Portfolio#MaddyNoël
16 décembre 2016

Découvrez Diggers Factory et remportez un vinyle de sa collection avec l’INA

Pour ce 11ème jour de notre MaddyNoël, découvrez Diggers Factory, une plateforme communautaire dédiée à la production de vinyles en édition limitée. À la fin de l’article, découvrez comment tenter votre chance pour remporter un vinyle de la collection INA / Diggers Factory (disponible entre mars et avril 2017).

Alors qu’il travaillait pour un festival à Lille, Alexis Castiel, grand amateur de vinyles, prend conscience que les frais de production auxquels doivent faire face les groupes musicaux sont trop élevés et les démarches trop compliquées pour que ces derniers puissent se permettre de produire des vinyles.

« J’ai longuement réfléchi à ces différents problèmes. J’ai notamment étudié le marché du vinyle en profondeur et, au-delà de mon intime conviction que le vinyle opérait son retour malgré l’explosion du streaming, les chiffres étaient univoques : le marché était – et est toujours ! – en croissance constante depuis près de dix ans « , nous confie Alexis.

Le jeune entrepreneur, qui estime inconcevable le fait que la musique ne se résume qu’à un simple fichier audio sur internet, s’associe alors avec Victor pour développer une plateforme sur laquelle chaque artiste pourrait éditer sa musique sur vinyle, facilement et à moindre coût, le tout sans avoir à avancer les frais de production et en étant accompagné dans son développement. Diggers Factory était né. 

diggers factory plateforme

La plateforme, lancée en version bêta en janvier 2016, permet ainsi de créer une communauté entre artistes, labels et fans, qui tous ensemble permettront la production d’un vinyle, par leurs financements et leur accompagnement.  » L’artiste, le label ou l’ayant droit désireux d’éditer un projet (album, compilation, réédition…) au format vinyle le soumet ainsi sur la plateforme et fixe un objectif de ventes ainsi que le prix de son disque. C’est ensuite que la communauté entre en jeu puisque c’est aux “Diggers”, ses membres, qu’il revient de donner vie à un projet donné et de le concrétiser « , explique Alexis.

Au final, comme sur toute plateforme de crowdfunding, le vinyle est produit si, et seulement si, suffisamment d’acheteurs se manifestent. Si l’objectif est atteint, les vinyles sont envoyés aux contributeurs. Les porteurs de projet, quant à eux, perçoivent leur part des recettes tout en conservant l’entière propriété intellectuelle de leur projet :  » Ni les contributeurs, ni Diggers Factory n’obtiennent de droits par rapport à la musique ou au produit concernés « , précise Alexis.

La jeune pousse, qui souhaite désormais s’ouvrir aux rééditions de vinyles cultes, a également mis en place sur sa plateforme une “wishlist” sur laquelle les contributeurs peuvent émettre des souhaits de vinyles qu’ils aimeraient voir réédités.  » Si suffisamment de Diggers manifestent leur intérêt pour un projet donné, on contacte alors le label pour lancer une réédition en précommande sur la plateforme « , explique Alexis.

Depuis son lancement, Diggers Factory a permis à 10 projets d’éclore, pour plus de 1 200 vinyles pressés. La startup a déjà séduit une vingtaine de partenaires.

Envie de remporter un vinyle de la collection INA / Diggers factory (disponible entre mars et avril 2017) ? Il vous suffit de retweeter ce post ou de le partager sur Facebook en y taguant l’ami avec lequel vous voudriez l’écouter.