Retour en haut
Entrepreneurs

#MaddyStory Depuis 2009, BeezUP permet aux e-commerçants de bénéficier de 1500 canaux d’acquisition

#MaddyStory : Depuis 2009, BeezUP permet aux e-commerçants de bénéficier de 1500 canaux d’acquisition BeezUP améliore la rentabilité des e-commerçants
par

Depuis 2009, Michel Racat veut doper la rentabilité des e-commerçants grâce à BeezUP. La jeune pousse, autofinancée depuis sa création, base sa réussite sur un concept simple : un service client irréprochable, rendu possible grâce à une équipe soudée.

L’aventure de BeezUP a débuté il y maintenant près de dix ans, après que son fondateur Michel Racat, alors propriétaire d’une boutique e-commerce spécialisée dans les accessoires pour les mobiles, a été confronté à un véritable problème pour acquérir des client, notamment par de la publicité, du référencement, des comparateurs de prix, ou encore de l’affiliation.

Faire gagner de l’argent aux e-commerçants

À l’aide de son associé Charles Barat, il se penche alors sur le fonctionnement des comparateurs de prix, et les revenus que ceux-ci peuvent générer pour les marques, ou non.

Tout le monde est prêt à investir du budget, mais le plus important pour les marchands c’est la rentabilité 

Les deux collaborateurs lancent alors BeezUP, une application web qui ambitionne d’améliorer la rentabilité du référencement des produits des e-commerçants, que ce soit sur les comparateurs de prix, les places de marché, ou encore les régies d’affiliation.

BeezUP est en mesure de récupérer le catalogue d’un site marchand à partir de sa boutique en ligne, afin de l’adapter et de l’envoyer à plus de 1500 canaux d’acquisition, tout en permettant aux e-commerçants de concentrer leur budget sur les produits et sites les plus rentables.

Notre métier, c’est de transformer les catalogues de produits pour permettre aux marchands d’aller se positionner sur le web et de faire plus de ventes

La startup grandit vite et commence à se faire remarquer. Elle remporte sept prix de création d’entreprise, parmi lesquels celui du ministère de la recherche et celui du salon e-commerce.

 Visuel BeezUP (1)

Le choix de l’autofinancement

Et malgré un besoin de suivre un marché en constante évolution, BeezUP fait le choix de rester auto-financée. Une position qui peut paraître risquée vis-à-vis du développement de la concurrence, mais qui ne l’a pourtant pas empêché de s’imposer sur son marché avec une activité bénéficiaire dès la première année.

Un choix que Michel Racat explique par un véritable intérêt pour la satisfaction de ses clients, qui ne peut selon lui pas aller de mise avec une croissance fulgurante. Le CEO de BeezUP explique également que la réussite et la recette d’une entreprise doit être partagée avec ceux qui en font la réussite : ses équipes.

C’est d’eux dont on a besoin pour faire un service de qualité. C’est une manière de les remercier

Son équipe, composée de vingt personnes, fonctionne ainsi selon une véritable culture de proximité et de bien être au travail. Une recette gagnante qui lui a permis d’atteindre le million de chiffre d’affaire en moins de 3 ans, et d’ouvrir un bureau à Francfort en 2014. 

Et Michel Racat ne compte pas s’en arrêter là. Cet ingénieur dont le profil atypique réussit également à cette culture d’entreprise qui lui est si chère, annonce vouloir continuer à recruter de nouveaux collaborateurs, afin de pouvoir suivre le développement des missions qui lui sont proposées. Le tout en restant toujours auto-financée.