Maddyness

Allmyapps, l’histoire d’une startup prometteuse qui n’a pas réussi à trouver son marché

Comments
Partager :
Up
Partie précédente
1 —
Partie suivante
Down
Maddyness
Up
Menu
Partie 1
Down
Entrepreneurs

Allmyapps, l’histoire d’une startup prometteuse qui n’a pas réussi à trouver son marché

Pepper Pepper Pepper
2064 - trending  |  
Comments
Par Chloé Rossignol - 18 mai 2015 / 00H00 - mis à jour le 09 mars 2018

(Re)découvert lors du dernier Paris Founder Event, Thibaut Favre, fondateur d’Allmyapps a tenu une keynote pour expliquer le parcours de sa startup, de la création du produit, du pivotement de la startup au rachat de sa société. Allmyapps est un service crée en 2009 permettant d’installer plusieurs logiciels gratuits en une seule fois. Fondée avec son associé Arnaud, la startup a réuni un capital de départ de 70 000 euros auprès d’amis et de la famille. Le lancement est un succès : 30 000 utilisateurs utilisent le service, et un premier deal est signé avec Intel.


Les deux premières années : réussite, argent et échecs

2010 est l’année de l’euphorie. Les premiers résultats permettent de lever des fonds auprès d’Elaia Partners, de recruter toute une équipe et de sortir la première version de l’App Store pour Windows. Toutefois, les premières erreurs de la startup arrivent. Un des objectifs de la startup était de convaincre les sociétés éditrices d’applications de vendre sur Allmyapps.

Grâce à une campagne de marketing intensive, près de 120 000 utilisateurs sont convaincus. Cependant, la startup n’arrive pas à convaincre trois des plus gros éditeurs de logiciels : Microsoft, Kaspersky et Norton. Elle se rend également compte que le marché n’est pas encore prêt à utiliser son produit. Enfin, il lui manque cruellement d’argent. Pour aider sa startup, Elaia Partners va ré-injecter 1 million d’euros pour combler ce problème. La startup décide alors de pivoter son produit dû à l’arrivée d’un App Store crée par Microsoft.

Tenter de se repositionner

En 2012, il ne reste plus que quelques mois à la startup pour vivre. Elle devra se séparer de certains de ses employés pour tenir. La nouvelle stratégie de la startup est de devenir le « dropbox des applications ». L’idée est de capitaliser sur ce nouveau produit sans dépenser d’argent. Cela passe notamment par une stratégie de SEO intensive, la présence sur Windows App Store et du lancement de la V2. La course entre les revenus et les dépenses est engagée. Elaia Partners ré-injecte 300 000 euros pour soutenir la startup. 2013, l’année de la profitabilité ?

La startup arrive à sortir la tête de l’eau : elle voit son nombre d’utilisateurs accroître et un contrat est signé avec la société Perion. Google a décidé de se jouer de la startup en coupant sensiblement le traffic généré grâce au SEO.

Vendre : une tâche qui n’a pas été aussi simple

La startup décide de pivoter une nouvelle fois et de miser sur cette nouvelle stratégie. Elle va alors choisir un autre canal de distribution, un partenariat avec la société Systweak pour acquérir des utilisateurs. La stratégie va se révéler à moitié payante, puisque le nombre de téléchargements va augmenter sensiblement. Malheureusement, à la fin du mois de mars 2014, la startup n’a pas atteint le seuil de rentabilité. La décision est prise, les deux associés vont vendre la société. 3 mois vont être donnés pour vendre la société.

3 sociétés vont alors se positionner pour racheter la société. Les 3 positions n’ont pas été à la hauteur des espérances des dirigeants. Les fondateurs d’Allmyapps souhaitaient à la fois revendre au meilleur prix ainsi que d’aider leurs employés à s’intégrer dans leur future société. Ne trouvant pas de compromis, la liquidation judiciaire a été prononcée. Ironsource, société israélienne, partenaire de la société, va alors racheter Allmyapps pour un total de 361 000 dollars.

Par

Chloé Rossignol

18 mai 2015 / 00H00
mis à jour le 09 mars 2018
Articles les plus lus du moment

Entrepreneur, j’ai essayé de me lever à 5h tous les matins

Entrepreneurs
Par Tristan Laffontas, MoiChef - 09H00dimanche 08 septembre 2019
Next

Les 5 erreurs que commettent les entrepreneurs français

Entrepreneurs
Par Antoine Guo - 08H04vendredi 13 septembre 2019
Next

Les meilleurs boss sont aussi les plus humbles

Business
Par Anais Richardin - 09H00dimanche 22 septembre 2019
Next

On s’est bien planté : récit de l'échec d'Everything

Entrepreneurs
Par Ulysse Lubin - 21H00lundi 16 septembre 2019
Next
Nos derniers articles

Les meilleurs boss sont aussi les plus humbles

Business
Par Anais Richardin - 09H00dimanche 22 septembre 2019
Next

Socialter décrypte le monde du freelancing

Entrepreneurs
Par Maud Petitgars - 09H00samedi 21 septembre 2019
Next
Business
Menu
Entrepreneurs
Menu
Finance
Menu
Innovation
Menu
Technologies
Menu
MaddyShop
MaddyShop
Agenda
Agenda
MaddyEvent
MaddyEvent
MaddyJobs
MaddyJobs
MaddyStudio
MaddyStudio
Search
Thank you! Your submission has been received!
Oops! Something went wrong while submitting the form.
Articles les plus consultés
Les guides
Entreprises Structures d’accompagnement MaddyBasics
S'abonner à notre newsletter
À propos
Mentions Légales
Search
Nos services
Les catégories
Maddynews
Hmm... Il y a visiblement eu un soucis :(
Maddyness

Comme vous le savez, Maddyness est à la pointe de l'innovation.
Malheureusement il semble que votre navigateur ne le soit pas encore...

Pour une bonne expérience de navigation
(et être au top de la modernité) pensez à passer sur :
Chrome
Chrome
Safari
Safari
Firefox
Firefox
Edge
Edge