Retour en haut
Innovation

#Interview Philippe Douste-Blazy, l’homme qui milite pour une meilleure gestion des données de santé

#Interview : Philippe Douste-Blazy, l’homme qui milite pour une meilleure gestion des données de santé
par

Le 17 mars, Maddyness vous donne rendez-vous à la Gaîté Lyrique pour débattre sur le thème de l’Homme augmenté. En amont de cet événement, nous vous proposons de découvrir l’interview de Philippe Douste-Blazy, l’homme politique devenu entrepreneur avec la création de la startup Honestica.


De la médecine aux plus hautes fonctions gouvernementales, l’ancien maire de Toulouse veut améliorer les parcours de soins et la médecine en créant le dossier médical partagé. L’arrivée du numérique a fait changer énormément de choses, mais j’ai envie de dire qu’au niveau du malade, c’est maintenant qu’on s’en rend compte avec des objets connectés Tout d’abord médecin-cardiologue à Toulouse, Philippe Douste-Blazy devient maire de la ville, puis député de Haute-Garonne, avant de devenir ministre de la Culture, ministre de la Santé et ministre des Affaires étrangères. Une longue carrière politique qui se poursuit aux Nations Unies, depuis 2008, où il est conseiller spécial chargé des financements innovants. C’est en 2015 que l’homme politique se lance dans l’aventure entrepreneuriale avec Franck Le Ouay et Alexandre Hamburger en fondant Honestica, afin de concrétiser une idée que le ministre de la santé avait tenté de réaliser en 2004 : le dossier médical partagé. 

Améliorer la médecine et gagner en productivité en aidant les praticiens à mieux communiquer

Honestica est une plateforme de gestion des données de santé, dont le but est de connecter les acteurs de la santé, afin d’améliorer la productivité des médecins. Grâce à un suivi de l’ensemble des données médicales du patient, la promesse est de gagner du temps et d’éviter les examens redondants. L’idée est de matérialiser le dossier médical partagé, pour que chaque acteur de la santé ait accès aux données du patient. Une idée plébiscitée par les Français, puisque 81% estiment que le premier bénéfice de l’e-santé réside dans la meilleure coordination des professionnels de la santé et que 87% sont favorables à la transmission électronique de leurs résultats d’examens médicaux entre professionnels de la santé. (Baromètre santé 2015 IFOP)

“Les aspects positifs du numérique, pour la santé, c’est avant tout la coordination des soins”

La promesse de cette plateforme de gestion des données de santé est de faciliter la collaboration entre praticiens et de permettre le partage et l’analyse des données, tout en protégeant les droits des patients et en assurant une sécurité maximale. Offrant ainsi une optimisation du parcours médicale, bénéfique aux patients comme à la sécurité sociale, tout en garantissant une sécurité optimale des données des utilisateurs. Si ce ne sont pas les Français qui le font, ce sera Google, Facebook ou Apple et je préfère que ce soit les Français“.