Portfolio#Tourisme
19 septembre 2017

Le Collectionist lève 10 millions de dollars et s’offre l’espagnol Bonder & Co

Le Collectionist, spécialiste de la location de propriétés de luxe, annonce une levée de fonds de 10 millions de dollars. La startup vise une centaine de bureaux locaux ouverts dans le monde d’ici 2020. 

Fondé en 2013 par Olivier CahanéMax Aniort et Eliott Cohen-SkalliLe Collectionist développe une plateforme de location de demeures de luxe, du château à l’île privée en passant par le manoir, le riad ou encore le palais. Le tout couplé à un panel de services inclus dans chaque bien, comme le ménage quotidien mais aussi une conciergerie qui s’occupe de tous les aspects pratiques du voyage du client (transfert, équipements particuliers pour la maison, services quotidiens, nounou, chef, etc.).  Au total, ce sont près de 2300 propriétés haut-de-gamme qui sont mises à disposition des internautes sur la plateforme française, et ce dans une centaine de destinations.

le collectionist

Une offre qui semble réussir à la jeune pousse, qui vient de voir entrer le fonds franco-américain Red River West et les business angels Patrick Sayer (président du Directoire d’Eurazeo) et Nathalie Le Roy (investisseur et administrateur de Compte-Nickel) à son capital dans le cadre d’une nouvelle levée de fonds de 10 millions de dollars (8,3 millions d’euros). Ces derniers rejoignent ainsi les investisseurs historiques du Collectionist XAnge et Partech Ventures, qui remettent au pot après un investissement de 2 millions d’euros en janvier 2016.  

À relire : Le Collectionist, 1700 demeures, 150 pays, pour vous servir vos vacances sur un plateau d’argent

Des fonds qui permettront à la startup d’accélérer sa stratégie de croissance locale. Le Collectionist compte aujourd’hui une quinzaine de bureaux locaux parmi lesquels Saint-Tropez, Ibiza ou Paros, espère désormais en ouvrir une centaine, partout dans le monde, d’ici 2020.

«  Il était indispensable d’avoir une présence physique et locale pour garantir l’expérience de nos clients dont le panier moyen est de 26 000 euros pour 10 jours. Le modèle fonctionne au-delà de nos attentes « 

Max Aniort, cofondateur de Le Collectionist

Une partie de l’enveloppe sera également allouée à l’amélioration de la plateforme développée par Le Collectionist, et notamment de sa technologie d’hyper-personnalisation des recommandations. Enfin, l’entreprise prévoit d’accélérer sa croissance externe en Europe et aux États-Unis. Un objectif déjà amorcé, puisque Le Collectionist vient de s’offrir l’espagnol Bonder& Co, lancé en 2006 à Ibiza par Paloma Bonder et aujourd’hui également présent à Formentera et Barcelone. Une acquisition qui devrait en entrainer d’autres, dans les prochains mois.

le collectionist