Retour en haut
Business

#VillageByCA Comment le Crédit Agricole tisse sa toile dans l’écosystème startup français

#VillageByCA : Comment le Crédit Agricole tisse sa toile dans l’écosystème startup français
par

Depuis l’ouverture du premier Village by CA en 2014 à Paris, le réseau n’a cessé d’essaimer son concept partout en France. Alors que l’objectif est d’héberger 600 startups, les projets d’ouverture se multiplient afin de mailler l’intégralité du territoire français, en Métropole et dans les Dom. Pourtant, d’une ville à l’autre, les startups ne sont pas toutes logées à la même enseigne.

De Bordeaux à Lille, de Rennes à Besançon, les Villages by CA se développent en s’appuyant sur une charte commune et sur quelques principes immuables. Pour pouvoir y entrer, chaque entrepreneur devra passer par l’étape du pitch devant un comité de sélection, composé des représentants du village et de ses partenaires. Parmi les critères, l’entreprise doit être âgée de 6 à 36 mois et doit ” avoir une maturité suffisante pour pouvoir dialoguer avec des grands groupes ” explique Fabrice Marsella, maire du village parisien. Tous les villages by CA accueillent les entreprises pour une durée limitée à deux ans, avec préavis de trois mois à qui veut le quitter.

En revanche, chaque village est géré de manière indépendante par son maire. Libre à lui d’organiser la vie dans son village… Calqué sur le prix du marché, le montant des loyers diffère. Ainsi, le prix du mètre carré s’envole logiquement à Paris tandis qu’il sera relativement bas à Dijon dont l’ouverture est prévue en janvier prochain. Quant au prix du loyer, les maires sont formels : aucune négociation n’est possible.

Nous ne sommes pas des loueurs de mètres carrés. Notre ambition est de créer des synergies entre les partenaires et les entreprises accompagnées. Pour chaque entrepreneur, nous lui mettons à disposition un expert sectoriel

Fabrice Marsella

Considérés comme des pépinières, certains villages ont une politique différente en matière d’accompagnement. Si certains villages se concentrent uniquement sur la mise en réseau des startups entre elles et sur les possibles synergies avec les partenaires, d’autres parient sur des programmes d’accélération. Chaque startup peut s’adjoindre les services de l’entreprise Early Metrics afin de se faire diagnostiquer puis de bénéficier d’un programme d’accélération en fonction. En Ille-et-Vilaine, un programme d’accompagnement individuel ainsi qu’un programme collectif sur douze mois sont proposés. À Montpellier et à Lyon, les villages s’appuient sur l’expertise de l’accélérateur Axeleo. ” Toutes les startups hébergées chez nous se verront proposer un processus d’accélération “ assure Olivier Chalon, maire du futur village de Montpellier.

À relire : Le Village by CA célèbre deux ans de belles rencontres

Si la plupart des villages n’ont pas de spécialisation, seuls quelques uns orientent leur sélection en fonction d’une thématique. Le village de Brest est par exemple axé sur la cybersécurité et le secteur de la mer. À Dijon (ouverture janvier 2018), le village sera tourné vers la Foodtech.

Un réseau au service des entrepreneurs 

Nonobstant cette indépendance, tous les villages et partenaires sont en réseau. Un club des maires de village by CA a récemment vu le jour. Ainsi, une entreprise hébergée dans une ville peut entrer en contact avec l’un des grands groupes partenaire d’un autre village. De même, une entreprise qui souhaite s’étendre dans un autre territoire peut utiliser le réseau des villages. ” Nous avons été parmi les premiers à être accompagnés par le village by CA à Paris, explique Morgane Istace de Wedoogift. Nous avons suivi plusieurs sessions de coachings et de formations. Les filiales du Crédit Agricole ont été nos premiers vrais gros clients. En 2015, nous avons fait le choix d’ouvrir d’autres bureaux à Lille. Ainsi, nous occupons 11m2 de bureaux dans le village du Nord de la France en attendant d’ouvrir nos propres locaux prochainement. “ Un appel à candidature en commun a par ailleurs été mis en place en septembre dernier entre les villages de Paris et de Lille pour la création du hub FintechGo en partenariat avec EuraTechnologies.

Si, côté Crédit Agricole, l’intérêt des villages résident dans de la détection de startups pour améliorer ses services, les entrepreneurs, eux, sont surtout séduits par le réseau.

” Nous avons déjà des bureaux à Agen où se situe notre siège. Nous avons ouvert ces bureaux à Bordeaux pour pouvoir recevoir et assurer nos rendez-vous explique Rémi Gilbert, fondateur de l’entreprise Comerso, spécialisée dans les solutions de gestion des invendus de la grande distribution au profit de la banque alimentaire. Pour nous, l’intérêt du village est le réseau des partenaires que nous pouvons y rencontrer, la proximité avec les partenaires bancaires, ainsi que les manifestations. “