Retour en haut
Innovation

#FrenchTech Analyse de la mobilisation des écosystèmes startups locaux depuis 5 mois

#FrenchTech : Analyse de la mobilisation des écosystèmes startups locaux depuis 5 mois
par

Depuis que Maddyness s’est lancé, la rédaction s’est attachée à relayer sur son média de nombreuses initiatives privées dont l’objectif affiché était de “fédérer l’écosystème startup français”. Cette volonté de rassemblement a clairement pris un nouveau tournant avec l’arrivée de la FrenchTech, mise en place par Fleur Pellerin et reprise depuis peu par Axelle Lemaire.

Voir l’analyse complète et la méthodologie en fin d’article: La part de voix des villes sur la FrenchTech depuis le 8 Février, Top des auteurs les plus actifs sur la French Tech –  hors identifiés dans une entité (Earned) , Top des auteurs ayant eu le plus d’audience (sur twitter) avec des messages mentionnant la FrenchTech…  

FrenchTech Lemaire - Pellerin

Messages qui mentionnent la FrechTech, Fleur Pellerin et Axelle Lemaire. Une nette transition

C’est donc le monde politique qui a apporté une solution de cohésion entre tous les acteurs nationaux qui composent cet écosystème. Avec l’aide de l’équipe de Focusmatic, un outil de monitoring et d’analyse social nouvelle génération, qui a travaillé sur l’écoute du mot FrenchTech depuis plus de 5 mois (du 5 février au 5 juin). Les résultats présentés ci-dessous sont extraits de la collecte, l’enrichissement et l’analyse de 53 893 messages publiques issus du web et des réseaux sociaux (“frenchtech” OR “french tech”).

FrenchTech Fest

Explication des pics de messages autour de la FrenchTech

Il est intéressant de constater la manière dont les métropoles régionales ont pris en main le mot-clé French Tech. Un terme qui a également trouvé échos dans la presse spécialisée, mais aussi locale, notamment grâce aux annonces des candidatures des villes au label FrenchTech. Les capitales régionales comme Montpellier et Bordeaux, ont su rapidement fédérer leur écosystème autour de leurs candidatures, et attirer les soutiens depuis le web, via des articles dans la presse ou sur des blogs, et plus largement sur les réseaux sociaux, où Twitter prend une très large place.

FrenchTech 6

Volume des messages parlant de la FrenchTech que l’on peut associer à des villes

Les événements Tech ont également été un vecteur de communication très pertinents. Lors de la Mêlée Numérique à Toulouse (fin mai) et le Web2day de Nantes (début juin), la bannière FrenchTech a été largement déployée et le road-show d’Axelle Lemaire (qui a lancé le festival de la FrenchTech, actuellement en cours) y a contribué pour beaucoup.

Frenchtech 9

Top des entités qui font buzzer la French Tech sur les 6 premières villes depuis le 8 Février

Frenchtech est un terme qui résonne fortement en France, mais aussi au-delà de ses propres frontières. Une opération séduction avait été menée lors de l’édition 2014 du SXSW à Austin, où un FrenchTechClub avait été mis en place pour promouvoir les startups françaises, comme pouvait le faire d’autres pays comme l’Angleterre, le Canada ou encore le Chili, les années précédentes. Le point d’orgue de cette internationalisation sera la conférence French Touch, qui aura lieu à New York, le 26 et 27 juin 2014, en présence de plus de 300 personnes.

FrenchTech 10

Top évènements autour de la FrenchTech pour les principales villes

FrenchTech par-ci, FrenchTech par-là, mais qu’en pensent vraiment les startups françaises? Sans surprise, même s’il n’y a pas d’enjeux financiers directement pour elles, au-delà de la labellisation de leurs propres métropoles, elles ont su également attraper le train au passage. L’exemple le plus parlant est la mobilisation qui est en train de se préparer pour l’événement Startup Assembly (ex- Journée du Patrimoine des Startups). Contactés par la rédaction, les organisateurs Marc-Arthur Gauthey et Cédric Giorgi nous ont communiqué une répartition géographique des événements qui vont avoir lieu dans les différentes régions françaises.

    • Paris + IDF: 228 boites 
    • Alsace :  3 startups (1 à Strasbourg , 1 à Belfort… )
    • Aquitaine = Bordeaux = 40 boites
    • Auvergne = 3 boites
    • Bourgogne = 3
    • Bretagne (Rennes + Saint Malo) = 27
    • Centre = Vichy = 1
    • Corse =  2
    • Languedoc = Montpellier :  36
    • Champagne (Troyes) := 2
    • Martinique : 8
    • Réunion: 1
    • Limousin (Limoges +  Région) : 19
    • Pays de la Loire (dont Nantes): 31
    • Lille + Calais = 46
    • Lyon : 15
    • Grenoble :  20
    • Midi-Pyrénées /  Toulouse: 33
    • Londres :  2
    • PACA (Marseille + Nice): 22
    • Poitou : 1
    • 11 à Rouen en Haute Normandie
    • 3 en Basse Normandie

 

Mots clés : ,
  • Pingback: Analyse de la Mobilisation des écosystèmes French tech - French Tech Toulouse()

  • http://www.bresttech.com/ Brest Tech

    Bonjour,
    A noter également en région Bretagne, 3 événements #StartupAssembly organisés à Brest par deux startups #BrestTech (Eqwall et B4Wedding) et la cantine numérique les 12 & 13 juin. Plus d’infos sur http://thebresttechblog.tumblr.com/
    Bonne journée

    • la:matrice

      Nous pouvons ajouter Saint-Brieuc pour la Bretagne avec 6 événements et 7 entreprises.

  • Guilhem Bertholet

    Dommage que Lyon, entré dans la FrenchTech le 5 décembre (première ville) ne bénéficie pas du volume de discussions qui y ont eu lieu :)

  • Jean-Christophe Gomez-Lavocat

    En PACA il y a Marseille/Aix, Nice ET Toulon.
    Je prêche pour ma (nouvelle) paroisse, mais l’écosystème numérique de Toulon est très jeune et actif. La présence d’un incubateur et d’une pépinière dédiée au numérique, ainsi qu’un quartier du numérique (La Cantine) avec de nombreux évènements donnent du peps au 83.

    • Catherine Fekrane

      D’autant plus, si je ne me trompe pas, que sur les 22 événements recensés en PACA, au moins une 10ne se déroulent à Toulon :-)

  • Marion Nougier

    Oui, l’écosystème PACA commence à faire entendre sa voix, c’est ce que l’on voit dans l’évolution du flux de messages publiés ! La suite dans quelques mois :)

  • Adrien Poggetti

    Petit commentaire sur la méthode… A Nantes la candidature s’appelle NantesTech…or ce mot clé n’a pas été pris en compte dans l’analyse, ce qui (mais je peux me tromper) fausse un peu la comparaison. La plupart des tweets que j’ai vu en local mentionnent en effet NantesTech et non FrenchTech…Me semble que le même effet joue pour Rennes, dont la candidature s’appelle RennesTech. Mais pour tout le reste bravo, cela montre que partout en France les acteurs ont su se saisir et s’approprier les dynamiques locales. Bravo la France numérique :)

    • veronique PEQUIGNAT

      même remarque sur Grenoble ou le mot clé est DigitalGrenoble #DigiGre

    • Catherine Fekrane

      Je partage, d’autant plus qu’à Toulon le dossier se nomme Ruche Digitale Toulon, là aussi, le mot clé n’a pas été pris en compte

  • Pingback: #FrenchTech : Analyse de la mobilisation des écosystèmes startups locaux depuis 5 mois | Netangels, l'accélérateur et la fabrique de start-up sur Marseille en Provence()

  • Catherine Fekrane
  • French Tech CdA

    Je vous confirme que l’écosystème numérique azuréen se mobilise également pour la French Tech. Il ne faut pas comptabiliser seulement Nice, mais toute la Côte d’Azur c’est à dire entre autre Sophia Antipolis, Cannes et Grasse !
    Signez le manifeste : http://www.frenchtechcotedazur.fr/ensemble-pour-le-label/soutenez-french-tech-ca