Retour en haut
Business

#MaddyHelp Les Do’s et Dont’s des relations médias

#MaddyHelp : Les Do’s et Dont’s des relations médias Crédit : iStock - Getty Images
par

Aujourd’hui, les informations sont transmises et partagées à travers le monde en temps quasi réel ; la communication externe est donc devenue cruciale pour votre entreprise. Si vos relations presse sont bien menées, les bénéfices sont aujourd’hui sans limites : la durabilité et la visibilité sont bien supérieures sur internet qu’elles ne l’étaient durant l’ère de la presse écrite. A contrario, une erreur peut coûter très cher, et pour les mêmes raisons.

Pour la presse, face à cette frénésie de l’instantané et du développement de contenu à tout va, le bien le plus précieux d’un journaliste est son temps. Le journaliste web a pour objectif de publier des informations inédites et pertinentes plus rapidement que les autres, afin d’intéresser une audience et d’attirer des lecteurs ou, autrement dit, des clicks. C’est un environnement extrêmement compétitif.

Pour bien gérer les relations avec les médias dans ce contexte, voici une liste de conseils et d’erreurs à éviter quand vous approchez un journaliste:

Do…

> Contacter un journaliste uniquement si vous avez une information pertinente à lui offrir. Surtout si c’est la première fois que vous prenez contact, assurez-vous d’offrir une information pertinente, un communiqué de presse clair et concis, traitant d’un sujet que couvre le journaliste en question. Si, quand un journaliste ouvre votre email, il trouve une information utile, il se souviendra de vous la prochaine fois. C’est le début d’une bonne relation !

> Donner suffisamment de temps à un journaliste pour traiter l’information. Aujourd’hui, un journaliste reçoit entre 100 et 500 mails par jour. Envoyer un communiqué de presse n’est pas suffisant pour garantir la couverture de l’information. Prévoyez d’accorder au journaliste le temps de prendre connaissance de votre actualité en lui envoyant en premier lieu un teaser. Si le sujet l’intéresse, cela lui permettra de prévoir de mettre du temps de coté pour couvrir l’histoire le jour de votre annonce.

> Offrir une vision de grand angle quand vous démarchez un journaliste. Vous lui ferez gagner énormément de temps. Par exemple, si vous annoncez le lancement d’une plateforme pour freelance, donnez au journaliste des chiffres relatifs à l’industrie, tels que le nombre de freelance en France, le pourcentage de professionnels convertis en indépendants dans les 5 dernières années, etc, pour démontrer que votre startup est sur un marché de taille, et s’inscrit dans une réelle tendance qui va intéresser le lecteur final.

> Opter pour une approche qui favorise la qualité sur la quantité  L’important pour une jeune marque aujourd’hui, c’est de créer ce que l’on appelle un ‘media footprint,’ une trace dans les médias, et notamment en ligne, lorsque l’on cherche le nom de votre société dans un moteur de recherche. Il suffit d’un seul excellent article, tel qu’un portrait des fondateurs, ou un profile business retraçant clairement la vision et mission de la société pour créer un effet de notoriété durable qui influencera positivement vos clients, prospects, investisseurs potentiels, etc.

> Proposer une exclusivité à un journaliste. Dépendant du sujet de votre annonce, l’information mérite parfois d’être proposée en exclusivité à un journaliste, soit parce que la publication en question est exactement votre coeur de cible, soit parce que votre objectif est de primer la qualité sur la quantité, comme mentionné précédemment. Choisissez un journaliste avec lequel vous avez une excellente relation, et assurez-vous qu’en échange de l’exclusivité, le journaliste s’engage à publier. L’avantage d’une exclu, est qu’elle permet de mieux maîtriser le message puisque vous ne parler qu’à un seul titre, et d’influencer ainsi le reste des médias qui souhaitent éventuellement reprendre l’information.

En revanche, don’t…

> Solliciter un journaliste pour rien. L’époque d’or du ‘media blasting’, c’est-à-dire, envoyer un communiqué de presse à une immense base de données, est révolue, parce qu’elle est peu efficace. Évitez cette approche, et construisez-vous plutôt une liste presse ciblée, développez la au fur et à mesure de vos interactions avec la presse. Elle aura beaucoup plus de valeur, et vous aurez un bien meilleur taux de réponse des médias. Et également, éviter les relances intempestives. Multiplier les mails ou appels est contre productif: le journaliste a surement pris connaissance de votre mail ou appel, mais soit l’histoire ne l’intéresse pas, soit il est sous deadline, et traitera éventuellement votre demande plus tard.

> Déranger un journaliste si vous n’avez pas une excellente raison. Entre 9h00 et 18h00, un journaliste est par définition toujours occupé, et vu la nature de son métier, ça n’est jamais vraiment un bon moment pour lui parler. En 2016, évitez les coups de fils. Si vous avez le portable du journaliste et qu’il vous a autorisé à l’utiliser – envoyez lui un SMS pour vérifier, pas exemple s’il a bien reçu votre communiqué de presse. Ne proposez pas une rencontre de visu à un journaliste à moins d’avoir des informations en perspective à partager avec lui, et dites le lui quand vous l’invitez.

> Crier au loup pour attirer l’attention d’un journaliste sans raison valable. Evitez de titrer un email ‘Urgent’. C’est au journaliste, ou à son rédacteur-en-chef de décider des urgences de la journée. Tous les matins, les journalistes se réunissent pour une conférence de rédaction pour décider des sujets à traiter. Evitez, à l’inverse, les sujets d’email trop génériques du type “communiqué de presse”. Entre un mail intitulé “communiqué de presse” et un mail titré ‘Facebook se fait racheter’, il est évident que le second aura bien plus de chances d’être lu. Soyez clairs, concis et précis dans vos interactions avec la presse.

Contacter un journaliste trop tôt (ou trop tard). Si votre startup est encore au stade de deux fondateurs dans un garage, dotés d’un prototype, il est prématuré de contacter la presse. Attendez d’avoir un produit à montrer, des clients satisfaits et surtout une réelle histoire à raconter pour captiver une audience d’utilisateurs potentiels.

A contrario, si vous contactez un journaliste trop tard, par exemple, deux semaines après qu’une annonce soit sortie dans la presse, l’information aura perdu son caractère.

Definitely don’t

> Donner des informations approximatives ou fausses. Même s’il est tentant d’attirer l’attention d’un journaliste avec performance épatante, ou une vision  de votre startup d’ici deux ans, il est impératif de partager publiquement des informations 100% précises et vérifiées. Evitez les hyperboles ou estimations inatteignables. Une fois qu’une information est dans le domaine public, elle n’est plus rétractable. Si vous avez pré-annoncé un lancement produit auquel, pour des raisons X ou Y vous ne pouvez donner suite, cela n’est plus rétractable.

La règle d’or qui prime au dessus de tout ces conseils, c’est l’audience finale, autrement dit, le lecteur. Avant toute interaction avec un journaliste, demandez-vous si vous aimeriez vous même lire un article sur le sujet que vous vous apprêtez a proposer à un journaliste…

Mots clés : RP