Retour en haut
Entrepreneurs

#Maddypitch Kang, une plate-forme où les particuliers partagent leur temps et leur savoir

#Maddypitch : Kang, une plate-forme où les particuliers partagent leur temps et leur savoir
par

Kang est une application qui a été créée en 2012 par Laetitia Alcover (CMO), Pierre Antoine (CTO) et Nicolas Grumbach (CEO). Il s’agit d’une plate-forme communautaire unique qui permet d’obtenir des conseils d’ordre juridique, familial ou personnel. Un service qui s’inscrit directement dans l’essor de la Sharing Economy et de la consommation collaborative.


Quel est votre constat de départ?

L’avènement d’acteurs tels que AirBnb, Uber ou BlaBlaCar a fait prendre conscience aux consommateurs qu’une nouvelle manière de consommer moins chère et souvent plus efficace existe, que le partage entre consommateur est une alternative crédible et efficace à la consommation dites «traditionnelle».

Pour lancer Kang en 2012, nous sommes partis d’une conviction, le partage est le nouveau mode de consommation qui va s’imposer et d’un constat : après le crowdfunding, le co-voiturage, la mise à disposition de logements, il manquait une place de marché sur laquelle les particuliers peuvent partager ce qu’ils ont de plus précieux : leur temps et leur savoir. Le conseil entre particuliers sur Internet existait depuis quelques années via de nombreux sites et forums d’échanges, mais aucun gros acteur n’avait émergé dans le conseil on-line avant nous.

kang mobile

Quelle est votre solution?

Notre conviction est que pour qu’un site de partage de conseil entre particuliers fonctionne il faut que les conseils soient partagés par des vrais spécialistes et que ce soit simple : j’ai une question et en un clic mon Mobile sonne avec un expert au bout et j’ai ma réponse en quelques minutes et pour quelques euros. C’est pourquoi, nous avons lancé une plateforme on line multi-format (web et mobile) qui permet à des spécialistes, professionnels ou passionnés possédant une compétence particulière de la partager et de la vendre à la minute .

Ces experts (que nous appelons Masters) sont drastiquement sélectionnés d’abord par nous-même, puis évalués et notés en live par les utilisateurs sans aucune modération. Cette double sélection permet de faire émerger sur Kang.fr les Masters les plus pertinents et dont la qualité de conseil est indéniable.

En échanges de leurs temps et précieux conseils, les Masters de Kang.fr sont rémunérés à la minute. Ils fixent eux-mêmes le prix à la minute de leur consultation et se connectent sur la plateforme aux horaires qu’ils souhaitent 7/7 24/24 de manière autonome afin de se procurer un complément de revenu grâce à leur passion ou compétence.

Pour le consommateur, Kang c’est la possibilité d’avoir une réponse immédiate d’un vrai spécialiste à une problématique personnelle urgente et ce à moindre cout. Aujourd’hui près de 2 000 Masters sont inscrits et donnent des conseils on-line via notre plateforme dans des domaines variés. Cela va du juridique, à la santé en passant par l’astrologie et la diététique. Nous comptons ajouter 6 nouvelles catégories d’ici la fin de l’année que nous tenons à garder secretes pour le moment mais qui n’existent pas sur le marché (en tout cas sur un Marketplace aussi simple et efficace à utiliser que Kang).



Quel est votre business model?

En échange des développements techniques de notre plateforme et de la mise en avant dont ils bénéficient les Masters sélectionnés reversent 45% du chiffre d’affaires qu’ils génèrent. En 2014, nous anticipons un chiffre d’affaires proche de 10 millions d’euros en croissance de 100% par rapport à l’année dernière et nous prévoyons en outre de doubler à nouveau ce niveau l’an prochain.

Au-delà du renforcement de notre offre, l’internationalisation de Kang est un axe stratégique fort. Nous avons récemment lancé notre service en Italie et Kang.it rencontre un franc succès depuis son lancement. L’objectif est donc de dupliquer cette réussite aux autres pays d’Europe avec prioritairement l’Angleterre et l’Espagne pour 2015.

Pouvez-vous nous raconter votre plus belle anecdote de startuper?

Nous avons démarré dans les locaux d’Iliad (la maison Mère de FREE) grâce à Xavier Niel qui nous avait gracieusement prêté un bureau pour quelques mois. Lorsqu’il passait et nous demandait sur quoi nous bossions et que nous lui répondions vaguement « des jeux et des Ringtones pour les portables » il nous disait : vous avez raison : un jour l’internet classique via un PC sera mort et tout se fera sur le Mobile. Quel visionnaire !

Quelle a été votre plus grosse galère?

Devoir trouver et acheter TROIS serveurs avec des cartes spécifiques un vendredi. Orange venait de nous référencer sur son Portail plus tôt que prévu et tous nos serveurs étaient saturés à cause d’un trafic multiplié par 10 d’une minute à l’autre (le cloud et les serveurs virtuels n’étaient encore qu’un vague concept à cette époque). Depuis, nous sommes devenus paranoïaques sur les questions de sécurité et de la scalabilité des serveurs.

Recherchez-vous actuellement des fonds?

Nous recherchons actuellement des fonds, rencontrons des investisseurs français. Nous ne pouvons pas à ce stade communiquer sur l’objectif de montant levé mais ces fonds vont nous permettre de financer le lancement de nos nouvelles verticales sur Kang et d’accélérer notre déploiement international.

Une actualité particulière à mettre en avant?

Nous venons de franchir le cap du demi-million de consultations payantes on line sur kang.fr