie « au scandale »

La réaction

Ian Brossat (PCF), l’adjoint au logement d’Anne Hidalgo (PS), a failli s’étrangler quand l’annonce officielle est tombée ce lundi. Airbnb sera l’un des sponsors majeurs des Jeux olympiques jusqu’en 2028 (5 olympiades) donc… pendant le grand rendez-vous parisien de 2024 ! Cet accord est un couteau planté dans le dos de la maire et de son adjoint. En effet, les deux élus croisent le fer depuis de longues semaines avec la plate-forme sur l’obligation de posséder un numéro d’enregistrement pour louer son logement. « C’est un choix scandaleux et irresponsable au regard des conséquences désastreuses qu’a Airbnb sur le logement à Paris ou dans nos villes, clame Brossat. Paris est en contentieux avec cette plate-forme. D’ailleurs la maire a alerté le comité international olympique (CIO) par courrier quand le partenariat a commencé à être évoqué sur le caractère inopportun de cette alliance. » Lire l’article du Parisien

Paris-2024 rassure l'hôtellerie après l'arrivée d'Airbnb comme sponsor olympique

La défense

Tony Estanguet, président du Comité d’organisation des Jeux olympiques (CoJo) Paris-2024, a déclaré lundi s' »appuyer sur les infrastructures hôtelières incroyables de la capitale« , voulant rassurer le secteur après l’arrivée d’Airbnb comme un des principaux sponsors de l’olympisme jusqu’en 2028. « Le partenariat avec Airbnb est un choix du CIO à l’échelle globale. Il recouvre plusieurs éditions des Jeux olympiques et Paralympiques sur de nombreuses années. De notre côté, nous avons fait le choix, depuis la phase de candidature, de nous appuyer sur les infrastructures hôtelières incroyables de la capitale« , a indiqué Tony Estanguet. Lire l’article de France Antilles

JO 2024 à Paris : les hôteliers suspendent leur participation en raison du partenariat avec Airbnb

La conséquence

Les hôteliers français réunis en congrès ont annoncé mercredi «suspendre leur participation» à l’organisation des Jeux Olympiques 2024 pour protester contre le partenariat noué par le Comité international olympique (CIO) avec la plateforme Airbnb. «Les hôteliers vont suspendre leur participation à l’organisation des JO 2024», a déclaré à l’AFP Laurent Duc, président de la branche hôtellerie de l’Union des métiers et des industries de l’hôtellerie (Umih) en marge du 67e Congrès de l’organisation qui se tient jusqu’à jeudi à Biarritz (Pyrénées-Atlantiques) et dont les membres avaient auparavant dénoncé un partenariat «totalement irrespectueux envers les professionnels de l’hôtellerie». Lire l’article du Figaro

AirBnB : Ian Brossat et deux élus de Berlin et Barcelone en appellent à l'UE pour réguler la plateforme

Le tir groupé

Dans une tribune adressée à la présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen, Ian Brossat, porte-parole du PCF et maire adjoint au logement à Paris signe avec deux autres élus de Berlin et de Barcelone une tribune demandant la révision des textes européens pour réguler la plateforme Airbnb. Lire l’article de France3

Airbnb : pourquoi la mairie de Paris ne va récolter que 298.500 euros d'amendes cette année

Le chiffre

La chute est vertigineuse. Après une année record où 2 millions d’euros d’amendes avaient été adressées à des loueurs à Paris, le montant est bien moins impressionnant en 2019. Seulement 298.500 euros d’amendes vont être perçu par la Ville, selon les informations de BFM Paris. De quoi se questionner sur l’action de la mairie de Paris dans ce domaine qui pourtant affirme faire le maximum dans ce dossier. L’explication est à trouver du côté de la justice française et européenne, les dossiers sont bloqués depuis le mois de février. Airbnb a déposé des recours au niveau de la Cour de justice de l’Union européenne (CJUE) contre la législation française. L’instruction a commencé au mois de février et cela fait plusieurs mois que la décision de la Cour est attendue. Il n’y a pas de date connue pour le moment. La justice française a renvoyé toutes ses décisions dans l’attente de celle de la CJUE. Lire l’article de BFM Paris

Paris multiplie les pistes pour réguler Airbnb

« Il faut étudier la possibilité d’interdire Airbnb dans certains arrondissements »

La solution musclée

« Il faut redonner le pouvoir aux maires (le Sénat a adopté un amendement à ce sujet, NDLR). Ensuite, il faut réduire le nombre de jours au-delà duquel il n’est pas possible de louer sur une année, pour revenir à quelque chose de très simple : on ne devrait pouvoir mettre son appartement sur un site de location de courte durée seulement si c’est l’appartement où l’on vit vraiment, quand on part en week-end ou en vacances. Troisièmement, la maire de Paris l’a évoqué récemment, je pense qu’il faut commencer à regarder les modalités selon lesquelles on interdirait Airbnb dans certains arrondissements, notamment ceux du centre de Paris. Je pense qu’il faut se pencher sur cette idée, politiquement, juridiquement. Il faut la creuser. Les municipales permettront sans doute d’éclaircir ce point du débat public. » Lire l’interview de Jean-François Martins, adjoint à la mairie de Paris en charge du tourisme, du sport et des Jeux Olympiques dans l’Echo Touristique

Anne Hidalgo promet un référendum sur Airbnb après les municipales

La voie diplomatique

« La maire prend l’engagement d’organiser un référendum auprès des Parisiens, immédiatement après les élections, probablement à l’été, de façon, en concertation avec eux, à définir les bonnes conditions d’usage d’Airbnb. Et la question sera posée dans chaque quartier, car évidemment la réalité n’est pas la même dans chaque quartier », a précisé sur France Info Emmanuel Grégoire, premier adjoint d’Anne Hidalgo. « Nous n’avons pas d’opposition de principe à Airbnb mais la maire est déterminée à en faire un sujet central de la campagne », a-t-il ajouté. Lire l’article de 20 Minutes

« Airbnb devra remettre aux mairies la liste de tous les logements loués »

La réponse gouvernementale

« Je viens de signer un décret qui impose à toutes les plates-formes de remettre une fois par an la liste de tous les logements loués : adresses, numéro d’enregistrement et nombre de nuitées. Les mairies des grandes villes pourront réclamer les listings de l’année en cours et de l’année précédente. Publié ce jeudi, le décret sera effectif à partir du 1er décembre. Je donne aux mairies des moyens de contrôle. A la mairie de Paris, 30 agents travaillent à plein temps sur cette question. Au lieu d’y aller au hasard, ils auront les listes qui leur permettront de contrôler prioritairement les logements qui posent problème. » Lire l’interview de Julien Denormandie, ministre de la Ville et du Logement, dans Le Parisien

Par

Geraldine Russell

22 novembre 2019 / 07H30
mis à jour le 21 novembre 2019
Articles les plus lus du moment

Operating partner, une seconde vie pour les entrepreneur·e·s

Business
Par Anne Taffin - 21H00lundi 02 décembre 2019
Next

Définir ses valeurs, sa culture. Le tuto comet

Business
Par Yoann Lopez - 18H00jeudi 28 novembre 2019
Next

Squiddy, l’antivol intelligent pour les deux-roues

Technologies
Par Anne Taffin - 10H00jeudi 28 novembre 2019
Next
Business
Menu
Entrepreneurs
Menu
Finance
Menu
Innovation
Menu
Technologies
Menu
MaddyShop
MaddyShop
Agenda
Agenda
MaddyEvent
MaddyEvent
MaddyJobs
MaddyJobs
MaddyStudio
MaddyStudio
Search
Thank you! Your submission has been received!
Oops! Something went wrong while submitting the form.
Articles les plus consultés
Les guides
Entreprises Structures d’accompagnement MaddyBasics
Maddyplay
Newsletter
À propos
Mentions Légales
Search
Nos services
Les catégories
Maddynews
Hmm... Il y a visiblement eu un soucis :(
Maddyness

Comme vous le savez, Maddyness est à la pointe de l'innovation.
Malheureusement il semble que votre navigateur ne le soit pas encore...

Pour une bonne expérience de navigation
(et être au top de la modernité) pensez à passer sur :
Chrome
Chrome
Safari
Safari
Firefox
Firefox
Edge
Edge