Retour en haut
Mentoring

#FrenchTech Startup Lycée, une opération séduction auprès des jeunes de la Valley

#FrenchTech : Startup Lycée, une opération séduction auprès des jeunes de la Valley
par

Depuis 2012, le concours pédagogique Startup Lycée permet à des lycéens et étudiants de se prêter au jeu de l’entrepreneuriat pendant 48 heures. Les 8 et 9 janvier 2016, c’est à San Francisco que cette première édition hors de France a eu lieu, sous le regard bienveillant de 30 entrepreneurs français.


Si l’envie d’entreprendre ne coule pas nécessairement dans les veines, les 40 élèves du Lycée Français de San Francisco ont eu 48 heures pour se frotter à l’entrepreneuriat les 8 et 9 janvier. Accompagnés par  30 entrepreneurs français dont 22 expatriés de la Silicon Valley, 11 équipes de jeunes âgés de 15 à 18 ans ont participé au concours de Startup Lycée, porté et organisé par le proviseur Philippe Legendre et son équipe, ainsi que par la jeune entreprise montpelliéraine Talents et Compagnie, créatrice du programme. Géraldine Lemeur, Carlos Diaz, l’investisseur Philippe Nicolas, le serial entrepreneur Philippe Guglielmetti ou encore le député des Français de l’étranger Frédéric Lefebvre étaient au rendez-vous pour saluer et évaluer les projets de ces entrepreneurs en herbe.

Sensibiliser les jeunes à la culture entrepreneuriale

Depuis quatre ans, nous organisons des concours dans différents lieux, dans différents niveaux, secondaire ou supérieur, et c’est toujours la même magie. Nos jeunes, nos enfants sont la “creative generation”. Ils n’auront pas peur de créer produits, services et entreprises,  car cela leur est naturel, si on leur en donne les moyens, et surtout si on leur accorde la confiance en eux.  Nous devons les aider à acquérir des réflexes de curiosité et de partage : curiosité pour aller au delà des cours théoriques, pour s’ouvrir, s’aérer et s’inspirer” , estime Pierre Alzingre, fondateur de l’agence marketing Visionari et de Talents et Compagnie.

startuplycee

2000 étudiants ont déjà pris part à l’aventure qui ne cesse de grandir

En plein CES, qui a vu la France se démarquer par son importante délégation, les lycéens (Français et Américains) ont pu s’immerger et s’impliquer dans l’entrepreneuriat à la française pendant deux jours grâce à l’accompagnement de coachs et de professeurs.  Un laps de temps très court pour construire, valoriser et vendre son projet, mais qui a permis à de belles idées de naître. Quatre projets en particulier ont été salués par les représentants de l’écosystème présents sur place :

  • Jomguider : un robot au service des personnes non voyantes
  • Swish : un réseau de location d’objets entre particuliers à la stratégie de développement audacieuse
  • Covo : qui facilite l’engagement des jeunes dans des projets civiques et sociaux
  • Get on Up : une application pour riders qui a obtenu le prix coup de coeur du jury

startupLycee2

“C’était une aventure incroyable. Pouvoir être les premiers à monter un événement de ce type dans la Silicon Valley, c’est génial et ça renvoie une image plus que positive de la France capable d’innover, de créer. C’est ça l’image de la French Tech. Ces jeunes lycéens sont notre avenir, les voir créer, pitcher comme des “grands” avec une telle aisance, avec des projets viables et dont la plupart ont un réel impact social, c’était génial. Les parents, les coachs américains, le jury, tout le monde était aux anges. Vivement les prochains dans les autres villes américaines !”, se réjouit Ludovic Charbonnel cofondateur de ServicesYou et coach au StartupLycée.

Depuis 2012, ce concours créé sous la houlette de la French Tech Montpellier a permis à plus de 2000 lycéens et étudiants de suivre le parcours de la création d’une startup en 48 heures.

Nous devons chercher à sensibiliser le plus grand nombre de jeunes aux outils, à la culture entrepreneuriale. Non pas pour tous les transformer en entrepreneur, seulement une petite partie d’entre eux le seront. Mais pour que le plus grand nombre comprenne que l’entreprise de demain demandera engagement, créativité, agilité et ouverture” , conclut Pierre Alzingre.