Maddyness

L’agence Bug finance les startups grâce à la vente de produits dérivés

Comments
Partager :
Up
Partie précédente
1 —
Partie suivante
Down
Maddyness
Up
Menu
Partie 1
Down
Entrepreneurs

L’agence Bug finance les startups grâce à la vente de produits dérivés

Pepper Pepper Pepper
30 - trending  |  
Comments
Par Maëlle Lafond - 05 octobre 2017 / 00H00 - mis à jour le 09 mars 2018

L’agence de création franco-britannique Bug sort sa ligne de produits dérivés aux jeux de mots bien trouvés, et s’engage à reverser 50% des bénéfices des ventes à des startups en projet sur Ulule.

Installée à Londres à 2000 et à Paris en 2003, la Bug agency travaille depuis sa création à faire évoluer les règles traditionnelles du branding. Régulièrement, l’agence a pour habitude d’envoyer ses bons mots à ses clients, sous forme de cartes postales. Après une vanne lancée en réunion sur le fait d’envoyer un slip plutôt qu’une carte, la fondatrice Hélène Sagné s’est prise au jeu et a décidé de lancer un site Internet pour vendre ses créations graphiques sous formes de produits physiques.

“Cela fait maintenant 8 ans que nous envoyons des petites cartes postales, 8 ans qu’on les retrouve chez nos clients, posées ou épinglées sur les murs de leurs bureaux, explique Hélène Sagné, fondatrice de Bug Agency. En voyant cette véritable collection, on a décidé de lever le voile et de raconter toute l’histoire de ces cartes en lançant Bugging Cards sur Facebook en janvier de cette année. Aujourd’hui on décide d’aller encore plus loin avec le site Life is a bug. »

Pourquoi ? Pour fédérer en interne, pour créer une culture d’entreprise… Mais aussi pour s’amuser, dans l’esprit qui a toujours été celui de Bug. À force de jouer avec les mots, l’agence s’est prise à laisser sa folie aller plus loin. Les mots se sont ainsi échappés des cartes pour aller sur des mugs, des « totebugs » (inspirés des totebags), des slips, des culottes, des chaussettes, des bodies pour bébé… 

cover bug bis

Bug vient de signer sa première collaboration avec Le Slip Français, en lançant une collection de sous-vêtements, chaussettes et autres marcels brodés de jeux de mots comme « Sea, Socks and Sun », « Déclarer sa flemme » ou encore « Veux-tu m’épuiser », garantis made in France. Cerise sur le gâteau : 50% des bénéfices des ventes seront reversés à de jeunes startups et à des projets en devenir via la plateforme Ulule.

Par

Maëlle Lafond

05 octobre 2017 / 00H00
mis à jour le 09 mars 2018
Nos Articles les plus lus

Pourquoi PoP quitte Station F

Business
Par Maddyness - 18H20mercredi 14 mars 2018
Next

10 (très) mauvaises habitudes qui pompent votre énergie

Entrepreneurs
Par Iris Maignan - 00H00samedi 24 février 2018
Next

Mathilde Lacombe : "Pourquoi je quitte Birchbox"

Entrepreneurs
Par Anais Richardin - 16H24mardi 17 avril 2018
Next
Nos derniers articles

Pourquoi parier sur un brevet lorsque l’on est une startup ?

Business
Par Maddyness, avec France Brevets - 10H00vendredi 27 avril 2018
Next

Le numérique peut-il guérir la santé publique ?

Technologies
Par Alban de Crémiers - 09H00vendredi 27 avril 2018
Next
Business
Menu
Entrepreneurs
Menu
Finance
Menu
Innovation
Menu
Technologies
Menu
MaddyShop
MaddyShop
Agenda
Agenda
MaddyEvent
MaddyEvent
MaddyJobs
MaddyJobs
MaddyStudio
MaddyStudio
Revenir à la une
À propos
Mentions Légales
Articles les plus consultés
>
Search
Thank you! Your submission has been received!
Oops! Something went wrong while submitting the form.
Search
Nos services
Les catégories
Maddynews
Recevez le résumé de nos articles directement dans votre boîte mail
Hmm... Il y a visiblement eu un soucis :(
Maddyness

Comme vous le savez, Maddyness est à la pointe de l'innovation.
Malheureusement il semble que votre navigateur ne le soit pas encore...

Pour une bonne expérience de navigation
(et être au top de la modernité) pensez à passer sur :
Chrome
Chrome
Safari
Safari
Firefox
Firefox
Edge
Edge