Retour en haut
Innovation

#MaddyFeed Voulez-vous vraiment qu’un robot devienne le meilleur ami de votre enfant ?

#MaddyFeed : Voulez-vous vraiment qu’un robot devienne le meilleur ami de votre enfant ?
par

Chaque vendredi, dans sa revue de presse, Maddyness vous propose une sélection d’articles qui ont retenu l’attention de la rédaction.

L’IA en ses limites : même Watson est très imparfait !

Le discours marketing (la “hype”) qui accompagne le déploiement des systèmes d’Intelligence artificielle (IA) est souvent assourdissant. Pas un jour ne se passe sans que nous soit présenté un nouveau service dopé à l’IA qui va faire “du monde un monde meilleur”… Si ces services sont souvent impressionnants, notamment dans leurs capacités à surpasser les humains, ils ne sont pas sans défauts et sans lacunes. Même ceux qui nous sont présentés comme les plus performants n’échappent pas à la critique. Heureusement. Lire la suite sur la page LinkedIn du journaliste Hubert Guillaud

Iphone 1

It Distracted Us. It Gave Us Uber. It Made Selfies a Thing.

The first iPhone was released 10 years ago and swiftly turned the smartphone from a curiosity into our constant companion. It was not the first smartphone, but it has been responsible for cementing an always-connected way of life. In the early days, it was the simple things that were magical. The internet in your pocket. Connectivity at all times — news, baseball scores, recipes. (How innocent we were.) And, despite Steve Jobs’ early objections, Apple created its App Store. Suddenly, the iPhone wasn’t just a shiny bauble. It was useful. It could mimic just about any other gadget you had, from your Game Boy to your flashlight. Lire la suite sur The New York Times

Licorne

Les licornes sont-elles la prochaine espèce en voie de disparition ?

Le sens commun conduit aujourd’hui à penser, croire et affirmer, dans les dîners en ville, que les start up représentent l’avenir tandis que les entreprises établies appartiendront bientôt aux reliques d’un passé quasiment déjà oublié. Prenons l’exemple des voitures autonomes, un concept qui fait rage dans les esprits du board de Google, autant que de celui d’Uber ou de Tesla. Les trois sociétés imaginant lancer des sortes d’Autolib, sans conducteur, à disposition de tous et permettant de révolutionner la façon dont nous nous déplaçons en ville. Si moderne et digital qu’il paraisse, le concept de voiture sans conducteur n’est pas né dans l’industrie automobile, ni en ville, ni dans le monde de l’Internet, mais dans le secteur agricole. Lire la suite sur la page LinkedIn du consultant Bertrand Jouvenot

 Billet

The Financialization of Life

I have the maximum respect for the blockchain. It possibly is the technology which bears the highest potential for radical innovation and transformation today. With all its limits and problems. My critique is not technical, but psychologicalIt moves across the domain of perception and of comprehension of reality. In this domain —the one of the psychic processes which are engaged and shared by people and their relations as they interpret the world to understand how to orient themselves and how to act in it— technologies like the Blockchain are a disaster. Lire la suite sur la page Medium du fondateur d’Art is open source, Salvatore Iaconesi

Cozmo

Would you want a robot to be your child’s best friend?

he little robot on the table wakes up. Its eyes, a complex configuration of cyan dots on a black, rounded screen of a face, sleepily open and it lets out a digitised approximation of a yawn. A compact device that looks like a blend of a forklift truck and PC monitor bred for maximum cuteness, the robot rolls blearily off its charging station on a pair of dinky treads before tilting its screen-face and noticing I’m there. Its eyes widen, then curve at the bottom as if making way for an unseen smile. “Daaaaan!” it announces with a happy jiggle, sounding not unlike Pixar Animation Studios’ lovable robot creation, Wall-E. Lire la suite sur The Guardian

Robot 4

Et si nous explorions l’espace avec des robots contrôlés en réalité virtuelle ?

L’un des problèmes majeurs de l’exploration spatiale humaine est de nous maintenir en vie — si possible, dans de bonnes conditions — une fois que nos franchissons la barrière protectrice notre bonne vieille planète bleue. Pour ne pas succomber à un tel voyage, nous sommes obligés d’imaginer notre futur habitat sur une autre planète, d’anticiper les risques d’un séjour spatial pour notre santé, ou encore de s’harnacher à d’encombrantes, mais salutaires combinaisons spatiales. Bref, cela fait beaucoup d’intendance à gérer. Et si nous envoyions plutôt des robots à notre place, pour vivre à travers eux l’expérience de l’exploration spatiale grâce à la réalité virtuelle ? Lire la suite sur Numerama

Pinocchio

Pourquoi les startups ont-elles peur de la vérité ?

Tout est parti d’une conversation autour d’une bie?re dans un bar. Une discussion avec un ancien dirigeant de startup. Tout ce qu’il y a de plus banal. Mais voila? que lorsque l’on aborde son e?chec re?cent, il annonce un nombre de te?le?chargements de son application mobile qui m’interroge. J’ai eu comme la sensation que, malgre? l’abandon de ce projet, il e?tait encore dans le de?ni d’une re?alite? qui a cause? sa perte. Je tente alors un fe?brile : « non, c’est ce que tu dis aux autres, mais re?ellement combien de te?le?chargements avez- vous eus ? » Su?rement sous l’effet de l’alcool, voila? que le chiffre annonce? est divise? par trois. A? croire que l’on « ment » avec les startups comme ce simple adolescent en que?te d’une premie?re aventure amoureuse qui se prend pour Casanova devant ses amis. Mais pourquoi les startups ressentent- elles le besoin d’enjoliver a? outrance la re?alite? ? Pourquoi l’e?cosyste?me semble- t-il s’accommoder ce cette re?alite? ? Pourquoi les startups ont-elles si peur de la ve?rite? ? Analyse. Lire la suite sur 1001 Startups