Maddyness

Les 3 bonnes pratiques à mettre en place pour se faire connaître

Comments
Partager :
Up
Partie précédente
1 —
Partie suivante
Down
Maddyness
Up
Menu
Partie 1
Down
Business

Les 3 bonnes pratiques à mettre en place pour se faire connaître

Pepper Pepper Pepper
153 - trending  |  
Comments
Par Anais Richardin - 01 septembre 2015 / 00H00 - mis à jour le 22 mars 2018

Victoria Rollin vient de créer Rolling, une agence de communication globale dédiée aux startups. Elle livre quelques bonnes pratiques à mettre en place pour se faire connaître lorsque l’on est une jeune entreprise.


Anciennement  directrice conseil chez Havas Paris, Victoria Rollin a vu grandir, au fil des années, l’importance des startups dans son portefeuille de marques. « Les challenges étaient intéressants, et mes interlocuteurs jeunes, dynamiques et innovants. Les prises de décision sont bien plus rapides qu’avec de grands comptes et la relation repose sur une véritable co-construction ». Autant d’éléments qui l’ont motivée à monter sa propre agence dédiée aux startups : Rolling. Avec des références comme Yoopies, Albert Mangopay (Leetchi) et Imoxo, Rolling innove dans le mode de rémunération de ses honoraires en proposant différentes options comme celles du paiement conditionné à la prochaine levée de fonds ou la prise de participation dans l’entreprise (communication for equity). Son motto : être un partenaire des startups, à tous les stades de leur développement.

victoria rollin

Problème, pour les moins aguerries d’entre elles, la communication n’entre parfois même pas en ligne de compte lors de leur lancement : « la communication est souvent négligée par les startups, regrette Victoria Rollin. Les patrons des jeunes entreprises n’ont pas toujours des connaissances très poussées en la matière et pensent que ce n’est pas grave de s’en passer du moment que leur idée cartonne. »

Réfléchir aux attributs de sa marque

Si une idée forte peut effectivement déclencher un bouche-à-oreille important, il n’en faut pas moins avoir pensé, en amont, à structurer un minimum sa marque. L’erreur à ne pas commettre : penser sa communication à son image, selon ses envies, au risque de ne pas être en adéquation avec ses cibles. « Il faut prendre le temps de réfléchir aux attributs de sa marque et soigner son image et son site web, qui est la première vitrine d’une société », conseille Victoria Rollin.

Miser sur les réseaux sociaux et les RP

Il faut ensuite investir sur les réseaux sociaux, mais de manière stratégique. « Il ne faut pas aller partout, tout le temps, pour raconter n’importe quoi. Je déconseillerais également à une startup d’y dépenser trop d’argent », ajoute la communicante.  L’argent que la startup investit doit en priorité servir à déterminer son positionnement. Ensuite, lorsqu’elle entre dans une phase de développement plus importante, elle peut commencer à investir dans des médias plus classiques pour travailler sa notoriété.

[quote]« Lorsque l’on n’a pas de moyens pour aller à la rencontre des gens, ce sont les gens qui doivent venir à votre rencontre, il faut donc avoir une communication drôle, décalée, surprenante, et lorsque l’on commence à avoir les moyens seulement, passer à la publicité télé pour toucher le plus de monde possible.»[/quote]

Élément crucial pour faire connaître son entreprise : les relations publiques. « C’est ce qui permet le meilleur rapport retombées/investissement », note Victoria Rollin. Si Rolling propose cette prestation, bon nombre d’agences à l’instar de Comio ou Kalima se sont également positionnées pour répondre aux besoins très spécifiques des jeunes pousses qui n’ont souvent ni le réseau nécessaire pour avoir un retentissement suffisant, ni les bons codes pour structurer leurs communications à destination des médias.

Garder un esprit de co-création

[quote] »Il est plus agréable de travailler pour les startups qui sont globalement ouvertes à tous les conseils. Les entrepreneurs abordent de manière très positive ce qu’on leur conseille alors qu’avec les grands comptes la logique de prestataire prime. Les startups demandent plus de padagogie, le chemin est parfois plus long, plus compliqué, mais c’est une logique de co-création beaucoup plus enrichissante » , conclut Victoria Rollin.[/quote]

Par

Anais Richardin

01 septembre 2015 / 00H00
mis à jour le 22 mars 2018
Business
Menu
Entrepreneurs
Menu
Finance
Menu
Innovation
Menu
Technologies
Menu
MaddyShop
MaddyShop
Agenda
Agenda
MaddyEvent
MaddyEvent
MaddyJobs
MaddyJobs
MaddyStudio
MaddyStudio
S'abonner à notre newsletter
À propos
Mentions Légales
Articles les plus consultés
>
Search
Thank you! Your submission has been received!
Oops! Something went wrong while submitting the form.
Search
Nos services
Les catégories
Maddynews
Recevez le résumé de nos articles directement dans votre boîte mail
Hmm... Il y a visiblement eu un soucis :(
Maddyness

Comme vous le savez, Maddyness est à la pointe de l'innovation.
Malheureusement il semble que votre navigateur ne le soit pas encore...

Pour une bonne expérience de navigation
(et être au top de la modernité) pensez à passer sur :
Chrome
Chrome
Safari
Safari
Firefox
Firefox
Edge
Edge