Portfolio#edtech
3 septembre 2014

Depuis 1891, les startups bousculent les codes de l’éducation

Depuis la création de la première école de formation à distance en 1891, la France a considérablement évolué en terme d’éducation en ligne. Aujourd’hui, il y a plus de 36 moocs et de nombreuses plateformes sont dédiées à l’apprentissage virtuel. De la musique aux langues en passant par l’entrepreneuriat, tout peut désormais être appris sur Internet. Maddyness vous propose un panel non exhaustif de ce qui se fait de mieux dans ce domaine. 


L’éducation, première base de l’e-learning

L’un des secteurs les plus en vogue dans l’apprentissage virtuel est sans surprises l’éducation. A l’origine pour des raisons pratiques, (souvent pour les étudiants ne pouvant se rendre sur place pour suivre les cours généraux), la formation à distance s’est généralisée pour devenir très courante. Aujourd’hui, la plupart des universités et des grandes écoles se sont lancées dans la création de MOOCs, ces cours ouverts à tous, originaires des Etats-Unis (NDLR Le premier MOOC a été proposé par l’université de Stanford en 2011). Un site comme Mooc-francophone existe notamment pour trouver tous les MOOCs qui existent sur différentes thématiques et qui sont en langue française. FUN (France Université Numérique), lancé par le Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche en 2013, vise à fédérer tous les projets des universités et des écoles français. Le but étant de leur donner une visibilité internationale et permettre au maximum de personnes d’accéder à des cours variés et de qualité.

[quote]A relire : Les outils digitaux par et pour les professeurs, clés de voûte de l’école 2.0 ?[/quote]

Souvent plébiscité, cette méthode d’éducation connaît aujourd’hui ses détracteurs qui remettent en cause son efficacité sur du long terme. Assiduité, coût humain ou vrai impact social, certains n’envisagent pas ce système sur du long terme. Cependant, si les MOOCs ont pu perdre de leur intérêt chez les étudiants pour qui la méthode est trop laxiste, elle séduit de plus en plus des professionnels en quête de spécialisation et notamment les entrepreneurs. De nombreux MOOCs ont vu le jour pour développer son business et permettre aux chefs d’entreprises d’acquérir de nouvelles connaissances.

[quote]A relire : #Outils : 5 Mooc gratuits pour se plonger dans le monde de l’entrepreneuriat[/quote]

Dès lors, de nombreuses startups se sont créées autour de cette thématique pour proposer un nouveau modèle d’apprentissage. On peut citer Hello Mentor (ex-Learning Shelter), le premier site en France de cours particuliers en ligne par « vidéo-bulle » qui permet à chaque élève d’y trouver un mentor expert  et de choisir la manière dont son cours aura lieu : par webcam, par tchat, par prise de notes en binôme, partage de documents ou partage d’écran. De la même manière que Studyquizz, qui est une plateforme destinée aux applications mobiles, où l’on peut réviser en jouant avec plus de 20 000 utilisateurs. Ces nouveaux modèles d’apprentissage se servent tous d’un outil simple, efficace et que tout le monde utilise : Internet.

[quote]A relire : #Education : Où en est la France en matière de E-learning en 2014 ?[/quote]

Apprendre sans efforts sur Internet

Apprendre mais pas seulement. Au delà de l’éducation pure, il est également possible de se former pour apprendre à faire de la la musique ou une nouvelle langue.

Pour la musique, Jellynote et Meludia ont tiré leur épingle du jeu en proposant une manière originale d’apprendre la musique. La première, Jellynote, est une plate-forme collaborative de partage et création de partition musicale. La seconde, Méludia, est plus destinée aux novices et se base sur l’écoute et sur les émotions de chacun. Innovante, la méthode Méludia a su plaire en mettant le jeu et le ludique au coeur de l’apprentissage musical.

[quote]A relire : 5 startups françaises qui transforment la façon d’enseigner et d’apprendre[/quote]

En ce qui concerne la linguistique, Babbel est devenue l’une des références les plus souvent citées. Gratuit, intuitif, et disponible sur divers supports, la startup a su démocratiser l’apprentissage d’une langue en la rendant plus facile et surtout plus efficace. Du côté des Français, Fleex a su transformer une activité populaire en quelque chose d’utile. Le site propose pour quelques euros par mois, des sous titres personnalisées qui permettent à chacun de perfectionner son anglais. Avec 10 paliers de niveaux, des définitions et des explications, Fleex réinvente complètement la manière d’apprendre une langue avec une activité agréable et à portée de tous.

Grâce à Internet, on peut désormais tout apprendre plus ou moins facilement. Un réel atout pour certains, une méthode pas assez efficace pour d’autres…  Quoi qu’il en soit, l’éducation en ligne n’est pas prête de s’arrêter. La facilité de partage en ligne, d’enregistrement vocal et de vidéo sont des éléments qui vont dans le sens d’une normalisation de l’apprentissage virtuel.

Crédit photo : Shutterstock