Retour en haut
Business

#MaddyREX De l’ascension à la chute, les retours et conseils de Karim Slaoui, cofondateur de Take Eat Easy

#MaddyREX : De l’ascension à la chute, les retours et conseils de Karim Slaoui, cofondateur de Take Eat Easy La team Take Eat Easy

Spécialiste de la levée de fonds,  Chausson Finance organise régulièrement des rencontres autour de problématiques et/ou de personnalités. Karim Slaoui, qui s’est lancé dans l’entrepreneuriat en devenant cofondateur et COO de Take Eat Easy, revient sur la fin de son aventure et livre ses conseils aux entrepreneurs qui se lancent.

L’équipe : la première condition de réussite

> Il est recommandé de s’entourer de profils complémentaires : il s’agit en effet de la première brique sur laquelle repose la construction de toutes les étapes suivantes

> La confiance dans l’équipe des fondateurs est primordiale : il faut une équipe sur laquelle les fondateurs peuvent compter et s’appuyer, notamment lors du lancement à l’international

Il est recommandé de se construire une « forteresse » sur sa zone géographique d’origine avant de se lancer à l’international

> La zone géographique d’origine doit permettre à l’entrepreneur de trouver son product-market fit et de procéder à un certain nombre de tests itératifs

> La rentabilité de la zone d’origine doit contribuer à soutenir l’expansion internationale, d’où l’importance de ne pas partir trop rapidement tout azimut

Un « launch book » permet d’optimiser son scaling à l’international

> Un « launch book » efficace décrit les opérations nécessaires à l’ouverture d’un pays, et ce, étape par étape, pôle par pôle

> Ce launch book doit être utilisé pour optimiser et accélérer chaque ouverture de zone et doit être constamment amélioré

Lors d’ouvertures à l’international, il faut savoir anticiper les différences culturelles via le retour d’expérience d’autres entrepreneurs

> A titre d’exemple, la forte culture du code promo en Espagne impacte notablement le coût d’acquisition client et le repeat. Elément à prendre en compte pour un entrepreneur B2C

Le timing des levées de fonds doit s’effectuer en prenant en compte les levées de ses concurrents

> Procéder à une levée de fonds après ses concurrents peut s’avérer difficile puisque les VCs hésiteront à financer un n-ème acteur du secteur, a fortiori si les levées sont de taille conséquente

  • De plus, l’entrepreneur ne pourra plus s’adresser aux VCs ayant déjà investi dans son secteur ou des secteurs connexes, ce qui limite les possibilités

Dans un marché « winner takes all », le sur-financement des concurrents implique une dégradation des marges

Une société sur-financée pourra supporter des marges faibles voire négatives à plus ou moins long terme…

> …ce qui incitera les clients du marché à demander des réductions ou des services supplémentaires aux startups du secteur

  • … ce qui impactera négativement les marges et donc les metrics montrées aux VCs (cf point 4)

En complément d’un board, un senior advisory board apportera des compétences pointues sur des sujets clés

> Charge à l’entrepreneur de s’entourer de senior advisors experts qui pourront le challenger sur des sujets clés et ce de manière engagée et impliquée de par leur position de board advisors

Attention à ne pas choisir ses actionnaires uniquement en fonction de la valorisation

> Les différentes clauses du pacte d’actionnaire (liquidations préférentielles ou dilution/relution) peuvent fortement faire varier les différentes valorisations proposées

> Pour choisir son actionnaire, il faut également tenir compte de la valeur ajoutée apportée

> Enfin, il ne faut surtout pas négliger les facteurs humains : les échanges avec les actionnaires sont nombreux et la relation dure environ cinq ans

Il est recommandé de se préparer à une faillite potentielle

> Tout d’abord, cela consiste à anticiper et optimiser en gardant un peu d’argent

> Il faut également se préparer à gérer une faillite dans plusieurs pays, et donc auprès de systèmes légaux différents

> Enfin, il est recommandé de mettre en place une stratégie de communication, afin d’être capable d’annoncer la faillite à toutes les parties prenantes dans un temps restreint

Le principe du « failing forward » : se relever après un échec

> Après digestion de l’échec, il faut reconsidérer son expérience entrepreneuriale en analysant ses acquis : l’expérience, de nouvelles compétences, un réseau et une meilleure connaissance de soi

  • KickAss75

    Bizarrement, aucun mot sur l’aspect de la gestion du personnel…?!?

    • Robert Barjou

      Dans un marché/secteur comme celui-là, jeune, la problématique n’est pas encore sur ces sujets RH ; cela le sera dans un second temps quand l’entreprise devient plus “traditionnelle”…les entreprises (start-up) doivent d’abord passer ce fameux cap que visiblement n’a pas passé Take Eat Easy ; ils en sont restés aux problématiques spécifiques à l’entrepreneur et aux co-fondateurs ! les fondateurs de Take Eat Easy rebondiront car ils ont compris les fondamentaux…

      • KickAss75

        @robertbarjou:disqus
        Ce qui me gène dans la presentation de ce sujet ce n’est pas tant l’impact qu’a pu avoir la fin de cette aventure pour les dirigeants mais bien celui des créances en cours et salaires non réglées par Take Eat Easy… Je pense notamment aux coursiers. Je ne doute pas que parmis le réseau des fondateurs quelques bienveillants VC ou autres Business Angel remettront un ticket pour les soutenir sur autre chose. Ces mecs ont juste planté lamantablement un paquet de monde… Donc pour moi pas de question de marché/secteur encore trop jeune… la question se fait d’un point de vu éthique… Donc la publication de tribune toute gratifiante pour un plantage en beauté sponsorisé à coup de K€ me fait bien rire… Je trouve donc dommage que ce point ne soit pas abordé.