Retour en haut
Business

#Business Seuls 29% des entrepreneurs réalisent une part de leur chiffre d’affaires à l’export

#Business : Seuls 29% des entrepreneurs réalisent une part de leur chiffre d’affaires à l’export
par

A l’occasion du “Talk Entrepreneurs by Société Générale, osez le Made in France” qui se tiendra jeudi 4 février en marge du Salon des Entrepreneurs en présence de Guillaume Gibault, fondateur du Slip Français, la rédaction de Maddyness, en partenariat avec Elabe, fait le point sur les principales interrogations que se posent les entrepreneurs pour conquérir l’international.


Avec plus de 120 000 entreprises exportatrices en France en 2014 – chiffre en croissance constante depuis quatre ans – le Made in France a de quoi sourire. Pourtant, malgré un optimisme grandissant des entrepreneurs quant à leurs capacités à s’exporter, trop peu de sociétés font le pari, ambitieux, de partir à la conquête du monde. Seulement 29% des PME françaises vont ou songeraient à aller à l’international en 2015.

L’international oui, mais encore trop compliqué…

L’international est clairement un enjeu reconnu aujourd’hui : deux dirigeants sur cinq considèrent qu’il est important qu’une PME-ETI française soit présente hors des frontières et 61% pensent ainsi pouvoir générer de la croissance” , indique Jérémie Piquandet, directeur d’études chez Elabe.

Pourtant, même si l’état investit pour doper son tissu économique à l’export ( à l’instar de Business France), force est de constater que cet optimisme ambiant se heurte souvent à la dure réalité du terrain. 46% des PME et ETI seraient ainsi bloquées dans leur élan par des formalités administratives jugées trop lourdes directement en France. Et la situation ne serait pas plus simple à l’étranger avec une complexité financière et une méconnaissance trop grande des marchés hors de nos frontières. Paradoxalement, une fois ces barrières passées, les PME exportatrices seraient plus optimistes pour leurs perspectives de revenus sur les 12 prochains mois.

Les Français s’exportent désormais partout

Un monde d’opportunités s’offre aux entreprises qui s’attaquent à l’international mais, spontanément, le potentiel se trouve juste derrière nos frontières, puis en Amérique et sur le vaste marché chinois malgré un ralentissement de l’activité ces derniers mois” , explique Jérémie Piquandet

Autrefois cantonnées à certaines zones géographiques bien spécifiques, les PME et ETI françaises se retrouvent aujourd’hui quasiment dans tous les pays du monde et ce, grâce à internet mais pas seulement. La structuration de la filière de l’accompagnement à l’export et la crise de 2007 étant passées par là, les sociétés n’ont eu d’autres possibilités que de se tourner vers des marchés plus porteurs. De cet état d’esprit est resté une certaine envie d’aller exporter notre savoir-faire bien au delà de l’Europe. Car, si aujourd’hui 56% des PME exportatrices le font en Europe, certains pays comme l’Inde avec – 16% des exportations – et la Chine apparaissent de plus en plus comme l’eldorado.

L’export représente donc de solides opportunités pour une grande majorité des entrepreneurs français. Reste à l’État de simplifier encore un peu plus les démarches administratives pour y parvenir et ainsi voir nos pépites françaises partir définitivement à la conquête du monde…

Pour en savoir plus sur le Made in France à l’export, rendez-vous le 4 février prochain pour un Talk Entrepreneurs by Société Générale à l’Open Mind Kfé (Paris) en compagnie de Guillaume Gibault, fondateur du Slip Français et des experts de Société Générale Commerce International.