Maddyness

« Ça n’est pas la fin de Heetch », assurent ses fondateurs

Comments
Partager :
Up
Partie précédente
1 —
Partie suivante
Down
Maddyness
Up
Menu
Partie 1
Down
Entrepreneurs

« Ça n’est pas la fin de Heetch », assurent ses fondateurs

Pepper Pepper Pepper
312 - trending  |  
Comments
Par Iris Maignan - 02 mars 2017 / 00H00 - mis à jour le 09 mars 2018

Son service avait été suspendu par la justice, Heetch contre-attaque et lance dès ce jeudi soir une offre professionnelle de VTC. Elle sera complétée dans les prochaines semaines par une nouvelle offre entre particuliers.

EDIT 16 mars : Heetch lance une nouvelle offre professionnelle dès ce jeudi soir pour séduire « une nouvelle clientèle », les 25-35 ans. Celle-ci sera disponible à Paris, Lyon, Lille et Nice mais ne fonctionnera que de 20 heures à 6 heures, avec la possibilité de payer par carte bleue ou en liquide. « Ambiance Heetch », assure l’entreprise, qui incite les passagers à s’asseoir à l’avant et à tutoyer le chauffeur. Le prix est estimé « entre UberPool et UberX », avec une commission fixée à 12 %. Cette offre sera complétée dans les prochaines semaines par une offre entre particuliers « conforme à la décision du tribunal ».

Les taxis doivent s’en frotter les mains de satisfaction. Le service de transport Heetch, en procès depuis plusieurs mois, va finalement être suspendu. La startup devra ainsi verser 441 000 euros en réparation du préjudice moral causé aux chauffeurs de taxis par leur service de transport entre particuliers, auxquels s’ajoutent 91 000 euros pour leurs frais de justice.

heetch

Teddy Pellerin et Mathieu Jacob à la sortie du procès

La startup devra également verser une amende de 200 000 euros, dont 150 000 euros avec sursis. Teddy Pellerin et Mathieu Jacob, ses fondateurs, écopent quant à eux de 10 000 euros d’amende chacun, dont la moitié avec sursis, le tout pour « complicité d’exercice illégal de la profession de taxi, de pratique commerciale trompeuse et d’organisation illégale d’un système de mise en relation de clients avec des chauffeurs non-professionnels ».

À la sortie du procès, Teddy Pellerin et Mathieu Jacob se veulent pourtant rassurant, expliquant devoir suspendre le service le temps de s’aligner sur la législation. Heetch n’est donc pas encore totalement enterré, et ses fondateurs, qui rappellent que la plateforme est encore active dans d’autres pays, ne savent pas encore s’ils feront appel de cette décision ou non. 

Un mauvais signe pour l’économie collaborative ?

 » Au delà du cas de Heetch, c’est une décision qui donne aussi une direction sur comment doit évoluer cette économie du partage. Je ne pense pas que ce soit un signe positif là « , rappelle Teddy Pellerin à la sortie du procès, avant d’ajouter « On a quand même essayé de construire quelque chose qui est utile pour les jeunes, on a que des utilisateurs de moins de 25 ans, on est ouvert uniquement la nuit, on essaie vraiment de faire quelque chose de complémentaire… Je pense que le cas de Heetch montre bien que l’économie du partage peut être complémentaire d’un cadre professionnel, et malgré tout ça n’a pas été compris ». 

La startup, qui dit vouloir continuer à faire évoluer le secteur, prévoit ainsi d’organiser une manifestation « unique et sans précédent », ce samedi 4 mars, qui sera diffusé via un live et sur une plateforme dédiée sur laquelle pourront s’exprimer les utilisateurs de Heetch mais aussi toutes les personnes souhaitant manifester leur soutien au développement de l’économie entre particuliers.

Depuis que l’arrêté d’interdiction visant nommément les applications Djump, UberPOP et Heetch à exercer était tombé à l’été 2016, ce dernier avait été le seul service à avoir continué de fonctionner malgré l’interdiction. Poursuivie pour “complicité d’exercice illégal de la profession de taxis, pratique commerciale trompeuse et organisation illégale d’un système de mise en relation de clients avec des chauffeurs non-professionnels“, la jeune pousse avait alors comparu en décembre 2016 devant le tribunal correctionnel de Paris, qui avait alors à cette époque requis une amende de 300 000 euros, ainsi que 10 000 euros d’amende et l’interdiction de diriger toute société pendant deux ans pour ses fondateurs.

heetch taxis

Les taxis manifestent à la sortie du procès

Par

Iris Maignan

02 mars 2017 / 00H00
mis à jour le 09 mars 2018
Articles les plus lus du moment

Pourquoi le perfectionnisme est l'ennemi de la productivité

Entrepreneurs
Par François Thibault - 07H30mardi 18 février 2020
Next

Casper, de licorne à dernière catastrophe financière

Technologies
Par Geraldine Russell - 07H30vendredi 14 février 2020
Next

Mythique Marc et son monde si fou

Entrepreneurs
Par Anais Richardin - 20H45mardi 18 février 2020
Next

Entreprendre, une belle connerie ? #2

Entrepreneurs
Par Charles-Henri Gougerot-Duvoisin - 17H00dimanche 09 février 2020
Next
Business
Menu
Entrepreneurs
Menu
Finance
Menu
Innovation
Menu
Technologies
Menu
MaddyShop
MaddyShop
Agenda
Agenda
MaddyEvent
MaddyEvent
MaddyJobs
MaddyJobs
MaddyStudio
MaddyStudio
Search
Thank you! Your submission has been received!
Oops! Something went wrong while submitting the form.
Articles les plus consultés
Les guides
Entreprises Structures d’accompagnement MaddyBasics
Maddyplay
Newsletter
À propos
Mentions Légales
Search
Nos services
Les catégories
Maddynews
Hmm... Il y a visiblement eu un soucis :(
Maddyness

Comme vous le savez, Maddyness est à la pointe de l'innovation.
Malheureusement il semble que votre navigateur ne le soit pas encore...

Pour une bonne expérience de navigation
(et être au top de la modernité) pensez à passer sur :
Chrome
Chrome
Safari
Safari
Firefox
Firefox
Edge
Edge