Décryptage#MaddyGrowth
26 janvier 2017
guesttoguest

Comment GuesttoGuest s’est-il imposé dans le tourisme collaboratif ?

GuesttoGuest, spécialiste de l’échange de maisons, souffle cette année sa sixième bougie. L’occasion pour Maddyness de revenir sur l’histoire de cette plateforme collaborative, qui revendique désormais un catalogue de plus de 300 000 maisons et appartements dans 187 pays.  

C’est en voulant voyager à Florence lors des fêtes de Noël qu’Emmanuel Arnaud a eu l’idée de créer GuesttoGuest. À cette époque, les échanges de logements pour les vacances se multiplient, mais l’entrepreneur et sa famille se retrouvent  confrontés à une difficulté : la famille italienne était prête à les accueillir, mais eux ne souhaitaient pas aller à Paris. Un problème facilement résolvable pour Emmanuel, qui décide alors de créer en 2011 un système de points, des « GuestPoints », permettant d’organiser des échanges non réciproques. Le modèle GuesttoGuest était né.

«  Si vous souhaitez aller chez une personne qui ne souhaite pas venir chez vous en échange, vous pouvez lui donner des GuestPoints qu’il pourra utiliser pour aller chez un autre membre du réseau GuesttoGuest « 

Emmanuel Arnaud, fondateur de GuesttoGuest

Au départ uniquement axée sur une offre B2B pour permettre aux collaborateurs d’entreprises d’échanger facilement de logements en fonction de leurs déplacements, la startup, dont le fondateur est rejoint par Charles Edouard Girard, décide pourtant en 2013 d’aller plus loin en se lançant dans le B2C. Une évolution qui sera accompagnée par une première levée de fonds réalisée auprès de business angels, mais également la mise en place d’une stratégie d’acquisition plus massive, notamment grâce à des campagne de webmarketing d’une part, mais aussi avec l’acquisition de concurrents.

Une stratégie internationale dès 2013

C’est ainsi qu’en novembre 2013, soit deux ans après sa création, GuestToGuest amorce sa phase d’internationalisation en s’offrant l’Anglais Itamos. La jeune pousse, qui revendique à cette époque près de 26 000 membres dans 154 pays, intègre alors une base de 5 000 nouveaux membres aux États-Unis, Canada et Brésil, ainsi que dans de nombreux pays européens à son offre.

guesttoguest site

Un phénomène collaboratif qui prend de l’ampleur dans les habitudes des voyageurs, et qui séduit les investisseurs. La startup réussit ainsi le tour de force de boucler trois levées de fonds en un an. La première, d’un million d’euros, en juin 2014 et alors qu’elle a déjà atteint les 56 000 maisons et appartements disponibles sur sa plateforme, puis la seconde de quatre millions d’euros, un an plus tard, et enfin une troisième d’un million d’euros en juillet 2015. 

Des opérations rapprochées qui permettent à GuesttoGuest de multiplier par quatre le nombre de ses logements disponibles entre 2014 et 2015, passant de 38 000 à 145 000. Le nombre de ses collaborateurs, lui, a également quadruplé de 5 en 2012 à 20 en 2015. La plateforme, disponible en six langues fin 2015 (français, anglais, espagnol, italien, portugais et néerlandais), est nommée cette même année lauréate du Réseau entreprendre Paris et de Start-up Leadership Paris.

1 million de logements visés d’ici deux ans

Galvanisés par cette réussite, ses fondateurs décident de ne pas s’arrêter pas là et veulent consolider de nouveaux marchés. En juin 2016, GuesttoGuest s’offre son concurrent français Trampolinn, puis son concurrent espagnol HomeForHome en septembre dernier. Près de 50 000 logements supplémentaires viennent alors s’ajouter aux 267 000 maisons à échanger déjà disponibles dans 187 pays sur la plateforme française GuestToGuest. 

Aujourd’hui composée de 30 collaborateurs, la jeune pousse vise désormais le million de logements proposés sur sa plateforme, et ce d’ici les deux prochaines années.  » Un développement qui n’est pas près de s’arrêter « , comme s’en réjouissaient Emmanuel Arnaud et Charles-Edouard Girard, en septembre dernier.

guesttoguest team