Retour en haut
Business

#MaddyREX J’ai quitté un confortable CDI pour aider les entrepreneurs à mieux se vendre

#MaddyREX : J’ai quitté un confortable CDI pour aider les entrepreneurs à mieux se vendre
par

Durant 10 ans, Clémence Serraz a été responsable commerciale dans des entreprises aux univers très différents. Aujourd’hui, elle a monté son business pour aider les entrepreneurs à mieux se vendre.  

Tout a commencé dans la charmante ville d’Amiens, où je suis née, en Picardie.  J’y ai effectué un IUT techniques de commercialisation et une école de commerce. J’étais passionnée par les cours sur la négociation, et la relation au client.   Après avoir suivi des études en Irlande et en Grèce (Vive Erasmus), je suis allée vivre à Paris, des rêves plein la tête. J’avais un objectif très simple :  gagner ma vie en intégrant des grandes structures. Prétentieuse ? Superficielle ? Lorsqu’on est jeune, on ne voit pas tout cela… On fait confiance aux professeurs d’école de commerce.  J’y suis arrivée mais…

Le manque d’épanouissement

10 ans passent, il manque quelque chose à mon épanouissement.  Je ne supportais plus :

  • les formations vieillissantes mal adaptées à la réalité terrain d’aujourd’hui : mes responsables pensaient que donner des « techniques de ventes » toutes faites qui ont fait leur preuve était la meilleure méthode d’apprentissage
  • la pression quotidienne du chiffre à faire. Je n’entendais plus “comment ça va Clémence ?”, mais “combien ça va Clémence ?” Grrrrr
  • d’être seule à défendre mes convictions et la vision du métier de vendeur : « être attentif aux besoins de nos prospects pour leur vendre uniquement ce dont ils ont besoin »
  • d’être trop souvent sur la route : J’entends les bienfaits d’être parfois loin de chez soi, mais, pour ma part cela a été une souffrance. Etre loin de sa famille, des personnes qu’on aime. Ne plus partager les moments du quotidien, c’est douloureux
  • de me réveiller avec une boule au ventre et avec une motivation que l’on peut considérer comme dans les chaussettes

Burn out pour enfin prendre conscience !

J’ai toujours rêvé de créer ma structure, de vivre de mes passions, de mes rêves. J’attendais le bon moment ; une main tendue ; ou encore un élément déclencheur. Cet élément a malheureusement été un BURN OUT.  A force de tirer sur la corde et d’aller à l’encontre de ses convictions, le corps lâche. Alors voilà ! J’ai décidé de proposer du coaching commercial aux entrepreneurs, indépendants, et aux startups en créant Clelance.

Pourquoi des entrepreneurs ?

  • Il existe trop peu de coaching/formation pour entrepreneurs et c’est pourtant indispensable pour sortir de la routine : Boulot ! Boulot ! Boulot et enfin vivre de son activité
  • Ce sont des personnes ultra motivées, passionnées, qui ont envie de réussir
  • Pouvoir les accompagner et les emmener à la réussite en m’adaptant à chaque personnalité, chaque activité, je trouve cela magnifique
  • L’échange est simple, il n’y a pas de paraître ! que du naturel

Trouver son expertise 

Lorsque l’on commence son activité d’entrepreneur, une chose nous obsède : trouver vite des clients pour prouver que l’on a eu raison de se lancer, mais aussi faire taire les personnes qui nous freinent et ont peur de notre choix et gagner en confiance en soi .

Trouver des clients, c’est très bien ! Avoir des clients qui viennent à soi naturellement c’est mieux n’est-ce pas ?

Pour arriver à ce graal, il me fallait absolument trouver UNE EXPERTISE. Les clients achètent une expertise avant tout. Or avoir une expertise c’est trouver sa niche, comprendre ce qui nous anime, ce qu’on aime faire au plus profond de soi, ne surtout pas être généraliste et donner de la valeur régulièrement à notre cible niche par des articles de blog, des vidéos, des podcasts en parlant le même langage que notre persona. Il est important de prendre ce temps pour avoir ensuite une stratégie commerciale claire et précise.

Au début, je voulais être coach commerciale et formatrice. Mais quel message y mettre ? Pour toucher quel public, quel profil ? Mes publicités sur facebook ne m’ont d’abord rien apporté. J’ai très vite compris qu’accompagner des entrepreneurs était la mission que je voulais avoir.

J’ai orienté tout mon contenu en ce sens, et une seule publicité m’a permis d’avoir 180 emails de potentiel client et de signer pour 5000 Euros de Coaching.

Posez-vous cette question : Vous devez vous faire opérer des yeux. Vous avez le choix entre :

  • un médecin généraliste qui opère deux fois par an
  • un chirurgien spécialiste qui opère deux fois par jour  

Le choix est tout vu, n’est-ce pas ? Ne pas croire que parce que l’on s’oriente sur une cible unique, on perd du potentiel… Bien au contraire…

Ne pas adapter sa personnalité à la vente

Connaissez-vous la définition de la personnalité ? « C’est un ensemble de traits physiques et moraux par lesquels une personne est différente des autres ». Tout est dit ! On est tous différent ; c’est ce qui fait notre richesse. On ne peut pas rentrer dans des cases prédéfinies. Si l’on apprend par cœur des techniques de vente sans se soucier de qui on est, on n’est pas soi-même, pas naturel et l’interlocuteur le ressent.

Oubliez le cliché  que pour vendre, il faut être une personne dynamique avec un fort bagou. Un timide peut aussi bien vendre qu’une personne plus dynamique. Il faut accepter qui l’on est et s’en servir comme force en rendez-vous et ne surtout pas essayer de changer ou se faire passer pour ce que l’on n’est pas. 

Chaque personnalité a sa place en vente, il suffit d’apprendre à travailler avec. Vous pouvez prendre plaisir à vendre, je vous assure.

Se lancer en tant qu’entrepreneur est magnifique et assez magique comme expérience. Entourez-vous des personnes en qui vous avez entière confiance pour y parvenir.  Foncez, amusez-vous, discutez, échangez.  Je terminerai sur une citation de maitre Yogi Tea : « Si vous vous autorisez à avoir du succès, vous en aurez ».

Mots clés : MaddyREX, vente
  • seelenspiegel

    Je suis impressionné par ce texte, par les convictions qu’il contient et je souhaite tout le succès possible à l’auteur. Je ne partage mes réactions que rarement mais, étant donné le sujet du site, je ne peux pas m’empêcher de faire remarquer à l’éditeur que le texte comporte une faute de grammaire. Dans les lignes ci-dessous, dans la dernière phrase, ‘ différent ‘ prend un s dans ‘ On est tous différent (s) ‘ puisqu’il concerne ‘ tous ‘ , c’est donc un pluriel. Merci de votre attention.

    Ne pas adapter sa personnalité à la vente
    Connaissez-vous la définition de la personnalité ? « C’est un ensemble de traits physiques et moraux par lesquels une personne est différente des autres ». Tout est dit ! On est tous différent ;