Retour en haut
Finance

#FrenchTech Startups françaises et programmes européens : quelles possibilités ?

#FrenchTech : Startups françaises et programmes européens : quelles possibilités ?
par

Entrepreneurs, connaissez-vous toujours les aides auxquelles vous pouvez prétendre ? Depuis 2014, un outil de financement à été créé par l’Union européenne : l’instrument PME. Zoom sur cet outil phare pour lequel les startups françaises candidatent encore trop peu.


L’Union Européenne a mis en place un programme de financement de la recherche et de l’innovation pour la période 2014/2020 appelé « Horizon 2020 ». Ce vaste programme représente 7,2% du budget de l’UE, lui-même estimé à 959.988 milliards d’euros pour 2014/2020. Horizon 2020 est divisé en sous-programmes qui requièrent, la plupart du temps, un groupement de minimum trois entités (entreprises, associations, universités, institut de recherche,…) provenant de trois pays différents, réunis autour d’un projet de recherche ou d’innovation.

Cependant, depuis 2014, un nouvel outil de financement a été créé : un soutien pour les projets innovants portés par une seule PME ou plus, l’«Instrument PME ». Les projets doivent rentrer dans les domaines suivants : Innovation dans les TIC ; Nanotechnologies ou autres technologies avancées dans la fabrication et les matériaux ; Biotechnologies ; Recherche spatiale et développement ; Santé ; Agriculture durable ; Croissance bleue ; Économies d’énergie ; Transports plus écologiques et plus intégrés ; Nouveaux modèles économiques pour des sociétés inclusives et innovantes et de la Sécurité.

L’instrument PME permet de soutenir l’entreprise par étape en fonction de la maturité du projet et accorde :

  • Un forfait de 50 000 € en phase 1 pour les études de faisabilité
  • Une subvention de 0,5 à 2,5 millions d’euros en phase 2 pour la première application commerciale
  • Des accords de prêts ou fonds propres en phase 3

En phase 1, ce sont tout de même 33 millions d’euros de programmés sur 2016 ! Alléchant mais la tâche n’est pas si aisée. En effet, sur le dernier appel clôturé en 2015, le taux de réussite s’élevait à… 8.4% en moyenne ! La France, avec 84 projets soumis en phase 1 et 13 acceptés, reste à la traine derrière les Britanniques, les Italiens et les Espagnols (leader avec 329 candidatures et 38 financées). L’opportunité reste intéressante, surtout pour les startups qui ont un projet d’innovation bien défini.

Par ailleurs, les startups françaises peuvent bénéficier d’autres dispositifs de financements nationaux (statut de Jeune Entreprise Innovante, crédits d’impôts recherche/innovation,…), régionaux et locaux (fonds régionaux, fonds européens en Régions, …) ou encore privés.

Article écrit par Patrice L’Hôte, qui dirige le cabinet 3e services qui accompagne  les entreprises dans la recherche d’aides financières publiques et privées et le montage des dossiers de demande. 

Crédit photo : Shutterstock