Pourquoi la crise accélère le besoin de donner du sens