Retour en haut
Innovation

#MaddyFeed Ces startups inventent la drogue de demain

#MaddyFeed : Ces startups inventent la drogue de demain
par

Chaque vendredi, dans sa revue de presse, Maddyness vous propose une sélection d’articles qui ont retenu l’attention de la rédaction.

“La France est devenue le ‘darling’ du monde entier”

Les marges de manœuvre pour les entreprises françaises à l’export sont énormes et il faut améliorer le fonctionnement des établissements publics et privés chargés de l’attractivité des entreprises, pour leur permettre d’être davantage performantes. Pour cela, il y a un enjeu de simplification et de cohérence. Il faut travailler en meute, comme le dit Pierre Gattaz du Medef. Les trois métiers de Business France, c’est-à-dire l’export, attirer des entreprises étrangères en France et développer l’image de la France à l’international, doivent devenir plus efficaces grâce à une meilleure coordination avec les organismes privés et associatifs comme les Chambres de commerce et d’industrie (CCI), les Régions, la CPME, le Medef international, et les organismes d’État qui travaillent sur le territoire. Lire la suite de l’interview du président de Business France sur La Tribune

Cannabis

About That Joint: Marijuana Start-Ups Pass

Nobody smokes marijuana anymore. Everyone’s vaping it. Or eating, drinking, sipping, dabbing, sucking on lozenges, chewing on gum, applying unguents or administering a drop or two of a cannabis-infused tincture under one’s tongue, where it is absorbed into the sublingual artery, within minutes producing an invisible, odorless, private high. These are a few of the inventions of an increasingly sophisticated set of marijuana start-ups, which argue that by pushing the industry past smoke, they can make cannabis convenient and ubiquitous — the drug of the future, and the next great American bonanza. Lire la suite sur le New York Times

Urban Hello

La startup Urban Hello face à la rançon du succès

Comme Remi, ses créateurs ont le sourire…. à un point près. Son petit réveil connecté, destiné avant tout aux enfants de moins de dix ans, se vend bien. Presque trop bien, avec un succès commercial supérieur aux attentes d’Hervé Artus et Catherine Seys, les cofondateurs d’Urban Hello. Ils n’ont pas de quoi se plaindre, mais quelques raisons de s’inquiéter. Comment faire face aux échéances financières quand il manque quelques dizaines de milliers d’euros pour boucler un tour de table et que les banques attendent ce financement pour débloquer des crédits ? Lire la suite sur Le Figaro

Facebook 2

Safety Check: is Facebook becoming fear’s administrator-in-chief?

You know the drill by now: a terrorist atrocity or catastrophe occurs in your home town, and no sooner have you seen the news than you receive a Facebook notification that one of your friends has marked themselves safe, or that another is asking you to do so. This was my experience during the attack in Westminster in March, with friends as far away as Canada asking me to declare myself “safe”. Clicking on Facebook’s nagging notification revealed 31 of my friends were apparently out of danger, but a further 249 were “not marked as safe”. Lire la suite sur The Guardian

Old wooden door with a skull and swords

Face aux cyberattaques, l’Union européenne se mobilise

Le printemps 2017 a été mouvementé sur le front de la sécurité informatique. Coup sur coup, deux vagues de rançongiciels – ces programmes qui bloquent un ordinateur avant de demander une rançon – ont touché des milliers d’entreprises et de particuliers dans le monde. WannaCry, en mai, a immobilisé des usines et de nombreux hôpitaux au Royaume-Uni, avant que NotPetya, fin juin, ricoche depuis l’Ukraine à travers le monde pour causer plus d’un milliard d’euros de dégâts. Ces deux attaques, dont les motivations et les auteurs restent encore inconnus, ont poussé l’Union européenne à proposer, en septembre, de nouvelles mesures en matière de sécurité informatique. « 2017, c’est l’année de la prise de conscience »,résume le commissaire européen à la sécurité, Julian King, interrogé par Le Monde au Forum international sur la cybersécurité, qui se tenait mardi 23 et mercredi 24 janvier à Lille. Lire la suite sur Le Monde