Décryptage
13 mars 2013
La popstar coréenne Psy partage son pas de danse Gangnam Style avec Lin Chi-Ling, l’actrice-top model taiwanaise, au cours de l’événement Shanghai Spring Festival TV Gala.
La popstar coréenne Psy partage son pas de danse Gangnam Style avec Lin Chi-Ling, l’actrice-top model taiwanaise, au cours de l’événement Shanghai Spring Festival TV Gala.

[Prospective] Le consumérisme en Asie décrypté

L’innovation en Asie, par l’Asie, pour l’Asie, devrait connaître une croissance rapide en 2013 et au-delà. N’oubliez jamais d’y jeter un oeil !

Les consommateurs asiatiques n’ont jamais eu d’attentes plus élevées et les marques dans toute l’Asie produisent plus que jamais des produits et des services de première qualité. Rien d’étonnant donc à ce que la soif des consommateurs asiatiques pour des produits et services adaptés à leurs besoins, par des marques régionales qui les comprennent vraiment, soit amenée à connaître une croissance spectaculaire….

Soyez prêt à voir un boom de produits « Fait en Asie, pour l’Asie, par l’Asie » notamment du fait de :

  • La course au consommateur asiatique, qui engendre des attentes régionales encore plus poussées, et ainsi une demande pour des produits et des services qui trouvent le modèle parfait.
  • Le désir parmi les consommateurs asiatiques de voir éclore des succès régionaux ainsi qu’une réceptivité accrue de ces derniers pour des marques asiatiques défiant de plus en plus  toute concurrence.
  • L’affinité naturelle que les marques asiatiques ont avec les besoins et les désirs des consommateurs locaux.

Explications et détails ci-dessous.

1. Des marchés en pleine mutation

Le nombre croissant de consommateurs asiatiques affluents signifie que la concurrence pour leurs yuans, roupies, won, baht et roupies indonésiennes est plus féroce que jamais.

Le boom qui a transformé l’Asie en une puissance économique en matière de consumérisme continue sur sa lancée. En 2011, l’Asie ne représentait que 14 % des dépenses globales de consommation ; en 2020, elle en représentera 25 % ; d’ici à 2030, elle atteindra la barre des 40 % (Ernst & Young, 2012).

Il existe déjà de nombreux signes de la domination prochaine de l’Asie dans la sphère de la consommation. Des marques globales telles que Estée Lauder rendant hommage avec des produits et services « Made for China (if not bric)« , aux marques asiatiques telles que DAMN! I Love Indonesia mettant en valeur leur culture dans une orgie de « Celebration Nation » et des entreprises comme Lenovo entraînant une croissance dans le secteur A2A (Asie pour l’Asie).

Toute cette attention et ce choix signifie que les consommateurs asiatiques peuvent, sont, et vont continuer à être de plus en plus exigeants : en recherchant les meilleurs produits et services disponibles qui conviennent de manière explicite à leurs besoins, à leurs exigences et à leurs désirs…

2. L’amour du local

En règle générale, plus les consommateurs asiatiques s’enrichissent, plus ils mettent en valeur leurs nouveaux statuts sociaux en se tournant vers des marques établies des marchés européens. Et cela est vrai : voyez simplement le succès rencontré par les marques de luxe du « vieux continent » de France et d’Italie dans la région. Mais face à cela, il existe un désir bien ancré des consommateurs de voir l’Asie remporter un franc succès (en parallèle aux querelles politiques constantes dans la région, notez le soutien reçu par Jeremy Lin et Psy à travers l’Asie alors qu’ils atteignaient la gloire en 2012).

Tout cela signifie qu’à présent les marques asiatiques sont en concurrence avec (ou même dépassent) la crème de la crème sur la scène internationale. Les consommateurs asiatiques sont de plus en plus déterminés à adopter les marques asiatiques (voire « Made better in china« ) pour un nombre infini d’exemples de marques chinoises leaders). Un coup d’œil sur les statistiques commerciales en dit long : tandis que le commerce mondial et les échanges entre l’Asie et les autres économies a doublé depuis 2000, les échanges d’Asie à Asie ont triplé (FMI, mai 2012).

3. Avantage domestique

Que ce soit en raison de valeurs partagées, d’expérience opérationnelle dans des économies à croissance rapide, ou une affinité naturelle pour les nuances locales, les marques asiatiques et les entreprises « comprennent » simplement les consommateurs asiatiques : leur état d’esprit, leurs exigences, leurs besoins, d’une manière que les marques extérieures vont avoir du mal à reproduire.

Regardez simplement la façon dont la marque WeChat a adapté son produit sur une façon de communiquer en copiant rien que Facebook et Twitter mais en l’adaptant à l’Asie. Joli tour de force !

L’exemple de WeChat : L’application de messagerie chinoise s’occupe de la région

We Chat

WeChat, de l’entreprise Tencent, est un service pour téléphones mobiles chinois qui regroupe des fonctions Voip, texto et messages photo qui plaît aux consommateurs asiatiques (avec par exemple la possibilité de se connecter avec des inconnus à proximité, au hasard). Récemment, l’entreprise a transformé son nom original, « Weixin », pour séduire un public mondial. En septembre 2012, l’enseigne s’est dotée d’un service client en Hindi (pour l’Inde), s’étant déjà pourvu de services en thaïlandais, vietnamien et indonésien. En décembre 2012, le service a même été rendu accessible sur la plateforme Blackberry, fournissant ainsi les utilisateurs de l’Asie du sud-est.

Prospective

La sphère de consommation asiatique est déjà la plus dynamique du monde en 2013. Que vous soyez en Asie ou non, soyez prêts à prendre cette tendance en compte !

Si vous êtes une marque non-asiatique faisant du commerce en Asie, cela peut impliquer de créer une différence en mettant en valeur de manière explicite votre « différence » (tout en pensant au-delà du discours traditionnel de « meilleure qualité », car le fossé sur la qualité se comble rapidement). Ou saisissez l’opportunité de faire un partenariat (ou d’acheter) une marque locale pour bénéficier de ces trois facteurs clefs. En définitive, même si vous n’êtes pas une marque asiatique, n’opérez pas en Asie, ni même l’intention d’y aller, n’ignorez jamais les facteurs culturels à l’export.

Startups, investisseurs, gardez un œil sur l’asie au sens large car vous ne saurez jamais combien de temps faudra-t-il avant qu’ils ne commencent à rentrer en compétition avec votre marché proche ?

Source: trendwaching.com