Retour en haut
Entrepreneurs

#MaddyPitch Pour vous faire déconnecter de votre boîte mail, Essential Only recherche 300 000 euros

#MaddyPitch : Pour vous faire déconnecter de votre boîte mail, Essential Only recherche 300 000 euros Crédit : iStock by Getty Images
par

Créée en 2014 par Jean-Christophe Isaac, Essential Only est une startup qui offre un service de classement de mails selon les attentes d’un client. Lucas Bach-Hamba Tarak, consultant expert d’Essential Only, nous présente cette solution.

Avec la multiplication des smartphones ou tablettes, le rapport au travail ne cesse d’évoluer. Cette évolution est claire : elle nous laisse de moins en moins de temps pour nos vies privées, facteur d’épuisement professionnel ou burn-out. Selon l’étude réalisée par le cabinet Technologia, en France, plus de 12% de la population active est touchée par ce syndrome. Selon une étude de l’IFOP de 2014, 62% des cadres supérieurs se déclarent dépendants à leur smartphone et plus de 70% des cadres jugent que la connexion permanente accroît leur charge de travail. 

Partant de ce constat, la solution Essential Only permet d’assurer le respect des temps de repos et de congés et d’accroître la concentration et la productivité des employés lorsqu’ils sont dans l’enceinte de l’entreprise. Afin de les encourager à la déconnexion en dehors de l’espace de travail, la jeune pousse permet ainsi d’analyser et d’organiser les emails (Emo Classify), d’anticiper l’intérêt de lecture selon le destinataire (Emo Predict) et de mettre en place et de contrôler l’application de votre charte interne de bons usages des emails (Emo Policy).

Quel est votre business model ?

EMO est vendue sous forme d’abonnement dont le prix varie en fonction du nombre d’utilisateurs et du service attendu, avec prix dégressif.

Quelle a été votre plus belle anecdote ?

Un patron de PME timide, early adopter d’Essential Only, qui lors d’une interview spontanée par France 3 Toulouse pour le JT local se transforme en véritable showman en déclarant : « Depuis que j’ai Essential Only, ma vie a changé ! ».

Quelle a été votre plus grosse galère ?  

En tant que challenger de dernière minute, nous avons participé à une mise en concurrence nationale organisée par un grand groupe face à des sociétés bien établies : alors que nous étions bien placés, l’appel d’offre est finalement abandonné à cause d’un changement de stratégie.

Recherchez-vous actuellement des fonds ?

Nous cherchons à lever 300 000 euros pour accélérer la commercialisation d’ici avril prochain.

Une actualité particulière à mettre en avant ?

L’entrée en vigueur de la loi sur le droit à la déconnexion des salariés (article 55 de la loi Travail, en vigueur depuis le 1e janvier 2017) nous permet de réellement nous positionner et d’apporter une réponse pragmatique à ce droit. La société Essential Only a été soutenue pour le programme Coworking+ de la Cantine Toulouse et une subvention de la Région au travers de MPI au début 2014. EMO V1.0 est disponible depuis fin 2014. Nous avons intégré l’incubateur Le Village by CA Toulouse (Crédit Agricole) depuis janvier 2017.

Mots clés : essential only, maddypitch