Retour en haut
Business

#MaddyREX Des rencontres inattendues, des pitchs et des claques formatrices pour le 3ème jour des incubés de NEOMA Business School dans la Valley

#MaddyREX : Des rencontres inattendues, des pitchs et des claques formatrices pour le 3ème jour des incubés de NEOMA Business School dans la Valley iStock by Getty Images

Toute la semaine, 9 porteurs de projets issus de l’Incubateur de NEOMA Business School vous feront découvrir, à travers leurs yeux de porteurs de projet, la Silicon Valley. Plongez au coeur de leur troisième journée.

Hello guys! Nous allons vous raconter aujourd’hui ce que nous avons vécu, compris et réalisé pour ce 3ème jour à San Francisco. Nous avons eu des rendez-vous différents ce mercredi. Cet article va donc se découper en 3 parties :

  • la première : la journée et les ressentis d’Holibag ;
  • la deuxième : la journée et les ressentis de Lok-Iz ;
  • la troisième : la journée et les ressentis des autres startups (WePetsitty, Domos Kit, Frello et Nomen’k), rédigée par Pauline (WePetSitty).

PARTIE 1?—?HOLIBAG

Pour nous, Holibag, ce troisième jour représente la vraie plongée dans le grand bain du monde des entrepreneurs de la Silicon Valley. Nous avons réalisé que nous avons encore du chemin à parcourir et en même temps, on se dit que nous y avons toute notre place. Un curieux mélange entre “on n’est rien” et “on doit en faire partie”.

Mais en fait cette troisième journée a commencé la veille, le mardi 6 décembre. Le programme du jour était la visite du Campus de Google… vraiment un monde à part. Le soir nous avons assisté à l’un des évènements phare de la tech à SF : la sortie du premier batch de startups de l’accélérateur The Refiners. Lors de cette soirée survoltée, à l’américaine, nous avons pu assister à un Demo Day. C’est un peu la fête de fin d’année (comme à l’école) des startups accélérées (ou incubées) pendant laquelle elles donnent tout ce qu’elles ont pour séduire de futurs clients, des partenaires mais surtout des investisseurs. Ce batch est composé de 12 startups françaises pour un programme intensif de 12 semaines.

Chez Holibag, on a pris 3 grosses claques dans la soirée :

  • Claque #1 : On a vraiment du boulot les gars !

12 startups = 12 pitchs à l’américaine

Tous les ingrédients du pitch parfait étaient réunis : des decks de haute voltige, de l’émotion, de l’ambiance, du story telling parfaitement rôdé… et du coeur. Et c’est le coeur qu’ils y mettent qui les différencie d’un pitch “à la française”. Un Américain est capable de vous convaincre qu’il est passionné de cookies et que vous devriez vous y mettre aussi.

  • Claque #2 : Le hasard est notre allié

Entre deux pitchs, on discute avec son voisin et on networke, les gens le font assez facilement aux USA et les Français qui étaient présents ont l’air d’avoir pris le réflexe. Alors, on s’y met aussi. Et là, on tombe sur LA bonne personne, celle qu’il fallait rencontrer ce soir-là (entre autres !). C’est un business angel!

On présente Holibag en 30 secondes, on s’échange les cartes de visites… et les pitchs reprennent.

  • Claque #3 : Prendre des risques

Après cette première bonne rencontre, on s’est dit qu’il serait dommage de s’arrêter en un si bon chemin. Dans cette soirée, il y avait aussi trois personnes à voir absolument. Ce sont les trois fondateurs de The Refiners : Géraldine Le Meur, Carlos Diaz et Pierre Gaubil. Les trois sont sur-sollicités, mais on a trouvé un moment pour pitcher Holibag à Carlos Diaz : c’était vraiment l’elevator pitch de base, 10 secondes pour attirer son attention.

Résultat ? Rdv vendredi 9 à Parisoma pour un vrai pitch !

Tout cela pour en venir à la journée du mercredi 7 décembre…

Le business angel que nous avons rencontré la veille veut nous revoir. Le rendez-vous est donné au 199 Sutter Str, au Bread and Cocoa à 15H30, il nous accorde 30 min. On se renseigne sur notre interlocuteur (c’est le minimum) : il a vendu son entreprise pour plus de 30 millions d’euros en France et il a investi dans quelques startups. Mais on a surtout appris qu’il a 14 investissements en cours, et qu’il parcourt les États-Unis pour rencontrer les entrepreneurs.

L’entretien commence de façon conviviale, on parle de l’endroit, du café (mauvais) et du quartier. Mais très vite on passe au concret et sans support. Les questions commencent par des points généraux : pain point, solution, business model, en passant par l’équipe et la stratégie.

On continue par des points un peu plus détaillés :

  • Le besoin : donner un cas concret, un use case précis ou un segment bien identifié
  • Le marché : quelle est sa taille en valeur? A s’adresse-t-on? Le marché adressé est-il suffisamment important? Y a-t-il des barrières à l’entrée?

Il nous challenge beaucoup sur le go-to-market, sur notre façon d’aborder notre marché et notre capacité à aller vite dans l’exécution. On prend des coups, on répond, on réplique et on donne tout. Il regarde sa montre, finalement, il est resté 1h30 au lieu des 30 minutes prévues.

L’uppercut de fin : “votre projet est génial mais le pitch est vraiment médiocre. On n’y comprend rien, j’ai mis 1h30 pour comprendre le potentiel derrière.”

Il nous donne des conseils pour améliorer notre pitch, il nous propose de lui envoyer le deck et que l’on continue le process… On a donc convaincu, en 1H30 certes, mais convaincu quand même ! Promis, on va travailler comme des barbares pour améliorer notre pitch.

PARTIE 2?—?LOK-IZ

Salut à tous, je vais vous raconter la journée de folie que nous avons eue avec la Team NEOMA BS.

Hunt or be hunted :

Aujourd’hui mercredi 7 décembre, une belle journée s’annonce pour nous tous. Au programme : un breakfast organisé par le French Tech Hub et Prime dont le but est d’échanger avec des Français installés dans la Silicon Valley.

Ce matin, pas de donuts et de gaufres avec 10 kilos de chocolat mais des pains aux chocolat croustillants, des verres de jus d’orange de taille « normale » et surtout on parle tous français.

Nous étions 15 autour de cette table, avec des profils différents, des parcours différents mais nous avions tous la même envie : s’inspirer des success stories de la Valley pour les reproduire à notre échelle et, pourquoi pas, vivre le fameux American Dream !

 

Marie Frochen, Senior Program Manager chez French Tech Hub que nous remercions fortement, a animé cette réunion. Nous devions alors tous nous présenter en 30 secondes. Les parcours business s’enchaînent, certains avec plus ou moins d’expérience dans ce domaine.

Et là, Sylvain, ingénieur de formation spécialisé dans le développement web et mobile, fraîchement diplômé de l’INSA de Lyon en 2016, se présente en indiquant qu’il a tout quitté en France pour venir s’installer à San Francisco. Il est actuellement en recherche d’emploi dans une startup.

Les startups à ce meeting, ce n’est pas ça qu’il manque ! Nous avons les fondateurs de Domos-Kit, Wepetsitty , Holibag, Nomen’k, Frello et Lok-iz. Nous avons tous compris l’opportunité que ça pouvait représenter pour nos entreprises. La chasse est ouverte ! Certains s’empressent de lui demander son e-mail, d’autres son Linkedin… La startup qui lui fera la meilleure proposition l’emportera et aura peut-être même trouvé son futur CTO.

En quelques jours ici à San Francisco, nous avons appris à utiliser le networking pour faire du business et pour cela il faut aller à la chasse aux opportunités.

Les opportunités sont omniprésentes à San Francisco. Avec la team NEOMA BS Incubateur, nous avons participé à un Kick Off organisé par Parisuma dans lequel 12 startups devaient pitcher devant un public composé d’entrepreneurs, médias, investisseurs… Le show à l’américaine était au rendez-vous : lumières sombres dans la salle, Eminem avec son titre légendaire Lose Yourself à fond dans les enceintes dans l’espace de co-working. Tout à coup, la musique se coupe, les lumières s’allument et le premier projet arrive…

Avant même de commencer à parler, nous étions déjà tous dans l’ambiance, prêts à en prendre encore plein les yeux en 3 minutes (durée de chaque pitch). Incroyables, époustouflants, magiques… Ils étaient tous aussi bons les uns que les autres, tant sur la forme que sur le fond.

Des pitchs organisés de la façon suivante :

  • Présentation du produit en une phrase
  • Storytelling
  • Le problème à résoudre
  • La solution
  • Expliquer le service
  • Les concurrents
  • Le marché
  • L’équipe

On regarde, on admire et on se remet en question ! On parle entre nous et on se dit que l’on se formera pour être aussi forts qu’eux dans la présentation.

Les pitchs, c’est fini, il est 22h,c’est l’heure du cocktail avec des pizzas géantes ! Je croise alors Pierre Gaubil, le cofondateur de The Refiners. Il est juste en face de moi, je saisis l’opportunité de lui parler. La chasse est encore ouverte, donc je lui présente Lok-iz très brièvement. Il accepte de me rencontrer dans ses locaux le lendemain à 15h, le réseau et les liens à San Francisco se font 10 fois plus rapidement qu’en France.

Dans la Valley, pitch global ou remballe !!

15h : me voilà au 169 St San Francisco dans les locaux du Parisuma. Je vois Pierre avec qui j’avais rendez-vous. Surprise il n’est pas seul ! Dans le bureau, ils sont trois. On me propose un café que j’accepte volontiers car l’exercice qui va durer une heure promet d’être très sportif.

On commence doucement avec les premières questions :

  • Qui es-tu ?
  • Pourquoi cette idée ?
  • Avec quelle équipe ?
  • Tes chiffres depuis le début ?

Me voilà un peu plus à l’aise. La seconde partie des questions porte plutôt sur le choix de marché et l’exécution du projet. Bien sûr, j’ai MAL répondu à toutes ces questions :

  • Etes-vous disruptif ?

Instinctivement, je réponds non pour ne pas faire fuir l’investisseur : réflexe de Français. Mauvais choix de ma part car nous sommes à San Francisco ! Ici, il faut des projets qui changent le monde, qui font évoluer notre façon de penser et de voir les choses.

  • Pourquoi voulez-vous venir ici à San Francisco ? Votre service est-il scalable ?

J’ai eu un coup de cœur pour cet écosystème. Les relations que l’on peut nouer ici de façon très rapide, et surtout ma sélection à ce prestigieux Global Entrepreneurship Summit organisé par Barack Obama m’ont conforté dans ce choix.

Encore une mauvaise réponse de ma part ! Je n’ai pas su être factuel et donner des raisons précises comme par exemple des chiffres concrets sur le marché de l’immobilier, comment aider les acheteurs à trouver, etc.

Après une heure d’entretien, me voilà complètement remis en question. La culture, la mentalité, mais aussi les besoins d’un côté à l’autre du Pacifique sont complètement différents. Pour pitcher devant des incubateurs et investisseurs aux Etats-Unis, il faut réellement se préparer et penser grand, très grand. Think BIG !

Cette journée très enrichissante m’a fait grandir et me permet aujourd’hui de comprendre les attentes du marché américain, si un jour je m’y lance.

PARTIE 3?—?LES AUTRES PORTEURS DE PROJETS

Après les témoignages d’Hoda, Aymar et Safir, qui ont un ressenti similaire, laissons les quatre autres startups raconter leur journée en un paragraphe !

Un enchaînement d’événements intenses et stimulants…

En début d’après-midi, nous avons été reçus par Jihane Lahbabi de Calso, le plus grand réseau d’incubateurs et d’accélérateurs dans les startups green et social. Jihane en est la responsable du développement et du financement. Calso est une organisation à but non lucratif basée à San Francisco et opérant en Californie ainsi qu’au Texas. Leur vision est d’apporter une économie plus diverse, durable et comprise. C’est un réseau de 15 accélérateurs dans 12 pays qui, à l’heure actuelle, a accompagné plus de 500 entrepreneurs.

Afin d’accompagner au mieux les startups sur le sol américain, Calso a créé le programme «Tarmac SF » qui comprend les services de gestion administrative pour l’immigration, l’aide au logement, un espace de coworking, des évènements toutes les semaines ainsi que des cours et des ateliers, tout en se créant un réseau local et international. C’est un programme sans durée limitée réelle et auquel vous pouvez proposer votre candidature tout au long de l’année.

A la suite de cette présentation, nous avons eu l’opportunité d’échanger chacun sur nos projets respectifs avec Jihane qui nous a donné de précieux conseils et de bonnes pistes de réflexion pour la suite de notre développement.

Ce furent 4 heures intensives, constructives et très instructives. Un grand merci à Jihane pour son temps !

Merci à tous pour votre lecture et nous espérons que vous avez aimé nos différents feedback ! À demain pour de nouvelles aventures !