Maddyness

Comment on a signé nos premiers contrats aux États-Unis en moins de deux semaines

Comments
Partager :
Up
Partie précédente
1 —
Partie suivante
Down
Maddyness
Up
Menu
Partie 1
Down
Entrepreneurs

Comment on a signé nos premiers contrats aux États-Unis en moins de deux semaines

Pepper Pepper Pepper
27 - trending  |  
Comments
Par Quentin Delvigne - 21 avril 2017 / 00H00 - mis à jour le 22 mars 2018

Comment faire le buzz ? C’est une question que tout entrepreneur ou responsable marketing s’est posé plus d’une fois. Il est parfois difficile pour une startup de faire face aux grandes entreprises qui ont des budgets marketing astronomiques. Heureusement, et c’est là que réside toute la magie d’internet, ce sont les internautes qui ont le dernier mot.

Cette histoire est celle d’une startup, qui sans dépenser 1 euro, a réussi à se lancer aux USA. Avant de rentrer plus en détails, il est peut-être important de remettre cette histoire dans son contexte : je suis digital marketing manager chez Drawbotics , une startup spécialisée dans le marketing immobilier. Drawbotics est la première marketplace permettant aux professionnels de l’immobilier (promoteurs et agents) de commander l’ensemble de leurs outils marketing en ligne.

Fondée en 2014, Drawbotics a rapidement grandi à travers l’Europe pour couvrir plus de 15 pays avec une équipe de 75 employés. 2017 était marquée par un rêve qui fait sourire chaque startup européenne : se lancer aux Etats-Unis. On a tous vu ces reportages d’entrepreneurs français qui partaient à la conquête de New York ou la Silicon Valley, la ruée vers l’or du 21ème siècle. Maintenant que c’était notre tour, il s’agissait de ne pas se planter.

Pour ce faire, on a lancé une campagne marketing (un growth-hack plus précisément) qui a été vue par des millions de personnes, a généré des centaines de milliers de vues sur notre site et a été partagée abondamment sur les réseaux sociaux. Alors, comment ce buzz nous a permis de nous lancer aux US en moins de deux semaines et sans débourser un euro ?

L’idée était de mettre en avant l’un de nos produits phares de manière créative. Inspirés par un grand nombre de grandes campagnes marketing et guidés par de très bons livres comme celui de Jonah Berger “Contagious”, nous avons créé, en plan 3D et de façon ultra-détaillée, les sets de séries TV très connues.

drawbotics

Un exemple d’un des plans 3D réalisés – la série Silicon Valley de HBO

Après plus de 200 heures de travail, ils étaient tous prêts. La deuxième étape pouvait commencer : partager le contenu de manière efficace. Il y a pas de secret, vous pouvez avoir le meilleur contenu au monde, si personne ne le voit, il ne pourra jamais faire le buzz. On a donc mis en place un plan pour contacter la presse.

Il suffit de vous armer d’un mail (appelé « pitch » dans le jargon PR), d’un titre qui donne envie et vous assurer que votre contenu est facilement accessible. Pour ce faire, on a écrit un article sur notre blog détaillant l’histoire, puis partagé les plans 3D via un simple lien Google Drive. Ces derniers ont été rapidement repris par des sources très populaires comme Buzzfeed, Business Insider, Mashable, Gizmodo, ou encore Kotaku. Ils ont même été utilisés sur un morning show à Chicago. Les réseaux sociaux ont eux aussi fait leur effet surtout quand des acteurs des séries en question se sont prêtés au jeu comme par exemple Patrick J. Adams de Suits, sur Twitter. 

Ils nous ont permis d’avoir une très belle visibilité aux Etats-Unis et en deux semaines, nous avions nos premiers clients américains et entamions la négociation d’un partenariat avec l’une des plus importante société immobilière des US.

Et puisqu’une bonne nouvelle n’arrive jamais seule, nous ouvrirons un bureau à New-York cette année, entre autre grâce à ce growth-hack haut en couleurs. Au final, c’est un bon rappel que la capacité d’une startup à grandir n’est pas seulement définie par l’argent qu’elle lève, mais surtout par l’utilisation créative des ressources à sa disposition et sa détermination à faire les choses autrement, avec un brin de folie sans doute…

Par

Quentin Delvigne

21 avril 2017 / 00H00
mis à jour le 22 mars 2018
Nos Articles les plus lus

Pourquoi PoP quitte Station F

Business
Par Maddyness - 18H20mercredi 14 mars 2018
Next

10 (très) mauvaises habitudes qui pompent votre énergie

Entrepreneurs
Par Iris Maignan - 00H00samedi 24 février 2018
Next

Mathilde Lacombe : "Pourquoi je quitte Birchbox"

Entrepreneurs
Par Anais Richardin - 16H24mardi 17 avril 2018
Next
Business
Menu
Entrepreneurs
Menu
Finance
Menu
Innovation
Menu
Technologies
Menu
MaddyShop
MaddyShop
Agenda
Agenda
MaddyEvent
MaddyEvent
MaddyJobs
MaddyJobs
MaddyStudio
MaddyStudio
Revenir à la une
À propos
Mentions Légales
Articles les plus consultés
>
Search
Thank you! Your submission has been received!
Oops! Something went wrong while submitting the form.
Search
Nos services
Les catégories
Maddynews
Recevez le résumé de nos articles directement dans votre boîte mail
Hmm... Il y a visiblement eu un soucis :(
Maddyness

Comme vous le savez, Maddyness est à la pointe de l'innovation.
Malheureusement il semble que votre navigateur ne le soit pas encore...

Pour une bonne expérience de navigation
(et être au top de la modernité) pensez à passer sur :
Chrome
Chrome
Safari
Safari
Firefox
Firefox
Edge
Edge