Retour en haut
Technologies

#MaddyFeed Les simples d’esprits et leur cryptomonnaie

#MaddyFeed : Les simples d’esprits et leur cryptomonnaie
par

Chaque vendredi, dans sa revue de presse, Maddyness vous propose une sélection d’articles qui ont retenu l’attention de la rédaction.

Pourquoi Facebook invente-t-il sa propre unité de temps, le flick ?

Nos rythmes de vie effrénés auraient-ils rendu obsolètes les traditionnelles secondes? Oculus, la division de Facebook dédiée au développement de la réalité virtuelle, vient de créer sa propre unité de temps. La nouvelle née répond au nom de “flick”, qui désigne en anglais une chiquenaude, ou un léger mouvement. Cette unité est légèrement supérieure à une nanoseconde, la plus petite unité de temps déjà existante. Plus précisément, un flick correspond à 1.41723356 nanoseconde, soit 1/705.600.000 seconde. Il ne s’agit pas de révolutionner notre conception du temps, mais d’offrir un outil d’échantillonnage plus précis aux ingénieurs de l’image et du son. Pour apprécier les avantages des flicks sur les secondes, il faut comprendre comment les contenus audiovisuels sont créés. Lire la suite sur Le Figaro

Woman Typing Phone Message On Social Network At Night

The Follower Factory

The real Jessica Rychly is a Minnesota teenager with a broad smile and wavy hair. She likes reading and the rapper Post Malone. When she goes on Facebook or Twitter, she sometimes muses about being bored or trades jokes with friends. Occasionally, like many teenagers, she posts a duck-face selfie. But on Twitter, there is a version of Jessica that none of her friends or family would recognize. While the two Jessicas share a name, photograph and whimsical bio — “I have issues” — the other Jessica promoted accounts hawking Canadian real estate investments, cryptocurrency and a radio station in Ghana. The fake Jessica followed or retweeted accounts using Arabic and Indonesian, languages the real Jessica does not speak. While she was a 17-year-old high school senior, her fake counterpart frequently promoted graphic pornography, retweeting accounts called Squirtamania and Porno Dan. Lire la suite sur The New York Times

Las Vegas 2

Ce que le CES 2018 révèle de l’état de l’art de l’innovation mondiale

Il fallait presque se battre pour espérer l’approcher. Aibo, le robot-chien dévoilé en exclusivité au CES par le constructeur japonais Sony, a incontestablement été la sensation du plus grand salon technologique au monde. Nouvelle coqueluche d’Internet, l’androïde de compagnie a séduit les foules pour une raison simple : contrairement à la plupart des autres robots intelligents, Aibo est… incroyablement mignon. Ses petits jappements, ses frétillements de queue, sa capacité à aller chercher une balle ou à faire des câlins à ses propriétaires (qu’il reconnaît grâce à deux caméras et des capteurs cachées dans son museau), créent immédiatement l’empathie. Avec Aibo, Sony a réussi une petite prouesse : dissocier la robotique de la peur du Frankenstein, celle-là même qui a poussé Alphabet, la maison-mère de Google, à se débarrasser en 2017 de sa filiale Boston Robotics. Le géant ne voyait pas de marché pour ses robots certes spectaculaires, mais trop terrifiants. Lire la suite sur La Tribune

Rush hour

Fools and their crypto

Two days ago a Lithuanian “company” called Prodeum looked like a promising if silly blockchain startup. Their stated goal? To track every piece of food on the internet. While I doubt many of us will care about the exact provenance of the orange we just ate, we could see, in some distant future, a need for this sort of tracking. After all, the blockchain is the future. Fund it well and let it lead the way. Lire la suite sur TechCrunch

Foret

Et si des drones luttaient contre la déforestation en plantant des graines ?

Chaque année, la surface des forêts détruites par l’humanité représente l’équivalent de la Belgique. Au total, 15 millions d’hectares de forêts disparaissent de la Terre par an. Chaque minute, 2400 arbres sont coupés. La solution à ce problème peut sembler évidente : pour éviter la destruction totale des forêts, il faut replanter des arbres. Néanmoins, il s’agit d’un processus long et coûteux, qui nécessite d’avoir une vue d’ensemble des zones défrichées par des tracteurs. Une mission qui pourrait être assurée par un drone ? Lire la suite sur Numerama