Retour en haut
Entrepreneurs

#Tribune Popchef, un nouveau départ

#Tribune : Popchef, un nouveau départ

Popchef change de cible : la startup Foodtech se focalise désormais sur les repas d’équipe, dépoussiérant les antiques plateaux-repas. Elle délaisse ainsi la commande individuelle et prend du recul par rapport à la concurrence qui fait rage sur ce segment. François de Fitte, cofondateur de Popchef, revient sur ce choix.

Article initialement publié sur la page Medium de François de Fitte, cofondateur de Popchef

À partir du 14 novembre, Popchef ne sera plus votre fast-good quotidien à déguster seul derrière un écran, mais plutôt votre repas convivial à partager entre collègues, pour un vrai déjeuner authentique et humain. Popchef vient dépoussiérer le marché du plateau-repas. Les prix augmenteront afin de payer justement nos livreurs, producteurs et cuisiniers. Nous avons fait le choix de détailler la décomposition de la marge de Popchef sur chaque plat vendu, de façon complètement transparente. Notre objectif : privilégier la pérennité plutôt que la croissance, les valeurs plutôt que la performance, le produit plutôt que la marge. Nous avons mûri.

Lorsque nous lancions Popchef avec Briac, livrant nos premières tartiflettes à vélib dans les rue du Sentier, nous n’imaginions pas l’étendue de l’aventure qui nous attendait. 300 000 repas livrés plus tard, nous ne sommes plus les seuls. Nous avons troqué les casseroles et les Vélibs d’une aventure innocente contre les term-sheets et les valorisations délirantes d’un marché en plein essor.

Les levées de fonds dans la Foodtech se chiffrent en centaines de millions d’euros. L’amour du produit, parfois, a laissé place au discours marketing, à l’amour de la croissance et de la performance. Les marges diminuent, les coûts de livraison dévorent chaque miette d’euro de bénéfice restant. Les comportements irrationnels se multiplient sur notre secteur : nos concurrents vendent à perte, proposent des codes promos de plus en plus agressifs. Nous déplaçons, parfois, un livreur sur plus de trois kilomètres pour livrer un cheesecake au citron (il faut dire que notre cheesecake est sacrément bon). Interdiction de louper une seule commande, de laisser partir une goutte de croissance. Nous perdons de l’argent et en levons toujours plus.

Notre mission n’est pas de créer de la valeur pour les actionnaires

Notre mission est d’offrir la possibilité de bien manger, simplement. De proposer une valeur incroyable à nos clients, grâce à un service exceptionnel et humain, grâce à un produit frais et délicieux. Nous avons depuis toujours la conviction qu’en mettant toute notre énergie dans le produit et le service, la croissance viendra naturellement. Mais face à cette nébuleuse qu’est devenue la Foodtech, nous nous sommes demandés : quelle est réellement notre valeur ajoutée sur ce marché ? Sommes-nous un service de livraison parmi tant d’autres ? Qu’est-ce qui rend Popchef vraiment unique ?

Une nouvelle opportunité est apparue

Ce qui était au début une commande rare chez nous est rapidement devenu le coeur de notre croissance. Une startup souhaite inviter tous ses salariés à un déjeuner d’équipe hebdomadaire ? Elle commande Popchef. Un rendez-vous dépasse sur l’heure du déjeuner et les collaborateurs, affamés, s’apprêtent à dévorer le pauvre stagiaire s’il ne trouve pas une solution dans les cinq minutes ? Il appelle Popchef. Les réunions de groupe, team-lunch, historiquement baptisés plateaux-repas, traditionnellement industriels et fades, pauvres et sans goût, chers et froids, ont trop longtemps été l’apanage d’entreprises en situation de confort sur un marché peu innovant.

Popchef graphique

L’activité plateaux-repas (B2B) connait chez nous une traction supérieure à l’activité traditionnelle sur les 9 premiers mois. Notre technologie et notre logistique nous permettent d’être les premiers à livrer chauds et en grand volume des repas comme à la maison pour des réunions de groupes qui rappellent la salle à manger de bonne maman dans le Cantal, le bruit des cigales et l’odeur de lavande, plutôt que la peinture fraîche d’une salle de réunion et le ronron abrutissant d’une présentation sur les nouvelles normes ISO 1091.

Un nouveau Popchef, les mêmes valeurs

À partir du 14 novembre, nous avons fait le choix de nous concentrer uniquement sur les repas d’équipe et de dépoussiérer une fois pour toutes le marché des plateaux-repas en France et en Europe. Concrètement, quels changements verrez-vous à la carte ?

Un pricing transparent, qui rémunère justement les cuisiniers et les livreurs. La marge sera détaillée et affichée ouvertement pour tous nos clients. Davantage de transparence sur la provenance de nos produits et davantage de produits locaux afin de partager la valeur avec nos agriculteurs. Une carte plus simple, plus légère et plus qualitative.

Le nouveau pricing sera sans doute prohibitif pour une commande individuelle et nous assumons ce choix. Vous ne déjeunerez sans doute plus chez nous tous les jours mais de temps en temps, pour des occasions. Et si vous aimez notre projet et notre vision, nous comptons sur vous pour nous suivre et penser à nous lorsque ces moments adviennent. Car c’est de ces temps de convivialité dont nous sommes les plus fiers. Au moindre selfie reçu d’une équipe se régalant culinairement et humainement grâce à Popchef, c’est une larme chaude qui coule immédiatement sur la joue de Manon.

Nos repas n’ont pas vocation uniquement à être dégustés, ils ont vocation à être partagés. Partagés autour d’une histoire, d’une blague, d’une réunion stratégique et ambitieuse, d’un entretien d’embauche, d’un board qui tranche sur l’avenir du covoiturage ou tout simplement pour relâcher la pression et rigoler la bouche pleine. Car on ne porte pas de grands projets le ventre vide, on ne change pas le monde sans une vraie équipe…

Mots clés : foodtech, popchef
  • surpriz

    Je trouve le pivot très interressant et prometteur. Bravo