Maddyness

Startup : le plus difficile à scaler, c’est l’humain

Comments
Partager :
Up
Partie précédente
1 —
Partie suivante
Down
Maddyness
Up
Menu
Partie 1
Down
Entrepreneurs

Startup : le plus difficile à scaler, c’est l’humain

Pepper Pepper Pepper
78 - trending  |  
Comments
Par Erwann Rozier, cofondateur de Fly The Nest - 14 octobre 2016 / 00H00 - mis à jour le 22 mars 2018

Mal entretenu, l’esprit startup dure 3 ans… Dans un post initialement publié sur Linkedin, Erwann Rozier, cofondateur de Fly The Nest, donne quelques clés sur la manière de bien gérer son équipe lorsque son entreprise grossit. 

Les difficultés récentes de Take it Easy, Chic Types, ou encore Save, ont révélé une vérité trop souvent minimisée : le plus difficile à scaler, c’est l’humain ! Dans le milieu des startups, on parle très souvent de produit scalable, de techno scalable, de business model scalable… Jamais, pourtant, je n’entends parler d’organisations ou de process scalables.

Il me semble que la majorité des startups s’intéressent à ces questions bien tard. La plupart des investisseurs que je rencontre m’expliquent que les problèmes d’équipe, ça ne se traite qu’après la Série B… À ce moment-là, les collaborateurs sont en général plus d’une cinquantaine, et les difficultés sérieuses ont déjà commencées !

Pourtant, au départ, poser les bases d’une organisation scalable se révèle simple. Plus le nombre de personnes dans l’équipe croit, plus il devient difficile de modifier son organisation, et moins il y a de chance d’aller dans le sens que vous espériez… Si la dette technique est un sujet important dans le monde de la tech, qui nous parle de dette d’équipe ? Attendez trop pour bosser votre organisation, et vous le payerez un jour, au prix fort ! Pour bien comprendre cela, il est important d’étudier les étapes de croissance d’une équipe.

Plus de 15 personnes : au-delà du groupe

Quand la startup en est encore à ses débuts, et que l’équipe fait moins d’une douzaine de personnes, tout va pour le mieux. L’entreprise fonctionne comme un groupe, soudé et opérant. Chacun peut avoir de véritables relations avec les autres. Tous peuvent être efficaces, et se coordonner facilement.

Dès que l’on dépasse le chiffre fatidique de 15 personnes, tout change. Les temps collectifs deviennent fastidieux. L’information transite moins bien, et la transparence des débuts s’amoindrit. Les consensus sont plus difficiles à construire, car les dirigeants ont moins le temps de détailler leur vision, et d’expliquer le sens de leurs décisions. On voit les premiers silos apparaître, les premiers non-dits aussi…

À ce moment-là, vous êtes trop nombreux pour rester un unique groupe. Naturellement,plusieurs clans vont se former. Les nouveaux VS les anciens. Les devs VS les commerciaux. À vous de voir si vous voulez anticiper cette séparation en plusieurs groupes, ou vous y attaquer plus tard, dans la douleur, les pleurs, et les départs imprévus.

Plus de 150 personnes, au-delà de la tribu

Finalement, entre une dizaine et une centaine de personnes, l’entreprise forme une tribu. Celle-ci sera performante, si elle peut se baser sur une culture forte. Sans valeurs, sans raison d’être, sans rituels et sans langage commun, votre tribu se délitera à toute vitesse. Apparaitront alors des comportements délétères : turnover, perte de confiance, diminution de la prise d’initiatives…

Lorsqu’une entreprise dépasse cette seconde étape, et emploie plus de 150 collaborateurs, alors elle fait face à de nouvelles difficultés. D’abord, dans une équipe de cette dimension, il devient possible de cacher son désengagement. D’où la recrudescence de passagers clandestins, qui se foutent du bien commun ! De plus, dès que l’on a plusieurs tribus en son sein, les guerres de territoires se généralisent. Finalement, l’intérêt individuel prime sur l’intérêt collectif, et la performance s’en ressent…

À croitre trop vite, sans réflexion préalable sur l’organisation de ses équipes, on maximise les risques de voir ces difficultés apparaître. Scaler l’humain, cela nécessite une attention particulière !

Comment poser les bases d’une organisation scalable ?

Pour être en capacité de scaler son équipe, il faut parler d’organisation dès le départ ! Par quoi commencer ? Tout simplement par aligner toute l’équipe sur :

  • la raison d’être : à quoi sert votre entreprise
  • la vision : où va votre entreprise, que sera-t-elle demain
  • la culture: qui êtes-vous, quelles sont vos valeurs
  •  le langage: quels sont les mots que vous utilisez, et leur signification

Si vous êtes encore un groupe – moins d’une quinzaine de personnes – mettre tout le monde d’accord se fait rapidement. Avec nos clients, nous posons ces bases en deux jours. Or, plus votre équipe sera nombreuse, plus cela sera long, et douloureux !

Pour que cet alignement soit conservé dans la croissance, il est vital que votre onboarding soit excellent. Un processus d’intégration chiadé, c’est ce qui permettra à chacun, quelque soit ses origines, d’être le plus rapidement opérationnel à son poste. C’est aussi ce qui conservera votre tribu soudée ! Alors, prenez le temps d’accueillir les nouveaux, de les former à votre culture, vos façons de faire, vos habitudes et vos process.

Ha, la question des process ! Je sais qu’ils font peur aux startups, qui ne veulent pas s’enfermer dans des règles absconses. Et je les comprends… Car les process doivent être des guides pour personnes responsables, permettant à chacun de comprendre les comportements attendus. Si vous traitez vos employés comme des enfants, en contrôlant continuellement leur travail, ne vous étonnez pas qu’ils ne respectent plus vos processus… Faites-leur confiance pour se référer à vos process quand ils en auront besoin ; et surtout, laissez-les les améliorer !

Enfin, si vous devenez vraiment nombreux, il vous faudra éviter les chantres du taylorisme. La spécialisation à outrance, c’est le meilleur moyen de monter vos équipes les unes contre les autres. La multiplication des fonctions supports, par exemple, finit toujours par une généralisation du contrôle, une frustration des équipes, et une fracture entre la base, et le top management.

À la place, essayer de construire des équipes transverses, et des moments de partage. Créez des ponts entre les groupes et les tribus de votre organisation. Donnez la possibilité à chacun de travailler avec n’importe qui. Renforcez les relations interpersonnelles, car ne vous trompez pas : c’est ce qui rend vos employés heureux, et productifs !

Finalement, restez au contact de vos équipes, afin de sentir lorsque la croissance est allée trop vite, et qu’il est temps de ralentir. Mal entretenu, l’esprit startup dure 3 ans… Alors apprenez à scaler par palier, pour éviter de chuter après chaque croissance exponentielle.

Lire l’article sur Linkedin

À propos de Fly The Nest : Fly The Nest propose aux startups ayant levé des fonds un accompagnement qui permet au collectif d’avoir une représentation commune du projet, et de rester agile dans la croissance, tout en décuplant l’engagement de chacun et la vitesse du collectif.

Par

Erwann Rozier, cofondateur de Fly The Nest

14 octobre 2016 / 00H00
mis à jour le 22 mars 2018
Nos Articles les plus lus

Pourquoi PoP quitte Station F

Business
Par Maddyness - 18H20mercredi 14 mars 2018
Next

10 (très) mauvaises habitudes qui pompent votre énergie

Entrepreneurs
Par Iris Maignan - 00H00samedi 24 février 2018
Next

Mathilde Lacombe : "Pourquoi je quitte Birchbox"

Entrepreneurs
Par Anais Richardin - 16H24mardi 17 avril 2018
Next
Business
Menu
Entrepreneurs
Menu
Finance
Menu
Innovation
Menu
Technologies
Menu
MaddyShop
MaddyShop
Agenda
Agenda
MaddyEvent
MaddyEvent
MaddyJobs
MaddyJobs
MaddyStudio
MaddyStudio
Revenir à la une
À propos
Mentions Légales
Articles les plus consultés
>
Search
Thank you! Your submission has been received!
Oops! Something went wrong while submitting the form.
Search
Nos services
Les catégories
Maddynews
Recevez le résumé de nos articles directement dans votre boîte mail
Hmm... Il y a visiblement eu un soucis :(
Maddyness

Comme vous le savez, Maddyness est à la pointe de l'innovation.
Malheureusement il semble que votre navigateur ne le soit pas encore...

Pour une bonne expérience de navigation
(et être au top de la modernité) pensez à passer sur :
Chrome
Chrome
Safari
Safari
Firefox
Firefox
Edge
Edge