Portfolio#edtech
Temps de lecture : 05'47''
5 juillet 2021

11 outils numériques pour aiguiller les jeunes dans leur orientation

Un jeune sur deux estime ne pas avoir été bien accompagné par son établissement dans le choix de son orientation, selon une étude Cnesco. Certaines initiatives privées tentent de pallier ce problème. Voici une liste non-exhaustive de 11 startups qui tentent de mieux les guider.

ÉCOUTER L’ARTICLE
PARTAGER
SIGNALER UNE ERREUR ENREGISTRER PDF / EXPORTER
11 outils numériques pour aiguiller les jeunes dans leur orientation
00:00 - 00:00
00:00

Mise à jour d’une publication du 8 janvier 2021

Hello Charly, le chatbot d’orientation

Destiné aux 14-24 ans, Hello Charly développe des chatbots gratuits au service des jeunes pour les aider à s’orienter. D’abord, l’étudiant passe par une phase d’échange avec son coach virtuel, Charly, pour connaître son profil et mieux définir son projet. Ensuite, celui-ci a accès à un tableau de bord personnalisé où il peut consulter des fiches métiers, un guide pour trouver un stage, des informations sur Parcoursup ou encore des précisions sur certaines spécialités. 

850 métiers sont référencés et 110 000 formations disponibles sur l’application d’Hello Charly. Si la crise a accentué les inégalités sociales, l’objectif affiché de la startup est « d’éviter le décrochage scolaire et de mettre tous les moyens en oeuvre pour que les jeunes choisissent l’orientation la plus adaptée à leur personnalité, centres d’intérêts et objectifs de vie » . Disponible 24h/24 et 7j/7, le chatbot existe sur tous les types de plateformes dont Instagram, Snapchat et TikTok. Depuis sa création en 2016, la startup revendique avoir déjà aidé 220 000 personnes dans leur orientation. 

MyFuture favorise l’immersion pour découvrir les métiers

Depuis 5 ans, la startup MyFuture anime la plateforme « Stage découverte » , qui permet à n’importe quel jeune âgé de 14 à 24 ans de solliciter gratuitement un ou plusieurs mini-stages, de un à cinq jours, pour découvrir les métiers de façon concrète et préciser son orientation. Elle pilote aussi un dispositif aux côtés du ministère chargé de l’Egalité femmes-hommes, dont l’objectif est de permettre à 3000 jeunes femmes, chaque année, de découvrir les secteurs techniques et scientifiques en rencontrant des professionnel·les sur leur lieu de travail. Enfin, la jeune pousse propose aux collégiens de 3ème, pour qui le stage est facultatif cette année en raison du Covid-19, une alternative virtuelle. L’idée est de leur faire découvrir un secteur d’activité qui leur plaît à travers une série de conférences, d’interviews et de visites guidées, tout cela à distance. 

ExplorJob, à la rencontre des professionnels

L’association pour la Valorisation et la Découverte de Tous les Métiers (AVDTM) a développé une plateforme numérique collaborative, ExplorJob, pour permettre à ses utilisateurs et utilisatrices de rencontrer des pros de différents secteurs. L’objectif : se rendre compte de la réalité de leur métier. L’outil est aussi bien destiné aux étudiants, collégiens et lycéens qu’aux jeunes déscolarisés, aux demandeurs d’emploi ou aux personnes en reconversion professionnelle. Une fois le rendez-vous fixé sur le site, le professionnel parle de son parcours, de son travail et répond aux questions pendant une heure environ. Le but? Donner à toutes et tous l’accès à un vaste réseau de personnes envieuses de partager leur savoir.

Pixis, la plateforme pour découvrir les métiers de demain 

Fondée en 2017, cette startup, basée à Poitiers, part du constat que « 90% des métiers actuels vont profondément évoluer afin de répondre aux enjeux de la société, d’innovation, et finalement, il n’appartient qu’à soi de les construire » , comme on peut le lire sur le site de nos confrères de France Bleu. Partant de cette thèse, Aloïs Gaborit, lui-même fils d’une conseillère d’orientation, a développé Pixis, un assistant personnel gratuit qui aide les personnes à définir un champ d’activité dans lequel elles aimeraient travailler. À partir de là, la plateforme propose une trentaine de métiers (sur 2900 références), tous en lien avec les 17 objectifs pour le développement durable, fixé par l’ONU en 2015. Un détail important puisque, toujours selon son fondateur, les jeunes veulent aujourd’hui « privilégier le sens de leur futur métier » . Pixis compte aujourd’hui 50 000 inscriptions.

Impala, la plateforme ludique qui oriente par le jeu 

Impala propose de cartographier son orientation, avec des schémas interactifs où les points grossissent en fonction des appétences renseignées dans leur moteur de recherche. L’originalité réside dans la possibilité d’avancer dans ses choix grâce à une série de mini-jeux qui révèlent progressivement les points forts, centres d’intérêts et motivations de chaque utilisateur. Tout cela dans l’optique de créer, petit à petit, une carte plus affinée de métiers et études et de voir se dessiner une tendance d’orientation. 

OrientaSchool, un coach virtuel sur Messenger 

Facilement accessible sur Messenger, OrientaSchool permet de recevoir rapidement des ressources classiques mais adaptées aux demandes, celles de l’Onisep notamment. L’outil propose de réaliser un test de personnalité, mais aussi de s’immerger dans son job rêvé, en réservant une semaine d’immersion chez des professionnels. Contre 250 à 500 euros par semaine, 285 professionnels font découvrir leur quotidien.

Premier cap, de vrais coachs à distance 

Cette plateforme d’orientation scolaire 100% en ligne permet aux internautes de choisir un coach professionnel – bel et bien réel cette fois – et de construire avec lui, mais à distance, un plan d’études structuré, basé sur les éléments de personnalité, de motivation, de désirs et d’ambition. 

StudyAdvisor met les étudiants au coeur de l’orientation de leurs cadets

Pour en finir avec le conseiller d’orientation dont les étudiants se sentent souvent lointains, StudyAdvisor a créé un site sur lequel les étudiants répondent directement à toutes les questions des plus jeunes, sans tabou. Créée en 2016, la structure propose de matcher les profils selon les envies du lycéen, pour que « l’advisor » puisse ensuite lui donner son ressenti et répondre à ses questions, par écrit ou par téléphone. Ensuite, la plateforme propose une recommandation d’un ou plusieurs établissements correspondant au projet qui se dessine, et les met en contact. 

MillionRoads mise sur l’IA et le Big Data pour guider les jeunes

Cette startup avignonnaise développe des solutions numériques pour analyser les potentielles trajectoires scolaires et professionnelles de chaque utilisateur. Grâce à l’intelligence artificielle et au Big Data, l’équipe propose deux solutions. « Humanroads analytics » permet aux acteurs de la formation d’anticiper les évolutions du secteur. Le « GPS des carrières » de son côté dessine aux étudiants une carte leur faisant apparaître les parcours d’études possibles, adaptés à leurs envies. Le système équipe déjà une soixantaine d’écoles, organismes de formation et universités, comme Neoma Business School. Anciennement HumanRoads, la startup devient MillionRoads et sera bientôt disponible avec de nouvelles solutions

My Job Glasses compte sur un réseau de 48 000 professionnels

My Job Glasses est une plateforme d’aide à l’orientation des jeunes permettant de les mettre en relation avec des professionnels de tous secteurs. Cette EdTech, qui mise sur le mentorat, est construite sur la base du bénévolat, et est entièrement gratuite pour les jeunes qui veulent l’utiliser. Elle revendique déjà un réseau de 48 000 professionnels qui jouent le rôle de mentors et de 100 000 bénéficiaires inscrits. L’idée est de créer des relations directes avec des personnes de différents horizons pour que les étudiants se fassent une idée réaliste du métier exploré. Si, jusqu’alors, la jeune pousse se concentrait sur l’orientation des jeunes en études supérieures, elle est ouverte depuis janvier 2021 à tous les publics entre 15 et 30 ans.

Wilbi fait découvrir les métiers en vidéo

Disponible gratuitement sur l’AppStore et GooglePlay depuis janvier 2021, l’application Wilbi propose aux jeunes de les aider dans leur orientation grâce à des mini-vidéos immersives, sous format « story », comme sur les réseaux sociaux. Le principe ? Pendant une semaine, un professionnel fait de courtes vidéos pour montrer son quotidien, ses avantages et ses inconvénients, afin de proposer un contenu présentant le métier de manière réaliste. Pour les entreprises, la startup propose aussi de sponsoriser des métiers en tension ou peu connues afin de les rendre visibles auprès des jeunes utilisateurs. EDF, Evolis et la Fédération Française du Bâtiment disposent déjà de ce service.

Article écrit par Heloïse Pons
ÉCOUTER L’ARTICLE
PARTAGER
SIGNALER UNE ERREUR ENREGISTRER PDF / EXPORTER
11 outils numériques pour aiguiller les jeunes dans leur orientation
00:00 - 00:00
00:00