Décryptage
30 mai 2013
diversité

[Etude] Les PME ont-elles compris la politique de diversité en entreprise ?

Les diversités comme l‘âge, le sexe, la culture ou encore le handicap, ont toujours la vie dure pour s’intégrer au sein des PME. Une étude « PME & Diversités » réalisée par Opcalia avec l’Institut des Sciences de la Diversité et la Chaire de Management et Diversité de l’Université Paris-Dauphine, fait un état des lieux sur les représentations, les perceptions et les pratiques des PME en matière de diversité.[hr]

Si on devait classifier les diversités selon différents champs d’expression, l’âge arrive en tête chez les entreprises interrogées (66,4%), la diversité étant pour la majorité des interrogés une mixité des âges au sein d’une structure. La culture (39,6%), le handicap (39,4%) et enfin le sexe (38%) restent loin derrière et dénotent d’un changement des mentalités des entrepreneurs français.

Le type d’entreprise et l’environnement prennent une place considérable dans la perception de la diversité, l’apparence physique et le sexe sont ainsi plus spécifiquement discriminants dans les secteurs où le contact avec la clientèle et le plus fréquent.

Les critères choisis et non-choisis

L’étude distingue également les attributs choisis, des non-choisis: l’âge, la couleur de peau, le sexe, le handicap, l’apparence physique sont ainsi les plus concernés par la diversité (89,4% des répondants) précédant la religion, l’opinion ou la nationalité. Les diplômes n’arrivent qu’à la dernière place dans les représentations communes (34%).  Pour les choisis, l’apparence vestimentaire, les habitudes alimentaires et les opinions individuelles occupent le podium. Le syndicalisme marque quant à lui un fort recul n’arrivant qu’en quatrième position en étant cités par 21% des interrogés.

La discrimination trouve sa source quant à elle majoritairement dans les problèmes de reconnaissances entre salariés (30%) et dans les rapports avec l’encadrement. Une discrimination qui viendrait également de la clientèle selon près d’un quart des entreprises interrogés.

Les PME qui sont les plus exposées à ces thématiques (n’ayant généralement pas de politique de diversité, contrairement aux grands groupes) marquent tout de même un pas en avant sur la discrimination liée au sexe même si celle-ci restent particulièrement important dans les grandes PME.