Décryptage#mobilité
20 octobre 2016

Demain tous sur Mars ? Ou comment la seconde révolution spatiale dessine le futur de l’homme

Le monde de l'aérospatial stagnait depuis les années 1960-1970 qui ont vu naître le fameux programme Apollo. C'était sans compter l'ambition d'entrepreneurs comme Elon Musk ou Jeff Bezos pour qui la conquête de l'espace est un nouvel eldorado. Fabernovel publie une étude pour décrypter cette seconde révolution spatiale.

Blue Origin, Space X, Virgin Galactics… Si les entrepreneurs de la Silicon Valley semble porter de plus en plus d’attention au marché de l’aérospatial, c’est qu’ils y voient une réelle opportunité. Pour Richard Branson, fondateur du groupe Virgin, « d’ici 30 ans, si assez de vaisseaux sont construits, d’énormes quantités de personnes auront la chance d’aller dans l’espace ». Le tourisme spatial peut sembler appartenir à un futur lointain, voire s’apparenter à de la science fiction pour certains mais les investisseurs ne semblent pas frileux. Entre 2000 et 2015, 2,9 milliards de dollars ont été levés dans le secteur, dont 1,8 milliard en 2015.

Un secteur qui attire les startuppers

Les grands noms de la Silicon Valley voient arriver sur ce marché de nouvelles jeunes pousses qui sont également sur la rampe de lancement. Terra Bella a ainsi été avalé par Alphabet après avoir levé 91 millions de dollars. Planets, qui développe des nano-satellites pour l’observation terrestre, a réussi à amasser 158 millions de dollars auprès de ses investisseurs et Spire a conclu un tour de table de 65 millions. Enfin, Planetary Ressources, spécialisé dans la recherche extraterrestre a obtenu un financement de 22,5 millions de dollars. Cette dynamique révèle un changement significatif dans le monde de l’aérospatial : les sociétés privées et universités sont les utilisateurs principaux de nano-satellites. En 2016, 437 ont ainsi été envoyés dans l’espace.

Avec la rapidité du développement technologique, les prémices de la SpaceTech pourraient vite se transformer en un marché porteur. Les acteurs du secteur envisagent d’utiliser les données d’observation terrestre à des fins commerciales. Imaginez qu’un restaurateur puisse savoir quand ouvrir sa terrasse grâce aux satellites ? Et si les images récoltées pouvaient permettre d’analyser la fréquentation d’un centre commercial en fonction de l’utilisation du parking ? Grâce aux satellites, un éleveur pourrait également suivre ses bêtes et savoir dans quelle direction orienter son bétail.

Prochain arrêt : planète Mars

L’un des exemples récents les plus parlants lorsque l’on parle de conquête spatiale est sans aucun doute celui de SpaceX, le projet d’Elon Musk d’installer une colonie sur Mars. L’idée ne semble pas si ubuesque que ça à en juger par le carnet de commandes bien rempli et les réussites technologiques dont se targuent la startup. D’après Fabernovel, SpaceX change la perception que le grand public a de l’espace et pose les premières pierres des applications concrètes de la recherche aérospatiale.

Pour l’instant, il reste à la société quelques obstacles à franchir. Et pas des moindres ! La première étape va être de concevoir un lanceur suffisamment puissant pour atteindre Mars et pour supporter des passagers à bord.

Mais ce n’est pas là le seul défi du tourisme spatial. Une fois sur Mars, il faudra fournir un habitat, de la nourriture et des moyens de locomotion adaptés à cette nouvelle destination. S’il n’est pas sûr que l’on puisse passer l’été prochain sur la planète rouge, gageons que les défis qu’un tel séjour représente vont booster l’écosystème des startups de la SpaceTech !

Découvrez l’intégralité du slideshare Fabernovel – The 2nd space revolution – September 2016