Retour en haut
Entrepreneurs

#MaddyWorld L’écosystème startup thaïlandais bourgeonne grâce au mobile social et la Fintech

#MaddyWorld : L’écosystème startup thaïlandais bourgeonne grâce au mobile social et la Fintech Photo by Pariwat Srisuwan on Unsplash
par

Encore sous l’effet de l’agitation politique de ces dernières années, la Thaïlande mise beaucoup sur l’essor de son écosystème startup pour rayonner régionalement. De quoi motiver le gouvernement mais aussi les grands groupes du pays à encourager la création et la croissance de jeunes pousses.

Grand pays de 68 millions d’habitants, la Thaïlande a connu une certaine agitation politique au cours des dernières années. Sous la direction d’une junte militaire, le pays a vu un grand nombre d’éviction des gens au pouvoir, le plus récent étant celui de Yingluck Shinawatra, la première femme premier ministre de Thaïlande. En dépit de ces révolutions et protestations contre le gouvernement, la Thaïlande est en plein développement d’un écosystème de startups boosté par l’utilisation active, presque permanente, des réseaux sociaux et du téléphone mobile par la population : 49% de la population possède un smartphone et le pays dénombre 83 millions d’abonnements 3G, selon TechSauce. La Thaïlande s’est imposée comme le troisième plus grand utilisateur des réseaux sociaux au monde, avec 35 millions de personnes sur Facebook, 33 millions sur le réseau social japonais Line, 2 millions sur Instagram et 4,5 millions sur Twitter. 37% de la population accède à des applications mobiles au quotidien.

Le commerce C2C (consommateur à consommateur) a connu un développement massif au cours des dernières années, comme le confirme Terence Pang, le directeur des opérations de la place de marché C2C Shopee, dernier né de la licorne singapourienne Garena. “La plateforme Shopee aide à combler l’écart pour les commerçants qui vendent sur Facebook ou Instagram mais ont des difficultés avec des aspects tels que l’acquisition de clients, les processus de paiement et de livraison.” 71% des utilisateurs de smartphones effectuent des achats sur leur mobile plus de deux fois par mois tandis que 90% prévoient de réaliser des transactions en ligne à l’avenir.

Un essor tiré par la FinTech

L’écosystème startup en Thaïlande a connu une croissance exponentielle, le nombre de startups financées passant de 3 en 2012 à plus de 72 en Juin 2016. Le total des fonds levés par les startups thaïlandaises atteint un niveau record de près de 4 millions de dollars, ce qui n’est pas étonnant puisque le nombre d’investisseurs de capital-risque a également augmenté considérablement, passant d’un seul en 2012 à plus de 60 aujourd’hui.

Thailande

La Fintech est le principal moteur de croissance de l’écosystème startup thaïlandais, avec par exemple Everex, une startup blockchain qui cherche à créer un monde sans banque et offre des transferts transfrontaliers, avec actuellement 600 utilisateurs en Birmanie. Une autre startup, Finnomena, est la plus grande plateforme de contenu pour investisseurs en Thaïlande, spécialisée dans la prestation de conseil sur les placements financiers, ainsi que la gestion de portefeuille. Ces deux startups font partie des huit startups thaï en phase de croissance qui ont participé au concours organisé par TechSauce.

Le soutien du gouvernement et des corporates

La Thaïlande s’applique de plus en plus à nourrir l’entrepreneuriat local et l’innovation, comme en témoignent l’avènement d’événements tels que le sommet Techsauce 2016, organisé par le média éponyme et son investisseur SCB Digital Ventures, mais aussi la popularité de Hubba, un espace de coworking pour les entrepreneurs. En août dernier, le gouvernement thaïlandais a annoncé qu’il prévoyait de consacrer 570 millions de dollars, réunis au sein d’un fonds dédié, aux startups locales et visait à développer la communauté, composée aujourd’hui de 2500 startups pour atteindre les 10 000 pépites en moins de deux ans. Actuellement, le financement est dirigé par les investisseurs providentiels tels que Ardent Capital, CyberAgent, Inspire ainsi que 500 Tuktuks par 500 Startups. Le président de l’Institut de Recherche et Développement de la Thaïlande, Somkiat Tangkitvanich, a également laissé entendre aux décideurs politiques un futur allégement de la réglementation gouvernementale qui étouffe encore actuellement la croissance dans le secteur des technologies et des startups.

Les corporates se sont également révélées être des forces motrices pour l’écosystème startup thaï. L’entreprise de télécommunications Dtac a récemment lancé la deuxième promotion de son programme d’accélération de startups, un programme de 3 mois rassemblant le meilleur des innovateurs, des mentors et des investisseurs dans un espace commun, Dtac Accelerate. Chaque startup sélectionnée bénéficie d’un financement total de 2,8 millions de dollars, chaque équipe pouvant recevoir de 14 400 à 43 000 dollars. Avec le soutien du géant des télécommunications Telenor, et de l’entreprise d’audit et de conseil PwC, le programme Dtac Accelerate témoigne de l’importance des grandes entreprises dans la croissance des startups. Son concurrent True Corporation vient quant à lui d’injecter un demi-milliard de dollars dans un nouveau projet de hub digital Digital True Park.

Si les montants d’investissements ne sont pas encore à des niveaux tels qu’à Singapour, en Malaisie ou en Indonésie et que les “success stories” sont encore principalement locales, la population thaïlandaise accro aux nouvelles technologies offre un terrain d’essai favorable pour le développement d’innovations en m-commerce, Fintech et dans d’autres secteurs. Avec des soutiens de poids, à commencer par celui du gouvernement ou d’entreprises comme Telenor, il ne fait aucun doute que la communauté thaï de startups va continuer à croître dans les prochaines années.

Mots clés : MaddyWorld, Thaïlande