Retour en haut
Incubateurs

[Interview] Lancement de SenseCube, l’incubateur social de MakeSense

[Interview] Lancement de SenseCube, l’incubateur social de MakeSense
par

La communauté MakeSense lance l’accélérateur SenseCube, pour accompagner des startups innovantes à fort impact sociétal, en phase d’amorçage (au stade du concept, du projet, ou de la jeune start-up !). Retour avec Alyzée Lozac’hmeur sur le développement de MakeSense et le lancement de SenseCube. 

Quel développement incroyable de la communauté MakeSense, d’où vient le concept et comment s’est-il développé ?

MakeSense a été créé il y a 3 ans par Christian Vanizette et Leila Hoballah, à l’issue d’un tour du monde à la rencontre d’entrepreneurs sociaux. Sur son blog, Christian postait des vidéos des entrepreneurs sociaux présentant les défis qu’ils rencontraient, ce qui a généré un véritable engouement de la part de personnes prêtes à aider ces entrepreneurs dans leurs projets. De là est née l’idée de MakeSense : une plateforme pour connecter des entrepreneurs qui ont des défis avec des personnes prêtes à les aider à les résoudre collectivement, lors d’ateliers de créativité.

Les premiers ateliers, appelés “hold-ups“, ont eu lieu à Paris puis la communauté s’est rapidement développée aux quatre coins du monde, autour de cet objectif commun : aider les entrepreneurs sociaux à résoudre leurs défis pour leur permettre de développer des projets à fort impact. MakeSense repose sur les principes de communautés ouvertes, où chacun peut s’engager selon ses envies et s’investir pour développer les projets de la communauté.

En 3 ans, la communauté MakeSense a mobilisé plus de 15 000 personnes lors de 650 ateliers de créativité pour aider 450 entrepreneurs dans le monde entier !

“Social business” ou “entrepreneuriat social”, qu’en est-il du développement de ce type d’initiatives ?

L’entrepreneuriat social est un sujet qui se développe depuis plusieurs années en France et dans le monde. Un entrepreneur social est un entrepreneur dont la mission première est de répondre à un problème social, sociétal ou environnemental mal desservi. Il met alors en place des activités et un modèle économique viable. Avec engagement et créativité, ces entrepreneurs développent des modèles innovants dans des secteurs tels que la santé, l’éducation, l’inclusion sociale, le logement, l’énergie, le recyclage, et tant d’autres.

Plus qu’une mode, il s’agit pour moi d’un mouvement de fond, qui permet de réconcilier la logique économique avec la recherche d’un équilibre social, sociétal et environnemental. Les entrepreneurs sociaux ouvrent cette voie qui demain sera prise en compte par l’ensemble des acteurs économiques. Ce secteur est encore en pleine construction et nous testons chaque jour de nouveaux modèles de développement et de financement. Beaucoup de choses restent à inventer !

C’est dans cette dynamique que nous avons créé le SenseCube.

Vous venez d’annoncer la création de SenseCube, peux-tu nous en dire plus ?

Nous avons la conviction qu’une nouvelle génération de start-ups émerge, à la croisée de l’innovation technologique et de l’innovation sociale. De plus en plus d’entrepreneurs ont à cœur de répondre à des problématiques sociales ou environnementales fortes. Un nombre croissant de financeurs et d’investisseurs s’intéressent également à ces modèles. Cependant, encore trop peu d’entrepreneurs sociaux parviennent à développer des solutions alliant impact social concret au niveau local et potentiel de réplication rapide. Or, les technologies nous permettent aujourd’hui de développer ces nouveaux modèles, mobilisant de fortes communautés locales à grande échelle, pour répondre à des problèmes sociaux, sociétaux ou environnementaux. Ces start-ups ont un pouvoir de changement incroyable !

SenseCube

Nous créons le SenseCube pour accélérer l’émergence et le développement de cette nouvelle génération de start-ups, utilisant le potentiel des technologies pour mettre en place des solutions concrètes, à grande échelle, à ces enjeux. Pendant 6 mois, nous les accompagnons sur leurs 2 défis principaux : la conception et le prototypage d’une solution innovante, puis la mobilisation de leurs premières communautés d’utilisateurs et bénéficiaires. Grâce à nos méthodes d’innovation sociale, notre expertise dans la création et l’animation de communautés et la mobilisation d’un large réseau de mentors, nous les aidons à aller plus loin, plus vite ! La communauté MakeSense, présente aux 4 coins du monde, est également une vraie rampe de lancement pour ces startups.

Comment voyez-vous les startups à la fin de la période d’incubation ?

En sortant du SenseCube, les start-ups ont développé, testé et validé leur prototype, c’est-à-dire créé leur outil digital et validé que leur solution répond de façon concrète au problème ciblé. Elles ont mobilisé leurs 10 premières communautés en Europe. Elles peuvent solliciter des investisseurs pour entrer en phase de croissance rapide.

Un message à faire passer à la communauté Maddyness ?

Il est temps de décloisonner les écosystèmes, les modèles et les façons de penser ! Il n’y a pas l’innovation sociale d’un côté et l’innovation technologique de l’autre. Notre génération dispose d’outils et d’opportunités incroyables pour faire changer les choses. Comme le dit Mohammed Yunus, prix Nobel de la Paix, dans la vidéo accordée à MakeSense : “It doesn’t need a superman to change the world, it needs you !”.

Si vous avez un projet de start-up qui réponde à un enjeu social ou sociétal fort n’hésitez plus, l’appel à projets du SenseCube est ouvert jusqu’au 4 avril ! Plus d’informations sur www.sensecube.cc

Mots clés : MakeSense, SenseCube