« Les algorithmes ne sont pas plus sexistes que la société actuelle »