Décryptage
28 novembre 2014
fantasy football

Dans 5 ans, le Fantasy Football sera un jeu incontournable en Europe

Oulala est une plate-forme, lancée il y a 1 an et demi, qui se positionne sur le domaine du Fantasy Football, un jeu virtuel pour les passionné de football. Actuellement composée de 17 personnes (dont 4 co-fondateurs), l’équipe revendique plus de 8 000 inscriptions à ce jour et se développe à la fois en B2C (marchés français et UK) et en B2B via de la marque blanche à destination des clubs, sponsors et médias. Un phénomène expliqué par David Flak, Directeur de Oulala Networks

Qu’est-ce que le Fantasy Football et ses chiffres clés ?

Le Fantasy Football est un jeu virtuel très populaire auprès des passionnés de football où l’on sélectionne les joueurs de son choix pour former son équipe puis affronter les autres utilisateurs (les résultats dépendent des performances des joueurs dans la vie réelle).
Il existe 3 variantes principales de ce jeu :
  1. Le « Season Long Fantasy Football »: L’équipe sélectionnée tient toute la saison. On comptabilise les points récoltés tout au long de l’année et on offre des prix aux meilleurs sélectionneurs. Ce type de Fantasy Football est le plus classique. Il est très populaire aux USA mais peine à s’imposer en Europe (surtout en France).
  2. Le « Weekly Fantasy Football »: Chaque semaine les utilisateurs sont invités à refaire leur équipe. Ils peuvent ainsi s’adapter à la forme des joueurs, aux blessures, etc. Ce mode de jeu est plus addictif car les cartes sont constamment rebattues. C’est le type de jeu utilisé par Oulala.
  3. Le « Daily Real Money Fantasy Football »: Les utilisateurs parient de l’argent sur leur sélection de joueurs. Le site prélève une commission sur les paris et redistribue le reste aux meilleurs sélectionneurs. C’est le modèle des géants américains FanDuel et DraftKings. Notez que le pari adossé au Fantasy Football est pour le moment illégal en France, mais légal au Royaume Uni et en Allemagne.

Quel est l’impact du Big Data dans ce domaine ?

Les points obtenus par les joueurs dépendent de leurs statistiques. La force d’un jeu de Fantasy Football réside ainsi dans sa capacité à retranscrire la réalité du terrain à travers son algorithme d’attribution de points.

Par exemple, Oulala prend en compte 70 critères, pondérés en fonction des positions des joueurs afin de rendre le jeu le plus réaliste possible. Tout l’enjeu est d’être un « skill game », c’est-à-dire un jeu dans lequel le facteur chance est minimisé au profit de la connaissance footballistique. Une personne qui suit le football de près aura donc un avantage immense sur le novice.

 
L’ambition d’Oulala est de retranscrire la performance d’un joueur sous forme de points. Nous utilisons les mêmes statistiques que les plus grands clubs de football et avons à ce titre le même fournisseur : Opta. Nos utilisateurs ont ainsi une tâche très proche de celle des recruteurs : évaluer les performances des joueurs et anticiper leurs performances dans les matches du weekend. 
 
Nous avons par exemple mis en lumière l’année dernière des joueurs tels que Rakitic, James Rodriguez ou encore Griezmann avant que le grand public ne les découvre. Ils ont tous trois été transférés dans la foulée dans les plus grands clubs européens (respectivement Barcelone, Real Madrid et Atletico Madrid).

Grâce au Big Data, c’est-à-dire l’analyse de statistiques précises et pertinentes sur les joueurs, nous sommes en mesure de découvrir les pépites de demain avant tout le monde.

Quelle est l’ambition de Oulala sur ce secteur ?

L’ambition d’Oulala est de devenir le leader du Fantasy Football en Europe. Notre stratégie est à la fois BtoC et BtoB. En BtoC, nous proposons un jeu de qualité sur les 5 principaux championnats européens (France, Angleterre, Espagne, Allemagne et Italie) qui récompense les meilleurs sélectionneurs chaque semaine (500€ de cadeaux à gagner chaque semaine). Notre ambition est que notre jeu soit populaire à travers l’Europe. Notre levée de fonds nous servira notamment à renforcer notre présence au Royaume-Uni et à nous lancer sur le marché allemand.

En BtoB, nous proposons notre plateforme en marque blanche aux clubs de football, sponsors et médias. Nous utilisons notre jeu comme vitrine et monétisons ainsi notre plateforme. Cette offre vient d’être lancée (nous voulions d’abord être 100% satisfait de notre jeu), et nous espérons signer des contrats le plus vite possible.

Notre vision est que l’engouement pour le Fantasy Football en Europe va bientôt exploser et nous voulons être l’acteur de référence du secteur. Le marché où le jeu va exploser en premier sera le Royaume-Uni, et cela va faire ensuite tache d’huile et se propager dans le reste de l’Europe. Nous faisons le pari que dans les 5 prochaines années, le Fantasy Football sera un jeu incontournable en Europe, comme il l’est aujourd’hui aux USA.

[quote]

Les chiffres clés du Fantasy Football selon FSTA et MarketWatch :
  • 41 Millions de joueurs aux USA et au Canada.
  • 9 heures par semaine passées à gérer son équipe virtuelle (pour un joueur moyen).
  • Fanduel et DrafKings ont levé respectivement $70M (Series D) et $65M (Series B et C) sur les 12 derniers mois. C’est plus que Twitter et LinkedIn aux mêmes niveaux de développement.
  • 20% des hommes au Royaume-Uni gèrent une équipe de Fantasy Football.
  • 120,000 inscrits en France au jeu de Fantasy Football de la Ligue de Football Professionnelle (Fantasy LFP) pour la saison 2012-2013 et un engouement croissant en France.

[/quote]

Crédit Photo : Shutterstock