Retour en haut
Business

#Naming Startups, quels sont les moments clés pour changer de nom ?

#Naming : Startups, quels sont les moments clés pour changer de nom ? iStock by Getty Images
par
 

Pour leur nom, les startups conservent souvent le nom de code/la première intuition qui s’étaient installés, sans trop se poser la question de leur marque, pourtant un actif immatériel fondamental de leur pépite. À quel moment changer et faire évoluer cet actif pourtant si précieux ? La réponse à travers le cas de 6 startups.

La levée de fonds et l’internationalisation

Ces deux facteurs vont la plupart du temps de pair et augurent de débuts déjà très prometteurs. Pour gagner des marchés internationaux, des capitaux additionnels s’imposent pour toute startup et inversement, se pose alors la question de l’exportabilité de la marque. Les exemples de changement de nom à cette étape sont légions. La startup de la « chine », Brocantelab, très française dans son identité, a été rebaptisée Selency pour toucher une cible étrangère, peu familière du terme hexagonal brocante. Zenchef, spécialisée dans les logiciels à destination des restaurateurs, s’appelait , dans un premier temps, 1001Menus mais l’ouverture aux marchés anglais et espagnols ont nécessité un rebaptême plus global.

La perspective de l’exportabilité

C’est l’internationalisation qui a poussé Prêt d’union, marque  fondée sur une double lecture ô combien française – trait d’union, prêt d’union –  à devenir plus universel avec le malin Younited. De même, pour Photonomie. La majorité des clients de la startup spécialiste de la photographie immersive sur mobile vivaient hors de France et éprouvaient des difficultés de compréhension avec le premier nom de l’entreprise qui a alors évolué en FOV pour « Field of View ». Idem pour Mopeasy. L’autolib des villes moyennes a évolué pour Clem, marque-diminutif synonyme de « Clean Mobility » et de « Clés de la mobilité » en français.

Le re-positionnement

L’une des causes du changement de nom « en cours de route » est celle d’une évolution du positionnement/business model. Citons l’exemple de Payname qui a « pivoté » et opté  pour le connivent Morning, synonyme de nouvelle ère pour épouser l’idée d’un positionnement alternatif de « néobanque » sans l’appui d’une banque. Lors des trois premières années de son existence, la startup avait axé son développement sur le volet paiement en ligne entre particuliers et « cobanking ». Autre cas, celui de Vectaury, ex-Adnow dont l’évolution de nom résulte du recentrage de l’entreprise sur le secteur de la data destinée au retail et notamment le «géo-profiling».

La diversification commerciale

Snapchat est devenu récemment Snap Inc. pour pouvoir englober sous sa nouvelle appelle son premier produit physique : des lunettes de soleil avec caméra intégrée. L’application star – trop précise et très chat –  Snapchat – reste, elle, la même.

Les obstacles linguistiques

Le nom de la startup d’origine indienne Grexit, experte du perfectionnement des outils de messagerie électronique avait été créée en 2011 à partir du latin grex, le «troupeau» signifiant par extension la foule. Début 2015, face à l’affluence de demandes d’information quant à la sortie de la Grèce de la zone euro, ses dirigeants l’ont renommée, Hiver, « apiculteur » en anglais préférant l’idée de ruche, d’efficacité, de collaboration et de performance.

Les litiges juridiques

La FinTech anglaise Mondo a changé une toute petite lettre de son nom corporate pour … des problèmes juridiques de proximité de marque et s’est rebaptisée : Monzo. En France, la société Statigram, experte des solutions analytiques et marketing, a été sommée par Instagram de changer son  appellation car l’écosystème gravitant autour de la marque américaine ne pouvait posséder des noms similaires à celle-ci. Statigram a choisi Iconosquare pour éviter toute confusion et se distinguer. 
 
  • Ludwig LE COQ

    Bon, l’article est ancien donc le mal est déjà fait…mais pour info, Monzo (ex-Mondo) est une startup FinTech anglaise, née à Londres, qui dispose d’une licence bancaire, on est donc loin de “l’appli smart banking” :)