Retour en haut
Entrepreneurs

#MaddyREX “J’peux pas, j’ai bain de gong”…. dans les coulisses de Bliss You

#MaddyREX : “J’peux pas, j’ai bain de gong”…. dans les coulisses de Bliss You Photo : Dmitry Kotov, Unsplash
par

Perché is the new branché ? À l’heure où les cercles de femmes ont remplacé le ciné du dimanche soir, où les cristaux sont devenus les nouveaux gri-gri et les bains de gong monnaie courante, le courant « bien-être » semble en train de prendre un sacré tournant. Découvrez les coulisses de la startup Bliss You avec sa fondatrice, Leila Echchihab.

Lorsque j’ai lancé Bliss You, la première plateforme de réservations de prestations de médecine douce, je m’attendais surtout à vendre du yoga et des massages. C’était sous-estimer la puissance et l’audace du courant que j’allais rencontrer. Retour sur deux ans d’immersion dans ce milieu des médecines alternatives, où se côtoient praticiens, clients, curieux, détracteurs, industriels et âmes perdues.

Mon burn-out comme point de départ

Le projet de Bliss You vient d’un besoin personnel. Pour sortir du burn-out dans lequel mon boulot m’avait plongée à l’époque (lire l’article pour comprendre comment tout a commencé), j’ai cherché de l’aide du côté des fameuses médecines douces. Avant de réaliser la nébuleuse que c’était. Peu d’information, souvent éclatée, jamais vérifiée, les alternatives aux antidépresseurs n’étaient décidément pas valorisées.

En questionnant mes proches, en demandant des recommandations sur les réseaux, j’ai réalisé que je n’étais pas la seule à rechercher de l’aide de ce côté-là. Mais les rares recommandations que je recevais de ces sources étaient à la fois trop dispersées et peu adaptées à ma situation. Alors j’ai entrepris ce travail de fourmi, ce pari fou d’arriver à structurer et valoriser une offre aussi invisible qu’essentielle.

Faux départ…

J’ai réuni autour de moi une soixantaine de praticiens, que j’ai connus par bouche à oreille, de techniques et d’univers différents. Je me souviens de ce petit-déjeuner que j’ai organisé dans le 18e, un matin à 8h. Ils sont tous venus. Je ne m’y attendais pas. 60 personnalités de feu. Il fallait que je les canalise !

Un conflit a éclaté entre plusieurs praticiens qui n’étaient pas d’accord sur l’éthique et la déontologie des uns et des autres. Une praticienne s’est mise à pleurer… Wooow c’est ça la communauté des praticiens ? Ce sont des électrons libres et leurs points de vue sont souvent contradictoires. Mais l’idée de se rassembler pour bâtir une offre du mieux-être les séduit. Je leur ai proposé de mettre en avant leur métier et leur personnalité, de valoriser les techniques auxquelles ils consacrent leur vie au travers d’un univers bienveillant, authentique, jovial et positif. Tout cela au service des personnes qui ont besoin d’aide.

Ce jour-là, devant tant d’énergie, j’ai compris ce qu’être thérapeute voulait dire. Et qu’il y avait bien une offre à structurer. C’est suite à ce petit-déjeuner que mon combat pour la reconnaissance des médecines alternatives et l’art de se soigner autrement a pris une autre dimension. Pour ces praticiens, l’être humain est un être multi-dimensionnel que l’on ne peut pas soigner comme un corps-objet, mais bien comme un corps-sujet : un corps qui pense, qui éprouve des émotions, qui a une psychologie, qui est en lien avec les autres et qui est influencé par l’environnement dans lequel il vit. 

C’est parti !

J’ai passé l’été 2015 à tester les 60 praticiens qui devaient constituer mon socle sur blissyou.fr. Massage relaxant, soins énergétiques, reiki, hypnose, naturopathie, j’ai élargi volontairement à 9 disciplines de médecine douce pour marquer dès le départ la position de référent de Bliss You sur l’ensemble de ce secteur et montrer la complémentarité de ces méthodes holistiques entre elles.

Plus je défriche le terrain, plus je suis convaincue du besoin et de l’urgence d’y répondre. J’entends d’une oreille les appels à la prudence de mon entourage, mais je suis mon intuition et investis toutes mes économies dans le développement d’une plateforme de réservations sur-mesure. Entre deux séances de soin test, je peaufine le cahier des charges, teste les fonctionnalités auprès des praticiens. Tout doit être prêt pour la rentrée.

Septembre arrive et blissyou.fr est prêt à conquérir le monde. J’ai un site, une quinzaine de techniques référencées sur la plateforme, des praticiens au taquet mais plus un sou et pas un seul client. La galère commence… (Lire Pourquoi la spiritualité est-elle indispensable pour monter sa startup).

Comment me faire connaitre ?

Pour recruter, j’ai tout de suite eu l’idée du “offline”. Chaque weekend pendant un an, j’ai crée des events Facebook pour organiser des stages et des ateliers et faire découvrir de nouvelles techniques de relaxation, de guérison, de connaissance de soi aux personnes encore réticentes ou qui ne souhaitaient pas dépenser 80€ sur une plateforme méconnue.

La découverte dans un cadre rassurant et collectif, plus la qualité de la prestation donnaient confiance et incitaient les participants à réserver une consultation individuelle pour explorer des problématiques plus personnelles avec le thérapeute-animateur.

Au départ, les ateliers convertissent plutôt bien, le chiffre arrive. Ateliers de Yoga, naturopathie detox, ayurveda, hypnose, sophrologie, respiration, reiki, Feng shui j’ai tout essayé, tout proposé. J’ai toujours associé le yoga à une autre pratique, il permet de rassurer les gens qui ont le sentiment d’être en terrain connu. Puis rapidement la concurrence yoga a saturé le marché et fermé cette clé d’entrée pour Bliss You. Et ça s’est tassé… J’avais l’impression que les gens venaient avant tout car les prix étaient plus abordables, sans réelle démarche de mieux-être ou de développement personnel derrière… C’est la méga déception.

Perché is the new branché

Une seule exception à ce ralentissement, le yoga sous hypnose que j’ai créé avec Adrien Moulard. Complet tous les mois. Un carton. Je me mets en quête de quelque chose un peu dans cette veine. Perché. Mais aussi branché. Axelle Tessandier me fait alors rencontrer l’une de ses cousines, Sophie Keller. Elle est astrologue, et n’a rien d’une madame Soleil. Exactement ce que j’avais en tête.

1-BsaAxIl5j2Q9QeTkzMi3aA

On fait le test ensemble. Je l’invite à Paris pour un atelier de 3h un samedi matin. On ouvre les réservations et on demande aux gens de nous donner leur date, lieu et heure de naissance pour préparer leur thème astral en amont. Comme il y a un côté vraiment nouveau à l’activité, je décide de ne pas fixer de prix et de laisser une cagnotte ouverte aux dons. Le jour J, la salle que The Family m’a prêtée est pleine à craquer. J’ai connu alors l’atelier le plus animé jamais organisé. Pendant trois heures les questions fusent, l’horloge s’emballe, les participants n’en perdent pas une miette. Et la cagnotte dépasse ce qu’on aurait imaginé demander. Mais ça ne s’arrête pas là. A l’issue de l’atelier, 80% des participants ont réservé via Bliss You une consultation personnalisée avec Sophie. Exceptionnel ! Sophie a été en 2016 la praticienne qui a vendu le plus de prestations sur blissyou.fr et de loin ! A 120€ la consultation d’1h30 je n’en croyais pas mes yeux.

On lance ensemble, aidée de deux copines, Emilie et Candice, dans la foulée la KARMABOX, un coffret astro—good vibes personnalisé suivant le thème astral de chacun. Lors du lancement l’hiver dernier, les 50 premiers coffrets sont partis en 3 jours avant Noël…

Au travers de ces différents retours, je comprends alors que le marché est à double courant. D’une part un public averti, consommateur de médecines alternatives, qui recherche des praticiens de qualité. De l’autre, des gens en quête d’expérience inédite, de mystique, curieux de spiritualité.

Mais qui sont tous ces gens qui s’essaient à ces pratiques ?

Surprise !! Pas de retraités ou de femmes cadres dynamiques, ce sont des Millénials et des femmes (90%) conscientes que c’est une démarche qui prend du temps. Et de l’argent bien sûr. Mais si c’est le prix à payer pour être en paix, elles peuvent bien sacrifier une paire de chaussures de 70€ à la séance de Reiki. La nouvelle génération veut le meilleur ! 27% des 25–34 ans utilisent régulièrement les médecines douces devant les 20% des 35–49 ans.

Pour mieux coller à leurs attentes, j’ai rapidement ré-orienté les thèmes des ateliers sur des sujets de niche, originaux et exclusifs, inédits. Je propose maintenant des bains de gongs et du yin yoga. Des soins par les cristaux et des initiations au chamanisme. J’ai étendu le format des ateliers et créé des week-ends entiers consacrés à une pratique, une expérience. Les gens viennent jeûner, former des cercles de femmes, communier avec la lune….

Plus c’est atypique, plus les events se remplissent vite. Le bouche-à-oreille fonctionne, on est complet à chaque fois sur la base d’une édition de chaque atelier tous les mois !

Les cercles de femmes, les nouveaux cercles « anonymes »

Ce qui se passe dans ces ateliers surprend souvent les participants. Moi la première. Dans les cercles de femmes par exemple, la charge émotionnelle est extrêmement forte. Toutes jouent le jeu et abordent sans tabou, encouragées par la bienveillance du cercle, leurs difficultés, leurs peurs, leurs doutes, leurs freins. Elles qui d’habitude se contiennent et ont tant de mal à lâcher prise, les voilà qui confient leurs préoccupations les plus intimes à ces sœurs qu’elles découvrent pour la première fois. Ces moments ont été des parenthèses de vulnérabilité d’une rare intensité. J’en ai été touchée au plus profond de mon âme.

moonrsise

Cercle de femmes MoonRise par Marion Thelliez lors du Festival Sisterhood In Health 2017

De cette révélation est né Sisterhood in Health, le premier event gratuit, ouvert au grand public, sur l’art de se soigner autrement. La première édition en 2016 a accueilli, le temps d’une journée, une vingtaine de femmes praticiens en médecine alternative. Sur la base d’un crowdfunding réussi, j’ai pu rassembler avec l’aide d’Armanda Dos Santos, 300 femmes venues échanger et s’informer sur cet univers. Et confirmer l’engouement particulier de ce public pour les disciplines plus ésotériques.

Baptisée « Magic healing », l’édition 2017 s’est tenue sur deux jours et a accueilli plus de 500 personnes. Des salles de conférences pleines à craquer, des gens debout ou assis par terre. Un momentum était créé, une synergie de folie était palpable, des acteurs en place et bienveillants et la volonté de se réunir pour emmener l’expérience du mieux être dans une autre dimension. Je ne pouvais pas imaginer de confirmation plus claire de mon intuition de départ : quelque chose est en train de shifter.

 

Le travail énergétique est le nouveau Yoga !

Les gens acceptent aujourd’hui de parler d’énergie. L’énergie est réelle, invisible mais en nous. Elle nous constitue au même titre que notre chair et on peut la façonner, la nettoyer, la rendre meilleure, la sentir davantage ou la laisser nous traverser.

Il y a six ans, personne ne savait ce qu’était le reiki, c’était un soin associé aux charlatans rebouteux coupeurs de feu. Aujourd’hui le magnétisme, la méditation, l’hypnose sont proposés en complément au sein des hôpitaux dans les traitements post-cancer, les anesthésies, les maladies chroniques.

On travaille sur l’invisible. On découvre la puissance de l’intention : une hygiène de vie qui symbolise le fait qu’en chacun de nous réside un potentiel d’auto-guérison.

Le business des médecines holistiques serait-elle en train de devenir une industrie à part entière ? Tous les grands médias y vont de leur franchise bien-être. Le Monde a lancé Sens et Santé, Doctissimo son magazine papier. Flow, Happinez, FémininBio, INREES qui existent depuis une dizaine d’années renaissent de leurs cendres. Le ELLE a lancé ELLE Zen. Et Psychologies Magazine inaugure son 1er salon à la Villette, Be Happy…

Aujourd’hui nous vivons une période intense où le fait d’être vivant, se sentir vivant est important. Les périodes intenses appellent des moments de magies sérieuses. Une intensité d’être.

Les Français sont désireux de maitriser leur vie perso et leur santé, ils sont créatifs et recherchent toujours quelque chose de nouveau et de puissant à implémenter dans leur vie et de manière pérenne. Le Bio et le bien mangé se sont installés dans le quotidien des Français, aujourd’hui qui n’a pas encore pratiqué un cours de yoga, ils sont maintenant prêts à embrasser et à se familiariser avec des techniques qui toucheront d’autres parties d’eux-mêmes.

Depuis deux ans, Bliss You a référencé plus de 350 praticiens sur Paris-IDF, publié plus de 1 500 posts et articles de blog et organisé près d’un millier de consultations, ateliers, stages et événements au profit d’une communauté de presque 2 000 clients. Cette année, les soins énergétiques (reiki, access bar, hypnose, astrologie, magnétisme) ont dépassé les massages thérapeutiques en termes de vente sur blissyou.fr.

J’y crois plus que jamais. Et apparemment je ne suis pas la seule.

Le bien-être sera au coeur de la MaddyKeynote, notre sommet de l’innovation qui se tiendra le 1er février 2018 au Cent-quatre à Paris. Envie d’en savoir plus ? C’est par ICI.

MK18-CoverFacebook-BIENETRE-1