Actus#agritech
Temps de lecture : 02'31''
30 avril 2021
Xavier Niel. Eric Piermont / AFP

L’école d’agriculture de Xavier Niel aura un incubateur de startups

Fin février, Xavier Niel surprenait tout son monde en annonçant la création - avec Audrey Bourolleau, ancienne conseillère du président Emmanuel Macron - d’un vaste campus destiné à former les "entrepreneurs agricoles de demain". Alors que l’ouverture des inscriptions se profile, voici quelques informations sur ce qu’elle proposera. 

Encore en plein travaux, le campus sur le Domaine de la Boissière, dans la Vallée de Chevreuse, au sud-ouest de Paris, accueillera ses premiers étudiants en septembre 2021. L’ouverture des inscriptions est prévue pour le mois de juin et selon Audrey Bourolleau, les candidats se bousculent déjà pour intégrer Hectar. 

Former les agriculteurs-entrepreneurs de demain 

La France est le premier pays producteur agricole de l’Union européenne, ce qui n’empêche pas les éleveurs et les agriculteurs d’alerter depuis des années sur leurs conditions de travail, ni de voir le nombre d’exploitations agricoles diminuer chaque année. L’ancienne conseillère d’Emmanuel Macron en est consciente. « Nous sommes confrontés à un défi de génération très conséquent. En France, 160.000 fermes sont à reprendre d’ici trois ans. Il faut former la prochaine génération » , souligne-t-elle. C’est bien cette nouvelle génération d’agriculteurs et de salariés agricoles que Xavier Niel et Audrey Bourolleau entendent accompagner et former. 

Pour les nouveaux entrants qui ne seront pas « dans un schéma de transmission familiale, la marche va être très haute« , confie-t-elle. « Il faut leur donner des modèles qui tournent économiquement, soient socialement justes et durables. Ce que nous voulons leur donner, c’est vraiment une posture de chef d’entreprise agricole« .

« Xavier Niel a toujours eu l’engagement de former dans des formats très agiles et innovants, comme ce qu’il a pu faire avec 42 » , relève Audrey Bourolleau. Ce qui explique sans doute la volonté de cette dernière de s’associer avec lui sur ce projet, en espérant que le succès sera identique à celui de son campus de formation au développement informatique.

Suivant les codes de l’écosystème tech, Hectar accueillera également « un accélérateur d’innovation et de startups » dans le domaine agricole. « Un peu dans l’esprit de ce qu’a fait Xavier Niel avec Station F »  à Paris et proposera aussi des formations sur le salariat agricole, en manque de bras.

Cultiver et élever dans le respect de l’environnement 

Décrite comme « ferme écrin » par Audrey Bourolleau, petite-fille d’agriculteurs, Hectar annonce qu’elle adoptera une démarche et une vision respectueuse de l’environnement. Face aux défis climatiques, l’école entend ainsi mettre l’accent sur les techniques de préservation des sols agricoles. « Nous avons fait le choix d’être en bio et en agriculture régénératrice, c’est-à-dire que nous ne labourons pas les sols » , détaille l’ancienne conseillère d’Emmanuel Macron, qui habite sur le domaine. « Nous avons remis en place de l’élevage sur une ferme qui ne faisait plus que de la grande culture » . Le troupeau comprend des vaches laitières et l’exploitation se dotera l’an prochain d’une laiterie.

En mars, la révélation par le magazine Capital du projet Hectar avait suscité des critiques. La chambre d’agriculture, la FDSEA et les Jeunes Agriculteurs (JA) d’Ile-de-France s’étaient interrogés “sur sa finalité idéologique ». La Région Ile-de-France, elle, croit en ce projet ambitieux – qui vise l’installation de 30 porteurs de projets par an en Île-deFrance – et lui a même attribué une subvention.